Point de presse

L'UIP participe aux efforts internationaux visant à éradiquer la malnutrition

23 septembre 2016

Les enfants sont les plus vulnérables aux effets dévastateurs de la malnutrition. ©Nicolas Cégalerba/Biosphoto

La malnutrition est une urgence silencieuse qui concerne des milliards de personnes. D'après les estimations de l'ONU, une personne sur trois est touchée, et les enfants sont 156 millions à souffrir d'un retard de croissance et 99 millions à présenter une insuffisance pondérale. Aucun pays n'est épargné par ce problème.

Depuis 2010, l'initiative Renforcer la nutrition (SUN) (scalingupnutrition.org) est le moteur d'un élan mondial visant à bâtir un monde sans malnutrition d'ici 2030. Elle se fonde sur le principe que chacun a le droit à une alimentation suffisante, saine et nutritive. Elle réunit l'ONU et des responsables gouvernementaux, des organisations de la société civile, des donateurs, des entreprises et des scientifiques de 57 pays en vue de déclencher, d'inspirer et d'appuyer une action collective qui permettra de parvenir à l'objectif fixé.

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, est récemment devenu l'un des 29  dirigeants mondiaux nommés par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour définir et orienter les efforts déployés dans le cadre de l'initiative SUN et de sa mission d'éliminer la malnutrition d'ici 2030.

"Garantir une bonne alimentation est indispensable pour réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030, adopté il y a un an, et nous avons une occasion inédite de transformer notre coopération.  Il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour rassembler un groupe de leaders en matière de nutrition aussi intéressant", a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon.

Parmi les membres du Groupe de direction se trouvent d'anciens et actuels chefs d'Etats et des dirigeants nationaux et internationaux chargés de la question. Au cours de sa première réunion, tenue le 21 septembre, le Groupe de direction a établi une feuille de route pour la réalisation des objectifs et des mesures prioritaires de l'initiative pour les quatre prochaines années.

"L'action parlementaire pour la lutte contre la malnutrition est primordiale si nous voulons atteindre l'objectif", a expliqué Martin Chungong. "L'UIP concentre ses efforts sur l'élimination de la malnutrition grâce à ses initiatives pour la santé des mères et des enfants. Nous sommes convaincus que ce sont particulièrement les enfants qui souffrent des conséquences les plus persistantes de ce problème."

"Pour l'UIP et moi-même, devenir membre du Groupe de direction constitue un autre moyen essentiel par lequel l'Organisation pourra promouvoir et stimuler les efforts déployés à l'échelle internationale pour éradiquer la malnutrition et réaliser les Objectifs de développement durable."

L'UIP appelle à la retenue et au dialogue inclusif en RDC

21 septembre 2016

Des jeunes manifestent devant un véhicule en flammes à Kinshasa, le 19 septembre 2016. ©AFP/Eduardo Soteras

L'Union interparlementaire (UIP) condamne la violence et les décès suite à des affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité en République démocratique du Congo, le 19 septembre. L'UIP exhorte toutes les parties à éviter toute nouvelle violence et à engager des pourparlers pleinement inclusifs en vue d'aboutir à un processus électoral transparent et équitable, en conformité avec la Constitution du pays.

La police et les manifestants se sont affrontés après l'annonce de la Commission électorale selon laquelle les élections présidentielles et législatives prévues pour la fin de l'année seraient retardées.

L'UIP déplore les attaques qui ont eu lieu le 19 septembre contre les membres et les bureaux des différents partis politiques. Elle exprime également sa profonde préoccupation au sujet des blessures que le parlementaire de l'opposition, M. Fayulu, a subies au cours de ces événements.

L'UIP appelle les autorités à protéger les vies humaines, à respecter le droit des personnes à se réunir de manière pacifique, à mener des enquêtes approfondies sur les récentes violences, et à traduire les responsables en justice. Comme le souligne le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, "toutes les parties doivent permettre au Parlement et aux parlementaires d'exercer leurs mandats constitutionnels, librement et équitablement".

Le 15 septembre : Journée internationale de la démocratie

6 septembre 2016

Démocratie 2030

L'UIP célèbre la Journée internationale de la démocratie 2016 le 15 septembre sous le thème ‘Démocratie 2030’ – une invitation et un défi à tous les parlements de réfléchir à l'avenir de la démocratie.

Ce sera l'occasion d'avoir la perspective des jeunes – les 20/30 ans – et celle concernant l'inédit Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies.

Il est fondamental de réfléchir à l'avenir si l'on veut bâtir des démocraties fortes qui contribueront à mettre en œuvre le développement durable. La Journée internationale de la démocratie représente une occasion précieuse de remettre en question les idées, de permettre à plus de voix de se faire entendre et de nouer le dialogue avec le public. L'UIP invite tous les parlements à célébrer cette journée en proposant des activités et actions spécifiques.

Questions clés pour la Journée internationale de la démocratie :
* Comment les institutions de la démocratie – le parlement, les partis politiques et les élections – vont-elles changer d'ici 2030 ?
* Les processus politiques existants suffiront-ils pour permettre aux jeunes d'exprimer leurs attentes, ou faudra-t-il en inventer de nouveaux ?
* Quels nouveaux processus décisionnels collaboratifs et participatifs ressortiront à l'ère numérique ?
* Comment les parlements conjugueront-ils les objectifs du Programme 2030 avec les préoccupations et souhaits de leurs citoyens ?

Afin de réussir, le Programme 2030 nécessite des parlements mobilisés et impliqués qui peuvent aider les gouvernements à agir, tout en leur demandant des comptes.

Pour la Journée internationale de la démocratie , l'UIP soulignera également le rôle clé que les jeunes peuvent jouer dans les démocraties d'aujourd'hui et de demain. Afin d'imaginer l'avenir des parlements et la démocratie, il faut nécessairement tendre la main aux jeunes dans leurs propres sphères – tout en leur faisant une place au sein des parlements.

Consultez www.ipu.org/idd et suivez #DemocracyDay sur les médias sociaux.

L'UIP salue la décision de la Chine et des Etats-Unis de ratifier l'Accord de Paris

5 septembre 2016

Les leaders des pays du G20 posent ensemble pour la photo de famille du 11ème Sommet des chefs d'Etat du G20, à Hangzhou, Chine, le 4 septembre 2016. ©Turkish Presidency/Yasin Bulbul/Anadolu Agency

L'UIP se réjouit de l'annonce faite par la Chine et les Etats-Unis le week-end dernier concernant leur décision de ratifier officiellement l'accord de Paris sur les changements climatiques. L'annonce a été faite lors de la réunion du G20, qui avait lieu à Hangzhou, Chine. Il s'agit d'une étape très importante, car ensemble, ces deux pays sont responsables de près de 40 pour cent des émissions de carbone de la planète. L'Accord de Paris est le premier accord mondial sur les changements climatiques d'une portée aussi large. Il n'entrera en vigueur que lorsqu'il aura été ratifié par au moins 55 pays, qui totalisent ensemble 55 pour cent des émissions de carbone de la planète. Avant l'annonce de la Chine et des Etats-Unis, les 23 Etats qui avaient ratifié l'accord ne représentaient qu'à peine plus de un pour cent des émissions.

L'UIP s'efforce de mobiliser les parlements depuis la signature historique de cet accord à Paris, en décembre 2015. Elle a souligné le rôle fondamental des parlements dans la ratification des engagements internationaux pris par les gouvernements et dans le contrôle de leur mise en œuvre au niveau national, notamment en votant des crédits suffisants du budget national. L'UIP a récemment adopté un Plan d'action parlementaire sur les changements climatiques. Ce document présente des directives à l'attention des parlements nationaux, en proposant des actions concrètes pour une réponse internationale aux enjeux des changements climatiques.

Dans une déclaration faite aujourd'hui, le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a incité les “parlements d’autres pays qui ne l'avaient pas encore fait d'œuvrer en vue d'une ratification sans délai de l'Accord de Paris sur les changements climatiques afin de le rendre pleinement opérationnel dès que possible ”.

Un nouvel accord UIP-ONU trace la voie à suivre en matière de coopération

22 JUILLET 2016

Le 21 juillet, un nouvel Accord entre l’UIP et l’ONU a été signé. ©IPU/Kim Haughton

Le Président de l’UIP, Saber Chowdhury, se félicite de la signature d’un nouvel accord de coopération entre l’ONU et l’UIP, qui a eu lieu hier au Siège de l’ONU à in New York. Se basant sur un partenariat et une interaction de plus en plus solides entre les deux organisations, cet accord consolide encore leur relation et facilitera leur coopération aux niveaux politique et opérationnel au nom de "Nous, peuples …".

Pour être fructueux, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 nécessite la pleine participation des parlementaires. En effet, cet ambitieux programme mondial – qui prévoit notamment une action urgente dans le domaine des changements climatiques et de la réduction des risques de catastrophe, ainsi que le renforcement de la gouvernance au niveau mondial – exige des plans nationaux efficaces en vue de l’atteinte des ODD, des ressources appropriées, un contrôle accru ainsi que le vif soutien des 45 000 parlementaires du monde.

"Je suis heureux que cet accord ait été signé par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et le Secrétaire général de l’UIP Martin Chungong, et je me réjouis des échanges renforcés et plus réguliers entre l’ONU et l’UIP" a déclaré le Président de l’UIP. Ce nouvel accord permettra aux deux organisations d’améliorer leurs échanges d’informations et de partager leurs meilleures pratiques dans le renforcement des capacités parlementaires dans le monde entier.

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, estime que ce nouvel accord constitue un important pas en avant dans les relations entre les deux organisations. "En sa qualité d’organisation mondiale des parlements, l’UIP s’attache à ce que les parlements participent aux principaux processus de l’ONU, en amenant une perspective parlementaire dans les questions mondiales et en intégrant les engagements internationaux dans le travail quotidien des parlements, dans l’optique d’assurer la paix, la dignité et le bien-être pour tous."

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exprimé à maintes reprises son soutien inébranlable à la participation des parlements et des parlementaires au programme de travail de grande portée de l’ONU : "J’espère de tout cœur que cet accord de coopération nous permettra de renforcer davantage encore le partenariat qui unit l’UIP et les Nations Unies."

M. Ban a relevé que ce nouvel accord marque le début d’une nouvelle ère. "Travaillons ensemble et étroitement en vue de répondre aux attentes et aux aspirations de  nombreux peuples. Nous œuvrons pour les peuples, la planète, la paix, la prospérité et le partenariat, désignés comme les 5 P".

Suite à la cérémonie de signature, M. Chungong et son équipe ont participé à une réunion avec le Secrétaire général de l’ONU.

Déclaration sur la Turquie

18 JUILLET 2016

Des sympathisants agitent des drapeaux turcs sur la place Taksim à Istanbul le 16 juillet 2016, lors d’une manifestation de soutien au Président turc. ©AFP/Yasin Akgul

L’UIP condamne la tentative de coup d’Etat militaire et l’attaque contre le Parlement qui ont eu lieu ce week-end en Turquie, et déplore vivement la perte de vies innocentes qui en a résulté. Dans une déclaration publiée aujourd’hui, le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes et sa solidarité avec le peuple turc. Il a lancé un appel au calme et à la retenue, précisant que l’UIP continuera à suivre de près les événements dans le pays. M. Chungong a ajouté que "toute tentative d’accéder au pouvoir par la force va à l’encontre des principes démocratiques". Il a souligné la nécessité d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel ainsi que la primauté de l’Etat de droit et des libertés fondamentales.

L’UIP condamne l’attaque de Nice

15 JUILLET 2016

Un attentat à Nice où un homme a foncé un camion dans la foule, provoquant 84 morts, avec 18 personnes en état grave. ©AFP/Anne-Christine Poujoulat

Le Secrétaire de l’UIP Martin Chungong condamne l’attaque perpétrée hier dans la ville méridionale française de Nice, pendant les traditionnelles festivités du 14-Juillet. Un assaillant armé au volant d’un camion a foncé dans la foule qui participait à la fête. Au moins 84 personnes y ont trouvé la mort, dont plusieurs enfants, et le nombre de blessés graves est considérable. Après les attaques contre Charlie Hebdo, au Bataclan et au Stade de France, cet attentat est le troisième acte terroriste majeur dont la France a été victime en moins de deux ans.

Le Président et le Secrétaire général de l’UIP ont adressé un message de condoléances aujourd’hui aux Présidents du Parlement français, déclarant que "de telles attaques doivent encourager les parlements du monde entier à plaider pour une action collective contre le terrorisme". L’UIP a réagi à la menace croissante du terrorisme en faisant de cette question l’une de ses priorités. Aussi, elle a récemment élaboré une stratégie parlementaire de lutte contre le terrorisme et a établi des partenariats avec les agences de l’ONU compétentes afin de combattre ce fléau qui dépasse toutes les frontières. L’UIP a toujours défendu la résolution pacifique des différends par le dialogue politique et la diplomatie parlementaire, condamnant la violence sous toutes ses formes. L’Organisation fait part de sa solidarité avec le peuple français et exprime ses condoléances aux proches des victimes.

L'UIP trace les grandes lignes du rôle des parlementaires dans l'interruption de la prolifération des ADM

24 JUIN 2016

Laura Rojas met en avant l'engagement de l'UIP en faveur de la mise en œuvre de la résolution 1540.

La Présidente de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP, la sénatrice mexicaine Laura Rojas, a expliqué lors d'un Examen des Nations Unies des efforts mondiaux visant à enrayer la prolifération des armes de destruction massive (AMD) à quel point les parlementaires, par le biais de l'UIP, sont engagés dans ces efforts. Elle s'exprimait à New York à l'Examen approfondi de la résolution 1540 des Nations Unies, qui appelle les Etats à adopter des mesures destinées à prévenir que des acteurs non étatiques puissent se procurer des armes nucléaires, chimiques ou biologiques. La sénatrice Rojas a déclaré que l'UIP avait commencé à mobiliser les parlementaires en 2013, après avoir identifié un manque de connaissance, et avait organisé un séminaire novateur pour les parlementaires africains en Côte d'Ivoire, en février, qui a débouché sur de nombreuses recommandations. Celles-ci précisent entre autres qu'il faut que les parlementaires élaborent une législation spécifique et des régimes de vérification solides, incluant le contrôle des politiques et actions du gouvernement; et que les parlements et les gouvernements travaillent plus étroitement ensemble en vue de la mise en œuvre effective de la résolution 1540. L'examen des Nations Unies de trois jours, qui s'est terminé le 22 juin, sera suivi d'une nouvelle résolution du Conseil de sécurité. La délégation de l'UIP à cet examen comprenait entre autres des parlementaires de Côte d'Ivoire et du Chad.

L'UIP présente les progrès réalisés au Conseil des droits de l'homme, dont l'attention est orientée sur le rôle parlementaire

24 JUIN 2016

La réunion-débat n'était que la deuxième réunion de ce genre à être organisée par le Conseil des droits de l'homme. ©UIP/R. Rodriguez Valencia

Les parlements et parlementaires du monde jouent un rôle capital et croissant dans la protection des droits des citoyens, a expliqué le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies lors d'une discussion sur le rôle des parlements dans les travaux du Conseil. M. Chungong a souligné les progrès accomplis depuis que le Conseil a commencé à examiner la question de la collaboration parlementaire en 2013.  Il a expliqué que, de plus en plus, les parlements partout dans le monde tenaient compte des travaux du Conseil et voulaient s'assurer que ses recommandations aient un impact réel. M. Chungong a fait une série de recommandations qui devraient permettre au Conseil de prendre en compte les activités des parlements de manière plus systématique et a expliqué comment les parlements pouvaient contribuer aux travaux du Conseil des droits de l'homme. Pour sa part, la Directrice des Programmes de l'UIP, Kareen Jabre, a expliqué comment la coopération entre l'UIP, les parlements et le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes de l'ONU pouvait servir de modèle pour une meilleure intégration des apports des parlements dans les activités du Conseil. Cet événement a également permis de démontrer à quel point les Parlements du Maroc, de l'Equateur et des Philippines s'étaient investis en faveur des droits de l'homme et avaient adopté les recommandations de l'Examen périodique universel du Conseil pour leurs pays respectifs.

L'UIP aide le Parlement de Zambie à concevoir une nouvelle base de données dans la perspective de la réalisation des ODD

23 JUIN 2016

Le programme aide le personnel parlementaire à se tenir prêt pour réaliser les Objectifs de développement durable. Photo aimablement mise à disposition par le Parlement de Zambie.

L'UIP a organisé une mission destinée à aider le Parlement de Zambie à concevoir une base de données électronique (c.-à-d. un dépôt d'archives) lui permettant de stocker et de communiquer des informations au nom de l'Assemblée nationale de ce pays. Aider les parlements du monde entier à se doter des systèmes grâce auxquels ils seront parfaitement prêts à mettre en œuvre les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) fait partie de la mission de l'UIP. L'UIP a organisé mi-juin à Lusaka une série de séminaires offrant au personnel des différents départements de l'Assemblée convié l'occasion de réfléchir à la conception du nouveau système, aux solutions à apporter aux problèmes techniques et à la poursuite des travaux. Ces séminaires avaient vocation à faciliter l'élaboration du nouveau système, à recommander un mode d'intégration lui permettant de se fondre harmonieusement dans les systèmes existants, ainsi qu'à donner au personnel une formation suffisamment solide pour qu'il puisse ensuite la transmettre à d'autres. Cette mission de cinq jours a également permis l’élaboration d’une feuille de route proposant à l'Assemblée nationale des solutions pour continuer à développer la base de données.

Le Secrétaire général et la Rapporteuse spéciale de l'ONU discutent de la fin de la violence contre les femmes

23 JUIN 2016

M. Chungong et Mme Šimonović étudient des possibilités de coopération plus étroite. ©UIP/Jorky

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, s'est entretenu avec la Rapporteuse spéciale de l'ONU sur la violence contre les femmes, Mme Dubravka Šimonović, sur une éventuelle coopération pour soutenir les parlements en vue de sauvegarder la vie et le bien-être des femmes et des filles. Durant les entretiens au Siège de l'UIP, à Genève, Mme Šimonović a évoqué le besoin d'associer et d'harmoniser les divers outils et normes fragmentés dans de nombreux pays. Elle est d'avis qu'il est essentiel de combler les lacunes dans la mise en œuvre des lois dans certaines régions, de même que de renforcer les liens entre son département et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW). Elle a discuté avec M. Chungong de domaines spécifiques de coopération potentielle tels que l'intégration du rapporteur dans les activités correspondantes de l'UIP, l'échange d'informations sur le sexisme et la violence contre les femmes parlementaires, et le fait d'encourager les parlementaires à rencontrer le rapporteur. M. Chungong a rappelé à Mme Šimonović que l'UIP n'avait de cesse de lutter contre la violence envers les femmes et les filles, et qu'elle soutenait les parlements et parlementaires afin qu'ils développent et renforcent la législation appropriée. Il a également mentionné le travail récent de l'UIP, notamment le séminaire en Mauritanie pour les femmes parlementaires et les ONG, ainsi que les activités de formation et de sensibilisation au Sierra Leone qui ont permis à des centaines de chefs traditionnels et responsables locaux d'avoir une meilleure compréhension de leur rôle en ce qui concerne la mise en œuvre des lois contre la violence familiale et sexuelle. M. Chungong a aussi souligné l'action de l'UIP en vue de mettre fin au mariage des enfants et aux mutilations génitales féminines.

Le Secrétaire général de l'UIP accueille de nouveaux ambassadeurs

20 JUIN 2016

M. Chungong a reçu les ambassadeurs au Siège de l'UIP à Genève. ©UIP

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a reçu la visite de nombreux nouveaux représentants permanents auprès des Nations Unies à Genève ces dernières semaines. Les ambassadeurs suivants sont venus à l'UIP : Ma Zhaoxu (Chine),  Vaqif Sadiqov (Azerbaïdjan), Kinga Singye (Bhoutan), Carla María Rodríguez Mancia (Guatemala), Daniiar Mukashev (Kirghizistan) et Anna Korka (Grèce). En les accueillant au Siège de l'UIP, M. Chungong a tenu à réitérer son engagement d'aller à la rencontre de la communauté diplomatique de Genève afin de renforcer les relations avec ses parlements respectifs.

L'UIP consternée par le meurtre d'une parlementaire britannique

20 JUIN 2016

Le mari de Jo Cox appelle à une lutte solidaire contre la haine. ©AFP/Daniel Leal-Olivas

L'UIP est consternée et profondément touchée par le décès émouvant de la parlementaire britannique Jo Cox, attaquée la semaine dernière dans sa propre circonscription.

Le Secrétaire général, Martin Chungong, a déclaré “Comme beaucoup de parlementaires partout dans le monde, Jo Cox s'est dévouée sans relâche à la démocratie, la paix et aux droits de l'homme. De par son expérience dans le domaine du développement, elle s'employait ardemment à défendre les réfugiés souffrant de pauvreté et d'injustice, et victimes de conflits. C'est particulièrement attristant d'apprendre qu'elle a été tuée dans le cadre de son mandat démocratique. La violence n'a pas sa place au sein d'une démocratie.”

“De la part de l'UIP et des parlementaires partout dans le monde, j'aimerais rendre hommage à une femme qui avait toutes les qualités d'un parlementaire – pleine de compassion, courageuse et engagée."

“Son décès nous rappelle de manière tragique qu'un grand nombre des 45 000 parlementaires du monde se mettent en danger en prenant position pour la justice et la démocratie et qu'ils sont nombreux à avoir subis des préjudices dans le cadre de leurs activités."

“Nous encourageons tous les citoyens à reconnaître avec gratitude les risques encourus et les sacrifices consentis par les parlementaires au nom de la démocratie. Nous exhortons tous les parlementaires à se montrer à la hauteur de l'exemple de Jo Cox, un modèle pour les parlementaires partout dans le monde."

“Nos pensées vont à la famille de Jo Cox et à ses amis et collègues. Nous sommes profondément désolé pour leur perte.”

Le Viet Nam salue le rôle clé de l'UIP dans le programme de développement

15 JUIN 2016

M. Chungong a félicité Mme Thinh pour les progrès réalisés par son pays notamment en matière d'égalité des sexes. ©UIP/Jorky

La Vice-Présidente du Viet Nam a souligné le rôle déterminant de l'UIP dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), lors de discussions à Genève avec le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, le 13 juin.  Dang Thi Ngoc Thinh a aussi rappelé qu'il était important que l'UIP s'assure de la mise en œuvre de l'accord sur les changements climatiques adopté par les dirigeants mondiaux l'année dernière. Durant la réunion au siège de l'UIP, M. Chungong a félicité le Viet Nam pour ses progrès dans de nombreux domaines, notamment en matière d'égalité des sexes. Près de 27 pour cent des parlementaires de ce pays sont des femmes – alors que la moyenne mondiale se situe à 22,3 pour cent – et le Parlement vietnamien a élu sa première Présidente, Mme Nguyen Thi Kim Ngan. M. Chungong a remercié le Viet Nam pour son accueil très réussi de l'Assemblée de l'UIP, au printemps 2015, qui a permis d'adopter une déclaration de grande importance sur la transformation des ODD en actions. Il a également exprimé sa gratitude pour l'engagement du Viet Nam à promouvoir un renforcement des liens entre l'ONU, les parlements et l'UIP au cours de discussions à New York, au mois de juillet.

Les parlementaires soulignent le rôle clé des parlements dans la riposte au sida

13 JUIN 2016

L'Observatrice permanente de l'UIP auprès des Nations Unies, Paddy Torsney, a présenté les conclusions à la réunion de haut niveau de l'ONU. ©UIP/Aleksandra Blagojevic

A l’occasion de la Réunion de haut niveau des Nations Unies sur la fin du sida, l’Observatrice permanente de l’UIP auprès des Nations Unies, Paddy Torsney, a souligné le rôle essentiel des parlementaires et des parlements nationaux pour lutter contre la maladie. Présentant les conclusions de la réunion parlementaire de l’UIP, elle a indiqué que les parlementaires avaient insisté sur leur rôle essentiel qui permet de faire le lien entre les stratégies nationales, les communautés et les personnes. Mme Torsney a également fait savoir que les parlementaires avaient souligné le fait que 35 ans après le début de l’épidémie la stigmatisation et la discrimination légale étaient toujours d’actualité et que cela continue d’entraver lourdement le dépistage et le traitement volontaires. Les parlementaires ont insisté sur le rôle qu’ils doivent jouer pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination au niveau national et dans leurs circonscriptions, a-t-elle ajouté. Mme Torsney a rappelé les outils mis au point par l’UIP et l’ONUSIDA pour aider les parlementaires et les parlements dans leur action, notamment le guide sur les moyens permettant d’accélérer le traitement du VIH. Mme Torsney était au nombre des intervenants à la réunion parlementaire, aux côtés de la Directrice exécutive adjointe de l’ONUSIDA, Jan Beagle, l’ancienne membre du Congrès des Etats-Unis Donna Christian-Christens, la parlementaire autrichienne et membre du Groupe consultatif de l’UIP sur le VIH/sida Petra Bayr et du ministre béninois des Affaires étrangères, Aurélien Agbenonci.

La Réunion de haut niveau, à laquelle étaient présents le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et le Président de l’Assemblée générale de l’ONU Mogens Lykketoft, s’est penchée quant à elle sur l’importance d’accélérer la riposte face au VIH pendant les cinq prochaines années et d’engager le monde sur la voie qui devra mener à la fin de l’épidémie de sida d’ici 2030 dans le cadre des Objectifs de développement durable.

Lors d’une rencontre organisée à Genève, le Secrétaire de l’UIP a réitéré son engagement pour l’autonomisation des femmes

13 JUIN 2016

M. Chungong s'est engagé personnellement à encourager l'autonomisation des femmes dans tous les domaines. ©UIP/Mariana Duarte

A l’occasion d’une rencontre sur le thème « La force des femmes qui ont le pouvoir d’agir » (« The power of empowered women », #PoEW), le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a rappelé son engagement personnel – et celui de l’UIP – en faveur de l’égalité des sexes. Organisée sous les auspices de l’initiative « Les défenseurs de l’égalité des sexes dans le cadre de la Genève internationale » (« International Geneva Gender Champions »), la rencontre a réuni l'Ambassadrice des Etats-Unis, Pamela Hamamoto, une Ministre d'Etat britannique, la baronne Anelay, ainsi que des délégations de haut niveau de plusieurs pays tels que l’Australie, l’Afghanistan, l’Islande et la Sierra Leone. La manifestation s'est déroulée le 16 juin au Palais des Nations, à Genève, en présence du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, le Prince jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein, qui y a prononcé un discours. Elle a réuni des hommes, des femmes, des jeunes, ainsi que des représentants du monde de l’entreprise et d’organisations internationales. Les participants ont été sensibilisés à leur rôle d’agent du changement et invités à expliquer ce qu’ils comptent entreprendre pour faire de l’égalité des sexes une réalité dans la sphère conjugale, sur le lieu de travail et dans la vie quotidienne au sens large. L’accent a été mis sur des domaines tels que l’équilibre des rôles dans l’éducation des enfants et la promotion des femmes aux postes décisionnels. L’UIP œuvre avec conviction pour l’égalité des sexes et M. Chungong s’est déjà engagé à agir en faveur de l’égalité des sexes à Genève. Lors de l’examen semestriel de l’initiative en faveur de l’égalité des sexes, M. Chungong a donné un aperçu des étapes stratégiques qui permettront d’avancer à la fois au parlement et dans la sphère politique, notamment en définissant des objectifs et en assurant un suivi.

Des parlementaires africains unissent leurs forces pour lutter contre le travail des enfants

9 JUIN 2016

Des parlementaires de 16 pays ont convenu de renforcer leur action contre le fléau que constituent la traite et le travail des enfants. ©AFP/Junior Kannah

Plusieurs parlementaires d’Afrique centrale et de l’Ouest ont convenu de renforcer leur coopération dans la lutte contre la traite et le travail des enfants. Lors d’un séminaire organisé dans la capitale nigériane Abuja, les parlementaires ont réfléchi aux moyens susceptibles de renforcer leur action, notamment les stratégies leur permettant de travailler plus efficacement à l’échelle régionale. Le séminaire a été l’occasion d’examiner les causes profondes du phénomène, telles que la pauvreté, ainsi que les solutions pratiques et les programmes de réinsertion à destination des victimes. La rencontre, qui s’est déroulée au Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a été organisée conjointement par l’UIP et l’Organisation internationale du Travail (OIT), avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Les parlementaires ont défini une série de mesures prioritaires, telles que l’amélioration de la coordination entre les parlements, les organisations régionales et la société civile; œuvrer à l’harmonisation de la législation entre les pays; encourager les pays à appliquer les conventions internationales; et élaborer des lignes directrices à l’usage des parlementaires. Des mesures de suivi ont également été envisagées, comme des séances d’information et de formation à destination des parlementaires sur les conventions pertinentes de l’OIT, ainsi que des visites de terrain dans plusieurs pays pour sensibiliser au travail des enfants dans les mines d’or, les carrières, la culture du cacao et d’autres secteurs. Le séminaire a accueilli une centaine de participants, dont près de 80 parlementaires venus de 16 pays.

Les femmes parlementaires mauritaniennes se mobilisent pour protéger les femmes et les filles

9 JUIN 2016

Les participants ont présenté les priorités en matière de protection des femmes, notamment l'élaboration de nouvelles lois et une meilleure sensibilisation du public. ©UIP/Brigitte Fillon

Un accord prévoyant des mesures pour protéger les femmes et les filles contre le mariage des enfants, les mutilations génitales féminines et autres actes de violence a été conclu récemment en Mauritanie. Les priorités fixées par les femmes parlementaires comprennent de nouvelles lois rigoureuses et plusieurs mesures axées sur la prévention, l’application de la loi et la sanction des auteurs, ainsi que le soutien aux victimes. Cet ensemble de mesures a été convenu en mai lors d’un séminaire de deux jours organisé dans la capitale Nouakchott avec le soutien de l’UIP. Les mesures prévoient entre autre l’interdiction des mutilations génitales féminines et le lancement d’un programme visant à sensibiliser la population aux conséquences de cette pratique. Pour mettre fin au mariage des enfants, il est proposé d’abolir la loi qui autorise cet usage dans certaines circonstances et de garantir la scolarisation des filles jusqu’à la fin du secondaire. Des mesures seront également prises pour lutter contre la violence domestique, mais aussi pour s’assurer que les lois sur le viol et autres agressions sexuelles soient conformes aux normes internationales. La Mauritanie ne dispose actuellement d’aucune loi punissant la violence domestique, le viol et les autres formes de violence sexuelle. Le plan, élaboré par le groupe des femmes parlementaires du pays, préconise l’instauration de partenariats entre le Parlement, le gouvernement, la société civile et les médias. Les premières mesures prévoient notamment des activités de sensibilisation destinées à créer un environnement politique et social propice aux changements proposés.

La visite du Président du Parlement kirghize ouvre un nouveau chapitre dans les relations de l’institution avec l’UIP

8 JUIN 2016

La délégation kirghize et M. Chungong ont abordé la question du mariage des enfants et d’autres questions clés. ©UIP/Jorky

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a rencontré une délégation parlementaire multipartite de la République kirghize pour discuter des moyens de renforcer la coopération entre les deux institutions. Cette visite ouvre un nouveau chapitre dans les relations entre l’UIP et le Parlement kirghize, lequel a exprimé son vif désir de jouer un rôle plus actif au sein de l’Organisation, dont il est membre depuis 20 ans. Conduite par le Président du Parlement kirghize, Chynybai Akunovich Tursunbekov, la délégation a réaffirmé la volonté de l’institution de renforcer sa coopération avec l’UIP.

Les discussions ont porté sur le mariage précoce et le mariage des enfants dans ce pays d’Asie centrale, où l’âge légal du mariage est fixé à 18 ans, même si certaines exceptions existent du fait de l’application de la charia. L’UIP a proposé d’aider le Parlement kirghize à sensibiliser la population aux conséquences néfastes de ces pratiques, une proposition que le Président du Parlement a facilement acceptée. Une étude sur la législation relative au mariage des enfants dans la région Asie-Pacifique sera lancée prochainement par l’UIP et l’OMS.

Au menu des discussions figurait également un projet de loi envisagé par le Parlement kirghize. A l’instar d’autres organisations, l’UIP et l’ONUSIDA ont fait part de leur préoccupation en déclarant que la loi dite de lutte contre la « propagande homosexuelle » était discriminatoire par nature. Le Président du Parlement kirghize a assuré le Secrétaire général de l’UIP que le projet de loi avait peu de chance d’être adopté par le Parlement et que, même s’il l’était, le Président kirghize – qui détient le pouvoir de veto – y était fermement opposé.

Le Président de l’UIP encourage les parlementaires lituaniens à œuvrer en faveur des ODD

8 JUIN 2016

La visite du Président de l’UIP, Saber Chowdhury, a coïncidé avec la commémoration de l’indépendance du pays. ©Lietuvos Respublikos Seimo archyvas

Le Président de l’UIP, Saber Chowdhury, a prononcé mardi 7 juin un discours devant le Parlement lituanien, dans la capitale Vilnius, appelant les parlementaires à veiller à ce que le pays se dote d’un plan solide pour atteindre les Objectifs de développement durable de l’ONU. Il a expliqué que, dans le monde incertain, non viable et dangereux que nous connaissons actuellement, les parlementaires se doivent envers leurs électeurs d’améliorer le niveau de vie. La visite de M. Chowdhury en Lituanie a coïncidé avec la célébration du 26ème anniversaire de l’indépendance du pays, obtenue après la chute de l’Union soviétique. Il a indiqué que certaines des actions menées ces dernières années dans la région lui rappelaient la guerre froide et a également souligné que l’UIP demeurait disposée à faire tout ce qui est en son pouvoir pour assurer une médiation et faciliter le dialogue en vue d’une paix durable.

L’UIP appelle à la diversité, au dialogue et à la non-violence dans la vie politique turque

6 JUIN 2016

Lors de sa rencontre avec M. Demirtas, M. Chungong a souligné les principes fondamentaux que sont la diversité parlementaire et le dialogue. ©UIP/Jorky

A l’occasion d’une rencontre organisée à Genève avec le parlementaire turc d’opposition Selahattin Demirtas, le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a souligné l’importance de garantir la diversité au Parlement, de manière à respecter l’un des principes fondamentaux de la démocratie, à savoir la représentation de tous les groupes et points de vue du pays. M. Demirtas dirige le Parti démocratique populaire (HDP) pro-kurde.

Lors des discussions qui se sont tenues au Siège de l’UIP le 3 juin, M. Chungong a indiqué qu’il était essentiel que dans un Etat multiethnique comme la Turquie le Parlement doive non seulement refléter cette réalité, mais également veiller à ce que toutes les tendances politiques puissent exercer sans entrave leurs droits parlementaires.

Réitérant son inquiétude suite à l’adoption par le Parlement turc d’une réforme constitutionnelle qui permet la levée de l’immunité parlementaire, le Secrétaire général de l’UIP a déclaré que la communauté parlementaire internationale est toujours préoccupée à chaque fois que l’intégrité d’un parlement se trouve menacée.

Si la réforme constitutionnelle reçoit l’aval du Président de la République Recep Tayyip Erdogan, cela entraînera une levée de l’immunité pour 138 parlementaires – la plupart issus des rangs de l’opposition – poursuivis pour divers motifs comme le soutien à une organisation terroriste ou insulte au Président. L’UIP estime que l’immunité parlementaire devrait être levée au cas par cas et justifiée par des preuves crédibles afin d’éviter des poursuites judiciaires fondées sur l’appartenance politique.

Soulignant l’importance du dialogue politique et des autres moyens non violents de règlement des différends politiques en tant que principes fondamentaux de la démocratie, M. Chungong a indiqué qu’il était important de convaincre les groupes qui ont recours aux armes à des fins politiques de cesser cette pratique et de renouer avec le dialogue. M. Demirtas, qui est l’un des 138 parlementaires potentiellement visés par la levée de l’immunité et exposés à un total de 87 chefs d’accusation, a déclaré que son parti condamnait la violence et préconisait d’autres moyens pour permettre au peuple kurde d’acquérir une plus grande autonomie politique et culturelle.

Le Secrétaire général de l'UIP s'engage à mobiliser les parlements dans son discours historique à l'Assemblée mondiale de la Santé

27 MAI 2016

Martin Chungong, de l'UIP, et Flavia Bustreo, de l'OMS, se sont réjouis du succès de la toute première réunion parlementaire à l'occasion de l'Assemblée mondiale de la Santé. ©UIP/Enico Iaia

A l'occasion d'une double première historique à l'Assemblée mondiale de la Santé à Genève, le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a prononcé un discours dans lequel il engage l'UIP à mobiliser les parlements afin d'obtenir de meilleurs résultats dans le domaine de la santé, et il a participé à la première réunion parlementaire à l'occasion de cette assemblée. Lors de son discours à l'Assemblée, M. Chungong a clairement exprimé l'engagement de l'UIP de collaborer avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour permettre aux parlements de contribuer à la couverture sanitaire universelle et à assurer que les personnes vulnérables et marginales aient accès aux soins de santé. Il a souligné que l'importance de la santé s'était accrue dans le programme de l'UIP à ses Assemblées ces dix dernières années et a déclaré qu'il y avait un lien clairement établi entre la santé et les droits de l'homme. M. Chungong a indiqué que le partenariat entre l'UIP et l'OMS avait déjà obtenu des résultats remarquables dans les domaines de la lutte contre le VIH/sida et de la santé des femmes et des enfants. Il a appelé les délégués à œuvrer pour que des parlements nationaux efficaces puissent légiférer, approuver les budgets et demander des comptes aux ministres afin de réaliser les nouveaux Objectifs de développement durable. A la réunion parlementaire le jour suivant, M. Chungong s'est joint au Dr Margaret Chan, Directrice de l'OMS, à Flavia Bustreo, Sous-Directrice générale, ainsi qu'à d'autres orateurs pour insister sur le rôle central des parlements dans la réalisation des objectifs de santé. Cette réunion a été l'occasion d'entendre des exemples pratiques de succès parlementaires dans le domaine de la santé ainsi que la manière dont les parlementaires et d'autres acteurs clés peuvent travailler ensemble afin de proposer de meilleurs soins de santé.

Les principaux intervenants comprenaient le Président du Parlement du Lesotho Ntlhoi Motsamai, le parlementaire de Tanzanie Faustine Ndugulile, Président du Groupe consultatif sur le VIH/sida et la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant de l'UIP, et les membres du groupe consultatif Pia Locatelli d'Italie et le Dr Habibe Millat du Bangladesh. Ian Askew, de l'OMS, et Betsy McCallon, représentant le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant ont également participé. L'UIP a remercié le Bangladesh, l'Italie et le Lesotho pour leur soutien de cet événement ainsi que tous les participants pour leur contribution au succès de cet événement inaugural. L'OMS comme l'UIP se sont toutes deux engagées à faire de cet événement une partie intégrante de l'Assemblée mondiale de la Santé.

Un plan d’action visant à valoriser l’égalité des sexes a été élaboré dans le cadre d’un séminaire en Namibie

25 MAI 2016

Les participants ont débattu de sujets tels que les droits de l'homme ou l'égalité hommes-femmes durant le séminaire de trois jours. ©Parlement de la Namibie

Le Parlement de Namibie a élaboré un plan d’action en vue de promouvoir l’égalité des sexes grâce à des lois nouvellement adoptées ou révisées, ainsi que le renforcement du contrôle parlementaire des engagements internationaux pris par le pays en matière de droits de l’homme. Ces propositions font suite à un séminaire qui a réuni dans la capitale namibienne, Windhoek, les ministres de la justice et de l’égalité des sexes, des parlementaires ainsi que d’autres fonctionnaires et parties prenantes. Ce séminaire s’est penché sur la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes ainsi que sur des questions relatives aux droits de l’homme, lesquelles ont été relevées par l’ONU dans le cadre de son examen périodique universel (EPU).

Les participants ont identifié les principaux enjeux dans ces domaines, à savoir l’adoption tant attendue de lois visant à soutenir l’égalité dans le mariage, la mise en œuvre défaillante de la législation sur la violence perpétrée à l’encontre des femmes, la persistance de certains stéréotypes de genre et les pratiques néfastes. Ils ont souligné en outre l’importance du rôle du parlement et des parlementaires pour stimuler le changement. A l’occasion de ce séminaire organisé avec le soutien de l’UIP, des parlementaires ougandais et croates ont fait part de leurs expériences dans la lutte contre ces problèmes. Cet événement était également le fruit de la collaboration de longue date que l’UIP entretient avec le Comité des Nations Unies chargé du suivi de la Convention sur toutes les formes d'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, et des efforts considérables que l’Organisation déploie pour promouvoir la participation des parlements aux rapports et aux suivis de l’EPU. Le plan d’action définit des priorités, notamment le renforcement du rôle des parlements dans le suivi donné par les Etats à l’ONU – en particulier concernant la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes –, l’allocation de ressources visant à garantir l’application des lois existantes et le renforcement de la capacité des parlements à mettre en œuvre l’égalité des sexes.

Les parlementaires du monde se réunissent pour accélérer la lutte contre le VIH/sida

25 MAI 2016

Les ODD ont pour cible d'éradiquer les sida d'ici 2030. ©Reuters/Navesh Chitrakar

Des parlementaires du monde entier se réuniront au siège de l'ONU, à New York, le 7 juin afin d'accélérer les efforts pour lutter contre le VIH/sida. Cet événement coïncide avec la Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la fin du sida, qui adoptera une nouvelle déclaration visant à orienter les politiques mondiales en fonction des Objectifs de développement durable (ODD). Les parlementaires joueront un rôle vital dans la réalisation de la cible spécifique qui vise à éradiquer le sida d'ici 2030, en élaborant des politiques, en légiférant, en contrôlant l'action du gouvernement et en allouant des ressources financières. Lors de cette réunion parlementaire, ils pourront échanger des points de vue et des expériences de bonnes pratiques, de même que préciser comment ils pourront accélérer les politiques les plus efficaces afin d'assurer que tout le monde ait accès aux services de santé dont il a besoin. L'UIP organise cette réunion conjointement avec l'ONUSIDA, en mettant à profit le partenariat entre les deux organisations afin de combattre la maladie grâce à l'action parlementaire. Cet événement est ouvert à tous les parlementaires et au personnel parlementaire qui participent à la Réunion de haut niveau. Les Nations Unies incitent tous les Etats à inclure dans leurs délégations des parlementaires avec une expérience dans le domaine de la santé, en reconnaissance de leur rôle essentiel dans cette lutte.

Le Swaziland félicité pour sa participation parlementaire à l'audition des droits de l'homme de l'ONU

25 MAI 2016

La délégation du Swaziland a présenté ses préparatifs en vue de l'examen complet cet automne. ©UNTV

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a loué le Swaziland pour sa décision d'intégrer un parlementaire dans sa délégation à l'audition des droits de l'homme des Nations Unies dans ce pays. La décision d'inclure Marwick Khumalo a fait suite à une initiative de l'UIP qui appuyait une plus grande participation parlementaire à l'Examen périodique universel des droits de l'homme dans les Etats membres de l'ONU. L'audition préliminaire à Genève a pu noter les efforts mis en œuvre par le Swaziland pour se préparer pour l'examen complet par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui se réunira du 31 octobre au 11 novembre.  M. Khumalo s'est ensuite entretenu avec M. Chungong, pour souligner que son pays était déjà en train de répondre à une demande du Conseil d'agir pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes en relançant le processus législatif interrompu par les élections. M. Chungong a offert son aide afin d'organiser des séminaires nationaux pour les parlementaires dans ce domaine. Il s'est réjoui des efforts du Swaziland en vue de collaborer de nouveau avec les parlementaires du monde entier par l'intermédiaire de l'UIP.

Réunion à l'UIP avec le candidat au poste de Secrétaire général de l'ONU Danilo Türk

23 MAI 2016

Danilo Türk (à droite) et Martin Chungong sont convenus du rôle clé des parlements dans la mise en œuvre du programme de développement mondial. ©UIP/Jorky

L'ancien Président slovène, Danilo Türk, l'un des neuf candidats au poste de Secrétaire général de l'ONU, a rendu visite au Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong. Leurs discussions au siège de l'UIP, à Genève, ont porté sur un éventail de sujets parmi lesquels le besoin de renforcer la dimension parlementaire de tous les principaux processus de l'ONU et le nouvel accord de coopération UIP-ONU qui est en cours de finalisation. Les deux hommes sont convenus d'un rôle plus important pour les parlements dans la mise en œuvre du nouveau programme de développement mondial. M. Chungong a expliqué ce que l'UIP faisait pour aider les parlements à s'adapter et il a mentionné spécifiquement l'outil en cours d'élaboration qui permettra aux parlements d'évaluer leur état de préparation en vue de traduire les Objectifs de développement durable en actions concrètes. Il a également décrit les autres priorités de l'UIP en matière de coopération avec l'ONU, pour lesquelles il espère avoir le soutien du prochain Secrétaire général de l'ONU. M. Türk et les huit autres candidats au poste de Secrétaire général ont répondu à trois questions clés de l'UIP au sujet de leurs opinions sur la coopération avec les parlements, la mise en œuvre des ODD et le processus de sélection du Secrétaire général de l'ONU.

Intensification du rôle des parlements dans le domaine de la santé comme suite à l'allocution de l'UIP au Fonds mondial

19 MAI 2016

Lutter efficacement contre des maladies comme le paludisme exige d'impliquer les parlements et les parlementaires. ©Reuters/Sukree Sukplang

Il faut mobiliser le pouvoir des parlements et des parlementaires aux niveaux national et international afin d'améliorer la santé des personnes, a déclaré le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, au Conseil d'administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Dans sa première allocution de ce genre, M. Chungong a insisté sur le rôle fondamental des parlements et des parlementaires au sein de leurs pays dans des domaines tels que l'élaboration de politiques, l'allocation de ressources et en matière d'obligation de rendre compte des gouvernements. Au niveau mondial, il est capital que des organismes comme le Fonds mondial travaillent avec les parlements pour rapprocher les milieux politiques et la communauté technique en vue d'obtenir les meilleurs résultats possible, a-t-il ajouté lors de la réunion dans la capitale de Côte d’Ivoire, Abidjan. M. Chungong a exhorté les gouvernements à inclure des parlementaires dans toutes les délégations au Conseil d'administration du Fonds mondial et autres événements de haut niveau de ce genre, et à mettre en place des mécanismes de coordination nationaux afin de maximiser l'action et les partenariats parlementaires. Il a également invité les hauts dirigeants du Fonds à participer à la prochaine Assemblée mondiale de l'UIP. Le Fonds mondial est déjà un partenaire technique du Groupe consultatif sur le VIH/sida et la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant de l'UIP. Le Conseil d'administration a remercié M. Chungong pour son discours encourageant et a réaffirmé son engagement à maintenir son partenariat régulier avec l'UIP. Le Conseil s'est aussi engagé à renforcer l'engagement parlementaire dans les mécanismes de coordination nationaux et autres processus pertinents afin de maximiser l'impact sur le terrain.

Un rôle clé en matière de nutrition pour le Secrétaire général de l'UIP

19 MAI 2016

Le Président de l'UIP, Saber Chowdhury, en visite de trois jours à Moscou et St Pétersbourg. ©Conseil de la Fédération de Russie

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, va jouer un rôle clé avec le Mouvement pour le Renforcement de la nutrition (SUN), qui va servir de catalyseur dans la lutte mondiale contre la malnutrition. Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a invité M. Chungong à faire partie du Groupe principal du Mouvement en reconnaissance de son engagement fort à améliorer les vies des personnes pauvres, victimes de la malnutrition et vulnérables. Le Groupe principal apporte son soutien aux pays dans leurs efforts pour mettre fin à la malnutrition. Il propose également des fonctions de contrôle stratégique tout en assurant la reddition des comptes. Cinquante-six pays, de même que des centaines d'organisations de la société civile, du monde des affaires et de l'ONU, se sont à ce jour engagées à soutenir le Mouvement dans ses efforts en vue de réduire les ravages de la malnutrition et de diminuer son impact sur la paix et la prospérité. La sous-nutrition est responsable du décès de plus de trois millions d'enfants de moins de cinq ans chaque année. Près de 800 millions de personnes partout au monde sont victimes de sous-nutrition et deux milliards ont des carences en vitamines et minéraux clés.

Le Président de l'UIP exhorte les parlementaires à œuvrer pour la paix lors de sa visite en Russie

18 MAI 2016

Le Président de l'UIP, Saber Chowdhury, en visite de trois jours à Moscou et St Pétersbourg. Photo: Conseil de la Fédération de Russie

Le Président de l'UIP, Saber Chowdhury, était en visite en Russie pour y remercier les parlementaires d'avoir invité son Organisation à tenir son Assemblée d'automne 2017 à St Pétersbourg. Il a commencé par souligner le rôle des parlements dans la création et le maintien d'un monde en paix. Dans son discours devant le Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe, M. Chowdhury a fait l'éloge de l'affiliation de longue date de la Russie à l'UIP et a exhorté les parlementaires à continuer d'œuvrer pour la paix. Il est revenu sur le rôle déterminant des parlements dans la création d'un monde meilleur grâce à l'élaboration de législation adéquate et à la mise en place de mesures de contrôle appropriées comme celles qui visent à réaliser les Objectifs de développement durable de l'ONU. M. Chowdhury a également insisté sur l'engagement de l'UIP en faveur de la démocratie, l'état de droit, la bonne gouvernance et les droits de l'homme. En mettant en évidence le rôle inestimable des Assemblées de l'UIP en tant que plates-formes de diplomatie parlementaire et de lieu pour échanger et réagir aux questions d'actualité, M. Chowdhury a rappelé au Parlement russe le rôle que l'UIP avait joué pour favoriser la première réunion entre le Premier ministre britannique de l'époque, Margaret Thatcher, et le leader soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, à l'apogée de la guerre froide. Il a ajouté enfin que l'UIP continuait d'offrir ses bons offices aux parties au conflit en tant que médiateur libre de toute arrière-pensée.

Au cours de sa visite de trois jours, M. Chowdhury a également rencontré des ministres et des responsables, et a assisté à une séance plénière à St Pétersbourg de l'Assemblée interparlementaire de la Communauté des Etats indépendants. Cette Assemblée est un organe consultatif qui débat de la coopération parlementaire au sein de la CEI – l'association des pays formée par les anciens Etats membres de l'URSS. L'Assemblée interparlementaire a maintenant obtenu le statut de Membre associé de l'UIP, après avoir eu celui d'Observateur permanant.

Le Secrétaire général de l'UIP expose sa vision des Geneva Gender Champions

18 MAI 2016

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a déjà signé l'engagement pour devenir un Geneva Gender Champion. ©IPU/Zeina Hilal

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a souligné l'engagement de l'organisation en faveur de l'égalité des sexes et a donné un aperçu des étapes stratégiques qui permettront d'avancer. Lors de son allocution à l'examen semestriel de l'initiative International Geneva Gender Champions (défenseurs de l'égalité des genres de la Genève internationale), M. Chungong a décrit l'égalité comme étant un élément clé de meilleurs parlements. Il a précisé que la stratégie de l'UIP pour y arriver consistait à définir des objectifs, suivre et soutenir la participation des femmes en politique, renforcer les capacités des parlements et les aider grâce à des conseils et de la formation. Puisque l'égalité des sexes fait partie des Objectifs de développement durable de l'ONU à atteindre d'ici 2030, le projet Gender Champions encourage toutes les organisations internationales basées à Genève à s'engager en faveur de l'égalité. M. Chungong a signé l'engagement de l'organisation comprenant une série d'étapes parmi lesquelles il y a s'efforcer d'atteindre la parité des intervenants dans les réunions de l'UIP et accroître la participation des femmes dans les Assemblées et les processus décisionnels de l'UIP. Il a ajouté enfin qu'il était essentiel d'aller plus loin que les quotas afin d'arriver à une parité réelle et a averti que l'une des mesures de cette lutte serait de “nommer et pointer du doigt” les délégations composées de membres d'un seul sexe lors d'Assemblées.

Les candidats au poste de Secrétaire général de l'ONU s'adressent aux parlements du monde

17 MAI 2016

Les neuf candidats ont exposé leurs positions sur la participation parlementaire.

Les candidats à la succession de Ban Ki-moon au poste de Secrétaire général des Nations Unies ont souligné leur engagement à travailler avec l'UIP et les parlements du monde – et à contribuer à la réalisation du nouveau programme de développement mondial – à travers leurs réponses aux trois questions qui leur ont été adressées par l'UIP. Les neuf prétendants ont répondu en exposant leurs positions sur l'implication parlementaire dans la mise en œuvre des ODD, le renforcement de la relation entre l'ONU, l'UIP et les parlements, et le rôle des parlementaires dans le processus de sélection du Secrétaire général. Les candidats actuels sont Srgjan Kerim de l'Ex-République yougoslave de Macédoine, Vesna Pusić de la Croatie, Igor Lukšić du Monténégro, Danilo Türk de la Slovénie, Irina Bokova de la Bulgarie, Natalia Gherman de la Moldova, António Guterres du Portugal, Helen Clark de la Nouvelle-Zélande et Vuk Jeremić de la Serbie. Le mandat de M. Ban en tant que huitième Secrétaire général prend fin le 31 décembre 2016. Son successeur sera nommé par l'Assemblée générale plus tard cette année sur recommandation du Conseil de sécurité.

De nouvelles mesures en vue d’une plus grande autonomie pour le Parlement afghan

13 MAI 2016

La délégation s’est réunie pendant trois jours au Siège de l’UIP à Genève. ©UIP/Jonathan Lang

Une délégation de fonctionnaires afghans s’est penchée sur les prochaines mesures que le Parlement de l’Afghanistan devra prendre dans ses démarches en vue d’un renforcement de la démocratie et de l’autosuffisance du pays. Cette délégation, dont faisaient partie entre autres les Secrétaires généraux des deux chambres parlementaires, s’est réunie dans le cadre d’un atelier de trois jours organisé au Siège de l’UIP en Suisse. Sous la forme d’une formation, cet atelier constituait la dernière étape d’un processus de renforcement de capacités parlementaires mené par le Parlement afghan même et soutenu par l’UIP et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). A cette occasion, la délégation a rédigé une Loi sur le service parlementaire propre à donner plus d’autonomie au parlement dans son travail de tous les jours. L’UIP soutient le Parlement afghan depuis 2004, en partenariat avec le PNUD. Le programme encourage l’appropriation locale, le parlement fixant lui-même ses priorités en faveur du développement dans le respect des Principes communs en matière d'assistance aux parlements (PDF) de l’UIP.

L'UIP signe un accord pour son Assemblée avec le Président du Parlement du Bangladesh

10 MAI 2016

L'accord pour l'Assemblée a été signé au Parlement britannique, à Londres. ©Paul Milsom/Lightning Photography Ltd

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a signé un accord avec le Président du Parlement du Bangladesh, Shirin Sharmin Chaudhury, scellant la décision et le processus pour l'Assemblée de l'UIP qui doit avoir lieu le printemps prochain à Dhaka, du 1 au 5 avril 2017. La 136ème Assemblée sera la première de l'histoire de l'UIP a avoir lieu au Bangladesh. La cérémonie de signature était organisée par le Groupe britannique de l'UIP à la Chambre des Lords, à Londres. Le Président du Groupe, Nigel Evans, était présent, avec le Vice-Président du Groupe et de l'UIP, Ian Liddell-Grainger, ainsi que le deuxième Vice-Président du Groupe, Lord Anderson of Swansea. Les Assemblées de l'UIP rassemblent des centaines de parlementaires, parmi lesquels des Présidents et Vice-Présidents de chambre, afin de définir et de promouvoir les réponses parlementaires à des enjeux mondiaux clés tels que le terrorisme, les changements climatiques et les Objectifs de développement durable. Avant l'assemblée de Dhaka l'année prochaine, les parlementaires du monde seront réunis à Genève, en Suisse, pour la 135ème Assemblée de l'UIP du 23 au 27 octobre 2016. 

Des parlementaires namibiens affinent leurs compétences pour mettre fin à la discrimination envers les femmes

9 MAI 2016

Le Comité du CEDAW encourage la Namibie à s'attaquer aux pratiques discriminatoires, et de sévir en matière de violence à l'égard des femmes. ©AFP/Antoine Lorgnier/Only World/Only France

Des parlementaires de Namibie vont bientôt prendre part à un séminaire de trois jours destiné à renforcer la promotion de l'égalité entre les sexes. Cet événement, qui aura lieu dans la capitale, Windhoek, du 12 au 14 mai, est organisé par le parlement de Namibie avec le soutien de l'UIP. La Namibie a fait la preuve de son engagement envers l'égalité depuis son indépendance en 1990 en ratifiant et mettant en œuvre plusieurs traités internationaux et régionaux, comme la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW). Toutefois, selon le comité international qui supervise l'application de la Convention, la Namibie doit encore faire des efforts pour atteindre ses cibles. Parmi les obstacles identifiés, il y avait des lacunes dans les lois sur l'égalité et des ressources insuffisantes pour le fonds d'assistance juridique destiné aux femmes. Le Comité demande aussi que des actions soient prises pour renforcer les mesures contre la violence faite aux femmes et pour proscrire les usages et pratiques discriminatoires. Ce séminaire offrira aux parlementaires les connaissances techniques qu'il leur faut pour formuler, examiner, adopter et contrôler des lois et politiques efficaces. Il comprendra également l'Examen périodique universel de la Namibie – le processus des Nations Unies qui examine le bilan des droits de l'homme de tous les Etats membres de l'ONU. Outre ce séminaire, accroître le rôle des parlements dans la mise en œuvre de la Convention au sein de pays individuels fait partie du travail de l'UIP, conjointement avec le comité de contrôle de la CEDAW. Un guide est également disponible pour aider les parlementaires à mieux comprendre la CEDAW.  

Le Président de l'UIP rencontre le chef d'Etat roumain

27 AVRIL 2016

Le Président Chowdhury a abordé divers sujets avec le Président Iohannis, parmi lesquels la crise des réfugiés qui touche l'Europe. ©Présidence roumaine

dans le cadre de sa visite officielle en Roumanie, le Président de l'UIP, Saber Chowdhury, s'est entretenu avec le Président Klaus Iohannis, dans la capitale, Bucarest. Les deux hommes ont évoqué de nombreuses questions parmi lesquelles le rôle des parlements dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) ainsi que le nouvel Accord sur le changement climatique, la contribution vitale de la diplomatie parlementaire à la paix dans le monde, et la crise des réfugiés qui touche l'Europe. La coopération entre l'UIP, l'ONU et le Parlement européen a également été abordé. La visite officielle du Président Chowdhury, qui marquait le 125ème anniversaire de l'affiliation de la Roumanie à l'UIP, a aussi été l'occasion de rencontrer le Président de la Chambre des députés, Valeriu Stefan Zgonea, le ministre de l'Environnement, Cristiana Pasca-Palmer, et le ministre des Affaires étrangères, Lazar Comanescu. Après son allocution devant le Parlement roumain réuni en congrès, le Président Chowdhury a participé à un débat avec des étudiants de l'Académie d'études économiques de Bucarest. Pour finir, le Président s'est rendu à Brasov, en Transylvanie, pour y rencontrer des dirigeants locaux et représentants de la société civile afin de discuter du développement durable des villes et communautés dans le contexte des ODD. 

La réunion parlementaire à l’occasion de l’Assemblée mondiale de la Santé ouvre de nouvelles perspectives

27 AVRIL 2016

La réunion parlementaire fait suite à l'allocution historique du Dr Margaret Chan devant l'Assemblée de l'UIP en octobre dernier. ©UIP/Lucien Fortunati

es parlementaires se réuniront pour la première fois en marge de l'Assemblée mondiale de la Santé à la fin du mois. Cet événement fait suite à la première allocution historique de la Directrice générale de l'OMS, Mme Margaret Chan, devant l'Assemblée de l'UIP à Genève en octobre dernier, au cours de laquelle elle a exhorté les parlementaires à remplir leur rôle unique et d'utiliser leur pouvoir considérable pour offrir de meilleurs soins de santé aux citoyens. Cette réunion contribuera à renforcer la participation parlementaire à l'Organisation mondiale de la Santé afin d'assurer que les parlements traduisent ses décisions par des actions concrètes. Les parlementaires auront l'occasion de partager et d'entendre des idées sur les manières d'atteindre les cibles ambitieuses de l'Objectif de développement durable n° 3 sur la santé – notamment la couverture sanitaire universelle – et sur la nouvelle Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent. Cet événement, co-parrainé par le Bangladesh, l'Italie et le Lesotho, se tiendra le 26 mai 2016, de 12 h.15 à 13 h.45, dans la salle VII du Palais des Nations, à Genève. Cette réunion est ouverte à tous les parlementaires participant à la 69ème Assemblée mondiale de la Santé en tant que membres de leur délégation nationale.

La législation du travail turque sera examinée sous l’angle de l’égalité des sexes

27 AVRIL 2016

Un examen déterminera s'il y a des lacunes en matière d'égalité entre les sexes dans la législation du travail turque. ©AFP/Kerem Kocalar/Anadolu Agency

une série de réunions ont lieu en Turquie sur la législation du travail en vigueur dans le pays, visant à déterminer si celle-ci est conforme aux normes internationales en matière d’égalité des sexes. Cet événement réunira des experts internationaux, des membres du personnel et des membres de la commission parlementaire pour l’égalité des chances hommes-femmes, de hauts fonctionnaires du cabinet du Premier ministre et d’autres départements clés chargés d’examiner les projets de loi, ainsi que des parlementaires issus de commissions actives dans les domaines du travail, des affaires sociales et de la justice. Ces réunions mettront en avant les conventions internationales ayant trait à l’égalité des sexes, telles que la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), avant de se pencher sur la législation turque en la matière et d’identifier les domaines dans lesquels des amendements pourraient être nécessaires.

La Sierra Leone s’attaque à la discrimination et la violence engendrées par l’épidémie d’Ebola

27 AVRIL 2016

Une série d'événements a permis aux parlementaires et dirigeants communautaires d'échanger des messages clés concernant Ebola et l'égalité. ©Mohamed Momoh Ngevao

des parlementaires de la Sierra Leone ont bénéficié d’une formation approfondie dans le cadre d’un atelier portant sur la fin de la stigmatisation des survivants de l’épidémie mortelle d’Ebola qui a sévi dans ce pays. Une enquête a révélé que 96 pour cent des personnes qui ont survécu à l’épidémie ont été victimes de discrimination. A l’occasion de cet atelier organisé dans la capitale, Freetown, les parlementaires ont également reçu d’importantes informations sur la lutte contre la violence à l’encontre des femmes et des filles et sur les mesures visant à améliorer leur état de santé.

Quarante parlementaires ont pris part à cet atelier, pour ensuite aller livrer les messages sur la violence liée à Ebola à la communauté lors d'événements de deux jours à Freetown et dans l'est du pays, à Kenema. Plus de 80 personnes ont participé à chaque événement, parmi lesquelles des dirigeants locaux, des responsables de la police et du milieu juridique, et des professionnels de la santé, de l'éducation et du domaine social, des organisations de la société civile, des groupes représentant les femmes et les jeunes, et des citoyens. Ces événements étaient organisés par le Parlement de la Sierra Leone avec l'assistance de l'UIP.

L'engagement de la communauté est au cœur de la nouvelle Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent 2016-2030, dont les objectifs comprennent l'élimination des décès évitables et permettre aux gens de prospérer. L'UIP - en collaboration avec l'Organisation mondiale de la Santé et le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant - est en pointe dans les efforts visant à assurer que les parlements nationaux continuent de jouer un rôle essentiel dans l'amélioration de la santé des femmes, enfants et adolescents au niveau national, régional et mondial.

Des parlementaires mauritaniens participeront à un séminaire sur la violence à l'égard des femmes

27 AVRIL 2016

La recherche indique qu'une large majorité de femmes mauritaniennes subissent des violations de leurs droits telles que des mutilations génitales féminines, la violence et les mariages d'enfants. ©AFP/Georges Gobet

les mutilations génitales féminines, le mariage des enfants et d'autres formes de violence faites aux femmes en Mauritanie feront l'objet d'un séminaire qui aura lieu dans la capital, Nouakchott, les 18 et 19 mai. Plus de 120 parlementaires, fonctionnaires publics et autres responsables devraient participer à cet événement, organisé conjointement par l'UIP, l'Assemblée nationale de Mauritanie et le groupe des femmes parlementaires.

La recherche indique qu'environ 69 pour cent des femmes de Mauritanie ont fait l'objet de mutilations génitales féminines et que d'autres violations de leurs droits sont répandues, notamment la violence domestique et le mariage des enfants. Le séminaire contribuera à sensibiliser les parlementaires à ces questions et les informera sur la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) et d'autres normes internationales. Les discussions prépareront les parlementaires à l'examen et l'adoption d'une nouvelle loi contre la violence faite aux femmes, que le gouvernement mauritanien devrait soumettre au parlement plus tard cette année.

Donner l'opportunité aux parlementaires de contribuer au nouveau guide sur les ODD

27 AVRIL 2016

Les ODD devraient transformer les vies de la population mondiale et ne laisser personne de côté. ©AFP/Hector Retamal

 l'UIP élabore des outils pour aider les parlementaires et les parlements partout dans le monde à remplir leur rôle dans la réalisation des audacieux Objectifs de développement durable (ODD) et invite les parlementaires à soumettre leurs commentaires. Les 17 ODD et 169 cibles concrètes ont été adoptés par les gouvernements lors du Sommet de l'ONU en septembre 2015 et leur réalisation ne transformerait pas seulement les vies de la population mondiale, mais le monde lui-même. L'ensemble d'outils, qui comprend un questionnaire d'auto-évaluation, est conçu pour permettre aux parlementaires d'identifier les bonnes pratiques afin d'intégrer les divers objectifs dans les travaux de leurs parlements. Ces outils sont actuellement en cours de test et les parlementaires peuvent en obtenir une copie en écrivant à postbox@IPU.org. Le projet d'outils, en anglais, français et espagnol, est divisé en huit sections, chacune axée sur une fonction clé telle que le travail législatif ou le contrôle. L'UIP attend les commentaires, idées et suggestions sur d'éventuelles améliorations d'ici le 15 mai 2016.

Au Rwanda, des événements communautaires soulignent les bénéfices de l'inscription à l'état civil

27 AVRIL 2016

Des événements communautaires ont permis aux parlementaires d'identifier des lacunes dans le système d'enregistrement. ©Jean-Marie Mbonyintwali

Des parlementaires rwandais ont participé à une série de visites communautaires pour se rendre compte du fonctionnement de l'inscription à l'état civil sur le terrain. Le groupe de presque 30 parlementaires a visité 14 districts nationaux en mars, pour entendre les opinions et les préoccupations des responsables et des citoyens. Des registres et statistiques de l'état civil efficaces sont un élément clé de la planification et des prévisions budgétaires à long-terme pour les programmes de développement sociaux, particulièrement ceux qui visent la santé des mères et de leurs enfants. Les parlementaires ont expliqué l'importance de renforcer les services d'inscription et d'assurer qu'ils étaient accessibles et bien gérés. Ils ont également mis l'accent sur le besoin vital des citoyens d'être mieux informés sur les bénéfices de l'enregistrement d'événements tels que les naissances et les décès. Les parlementaires ont aussi pu identifier des lacunes dans le système et ont rédigé des questions à soumettre aux institutions gouvernementales concernées. Pour leur part, des responsables locaux et officiers d'état civil se sont engagés à améliorer les taux d'enregistrement. Ces événements ont eu lieu avec le soutien de l'UIP.

Des parlementaires d’Europe centrale et orientale adoptent une feuille de route sur les ODD

19 AVRIL 2016

La stratégie de l’UIP aidera les parlements à obtenir des résultats en fonction des attentes de développement durable des citoyens. © Reuters/R.Ranoco, 2014

Dans le cadre d’une réunion organisée en Roumanie, des parlementaires de sept pays ainsi que le Parlement européen se sont engagés à mettre en œuvre les Objectifs de développement durable (ODD) en adoptant une approche inclusive axée sur "les peuples, la paix, la prospérité, la planète et les partenariats". Ce séminaire régional réunissant les parlements d’Europe centrale et orientale, qui a lieu les 18 et 19 avril à Bucarest, a été organisé conjointement par le Parlement roumain et l’UIP. Dans un document final, les parlementaires ont souligné le rôle de la bonne gouvernance dans la mise en œuvre des ODD et prient instamment tous les parlements à se servir des nouveaux outils développés par l’UIP en vue de les aider à déterminer si leurs processus de travail sont aptes à réaliser les objectifs.

Le document final met en évidence le fait que la nature universelle des ODD confère à tous les parlements la mission de promouvoir ces objectifs au niveau national.  Ce document relève également que du fait de la place particulière qu’ils occupent au sein de la société, les parlementaires ont un rôle majeur à jouer consistant à expliquer à leurs citoyens l’importance de ces changements dans les efforts en vue de promouvoir une culture de responsabilité environnementale au moyen de l’éducation. Les parlements sont priés de veiller à disposer de lois appropriées en vue de la protection de l’environnement et de réserves financières suffisantes pour l’adoption de mesures propres à prévenir les catastrophes naturelles et à réduire l’impact des changements climatiques. En outre, les parlementaires ont relevé l’importance de consulter les groupes marginalisés, ainsi que de recueillir et d’interpréter des données pertinentes en la matière.
Des parlementaires de nombreux pays ont participé au séminaire, venus d’Autriche, de Géorgie, de Hongrie, du Kazakhstan, de Pologne, de la République de Moldova et de Roumanie. Les participants sont convenus de faire le bilan des avancées lors de leur prochaine rencontre dans la capitale hongroise, prévue au début de 2017.

Cette réunion coïncidait avec le 125ème anniversaire de l’engagement de la Roumanie au sein de l’UIP. Afin de marquer cet événement, le Président de l’UIP,  Saber Chowdhury, s’est exprimé lors d’une séance spéciale à laquelle les deux chambres du Parlement roumain ont participé. Il y a relevé l’importante contribution du pays aux travaux de l’Organisation pendant ces nombreuses années. Il a également félicité le Parlement roumain pour l’adoption d’une déclaration globale sur les ODD, la première du genre à avoir été adoptée dans le monde.  Pour fêter cet anniversaire, la Roumanie a également émis un timbre commémoratif.

Le projet de stratégie de l'UIP présente la vision d'avenir de l'Organisation

11 AVRIL 2016

La stratégie de l’UIP aidera les parlements à obtenir des résultats en fonction des attentes de développement durable des citoyens. © Reuters/R.Ranoco, 2014

L'UIP sollicite l'avis de ses Membres sur son Projet de stratégie pour 2017-2021. Ce document, intitulé Des parlements démocratiques plus forts au service du peuple, présente une vision du monde dans laquelle chaque voix compte et où démocratie et parlement sont au service des citoyens et se consacrent à la paix et au développement. Cette stratégie repose sur les principes d'égalité, d'inclusivité, de respect, d'intégrité et de solidarité. Elle illustre l'engagement de l'UIP dans des domaines tels que l'égalité des sexes, l'autonomisation des jeunes, les droits de l'homme, le programme mondial de développement, la consolidation de la paix, le renforcement des liens unissant les parlements, ainsi que les efforts consentis par l'Organisation pour combler le déficit démocratique caractérisant les relations internationales en développant la dimension parlementaire du processus décisionnel mondial. Martin Chungong, Secrétaire général de l'UIP, a déclaré aux délégués présents à l'Assemblée de Lusaka que la stratégie de l'UIP continuerait à mettre l'accent sur le renforcement de l'institution parlementaire et aiderait les parlements à obtenir des résultats en fonction des attentes des citoyens. Pour nous donner votre avis, veuillez utiliser l'adresse : postbox@ipu.org avant le 15 juillet 2016.  

Les Parlements d'Europe centrale et orientale assurent le suivi des ODD

31 MARS 2016

Les 17 ODD engagent les Etats à prendre des mesures concernant toute une gamme de questions de développement parmi lesquelles le changement climatique. ©AFP/Attila Kisbenedek

Les parlementaires d'Europe centrale et orientale continueront, lors de la rencontre organisée à leur intention le mois prochain en Roumanie, à définir les perspectives que les Objectifs de développement durable (ODD) ouvrent à leurs parlements et à eux-mêmes, ainsi que les difficultés auxquelles ils se heurtent dans ce contexte. La réunion des 18 et 19 avril fait suite au séminaire sous-régional organisé en juin 2015, au cours duquel les parlements ont été invités à prendre des mesures concrètes dans plusieurs domaines clés, notamment en luttant contre les risques écologiques et les changements climatiques. Les parlements participants présenteront les mesures qu'ils ont prises en matière d'ODD depuis la réunion de 2015. 

La réunion de cette année portera prioritairement sur l'ODD 16, qui souligne l'importance de l'existence d'institutions efficaces, notamment l'institution parlementaire, pour réussir à réaliser les 17 objectifs grâce à des politiques cohérentes dégageant et mettant à profit les synergies. Des questions fondamentales, telles que l'efficacité de la gouvernance, l'implication citoyenne dans la réalisation des ODD, la participation politique inclusive, ainsi que les solutions permettant de faire diminuer les risques écologiques en réduisant les risques de catastrophe et en développant les énergies renouvelables, seront également au cœur du débat. La réunion de Bucarest coïncidera avec les célébrations venant marquer les 125 années de participation du Parlement roumain aux travaux de l'UIP. Pour fêter cet anniversaire, la Chambre des députés et le Sénat roumains organiseront une séance conjointe, au cours de laquelle ils adopteront une déclaration relative aux ODD. L'UIP se consacre à aider les parlements à acquérir les capacités requises pour réaliser les ODD en renforçant et en adaptant leur processus décisionnel, en traduisant les ODD en lois nationales applicables, en demandant des comptes au gouvernement et en affectant le financement requis.

Le groupe de l'UIP créé à l’intention des femmes parlementaires change de nom

31 MARS 2016

Les femmes parlementaires tiennent des réunions officielles depuis les années 80 afin de promouvoir l'autonomisation et d'inciter au changement. ©UIP/Jeremy Mukumbuta

La Réunion des femmes parlementaires de l'UIP, enceinte offrant depuis plus de 30 ans aux femmes parlementaires une occasion unique de rencontrer leurs homologues à l'échelon mondial et de contribuer à la prise de décision à l'échelle internationale a changé de nom et s'appelle désormais le Forum des femmes parlementaires. Le Comité de coordination des femmes parlementaires, son instance organisatrice, prend pour sa part le nom de Bureau des femmes parlementaires. Ces modifications, qui visent à donner au groupe un nom plus en adéquation avec son mandat et son fonctionnement, ont été approuvées par les parlementaires assistant à la 134ème Assemblée de l'UIP, qui s'est tenue à Lusaka. Le Forum des femmes parlementaires continuera à se réunir à l'occasion des assemblées semestrielles de l'UIP dans le but de soutenir et d'encourager les femmes parlementaires, ainsi que de veiller à ce que leur voix soit entendue dans le cadre plus général des travaux de l'UIP. Les chiffres les plus récents révèlent que les femmes représentent seulement 22,6 pour cent des 45 000 parlementaires recensés dans le monde, ce qui scelle la détermination de l'UIP à réaliser l'égalité des sexes non seulement au sein de sa propre structure, mais également dans les parlements nationaux du monde entier.

Les parlementaires du monde entier réfléchissent aux solutions permettant de renforcer la participation politique des femmes

31 MARS 2016

Le débat portait sur les obstacles à la participation des femmes en politique, allant des stéréotypes aux injures sur les médias sociaux. ©UIP/Jeremy Mukumbuta

Une équipe de l'UIP revient d'Egypte, où elle a évalué les besoins du Parlement pour la prochaine étape de son développement. L'équipe s'est intéressée à plusieurs domaines, dont le renforcement de l'action des parlementaires dans tous leurs domaines d'activités, l'autonomisation des femmes membres et des jeunes parlementaires, et la mise en place d'un institut de formation parlementaire. Cet institut permettrait d'améliorer les bonnes procédures en augmentant l'efficacité du personnel et en élargissant les connaissances des parlementaires concernant les techniques parlementaires et certains sujets spécifiques. La coopération avec les autres parlements s'en trouverait également renforcée. Sur place, le groupe s'est également penché sur l'amélioration de services parlementaires clés tels que les services bibliothécaires, de documentation et les technologies de l'information et de la communication (TIC), de même que la structure du parlement et ses relations avec le gouvernement, les citoyens et les organisations civiles. L'équipe, qui réunissait des experts australiens, britanniques, égyptiens et français, présentera ses constatations à la prochaine Assemblée de l'UIP en Zambie, avant de publier un rapport complet en avril. C'est par la suite qu'un programme complet d'assistance sera élaboré. Le mois dernier, le Président de la Chambre des représentants égyptienne, Ali Abd Elall Sayed Ahmed, a conclu un accord avec le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, aux termes duquel l'UIP continuera d'offrir son soutien au Parlement égyptien. L'UIP travail avec l'Egypte depuis 2014, lui fournissant une assistance prioritaire lors des préparations au rétablissement du parlement complet. Les activités ont compris de la formation pour le personnel parlementaire, un soutien consultatif et, récemment, un programme d'initiation pour les nouveaux parlementaires comme suite à leur élection. Le nouveau parlement compte presque 600 membres, 15 pour cent desquels sont des femmes et 29 pour cent ont entre 25 et 45 ans.

Une équipe de l'UIP en mission au Parlement d'Egypte

14 MARS 2016

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, et le Président du parlement égyptien, Ali Abd Elall Sayed Ahmed, signent un accord de collaboration. ©UIP/Jorky

Une équipe de l'UIP revient d'Egypte, où elle a évalué les besoins du Parlement pour la prochaine étape de son développement. L'équipe s'est intéressée à plusieurs domaines, dont le renforcement de l'action des parlementaires dans tous leurs domaines d'activités, l'autonomisation des femmes membres et des jeunes parlementaires, et la mise en place d'un institut de formation parlementaire. Cet institut permettrait d'améliorer les bonnes procédures en augmentant l'efficacité du personnel et en élargissant les connaissances des parlementaires concernant les techniques parlementaires et certains sujets spécifiques. La coopération avec les autres parlements s'en trouverait également renforcée. Sur place, le groupe s'est également penché sur l'amélioration de services parlementaires clés tels que les services bibliothécaires, de documentation et les technologies de l'information et de la communication (TIC), de même que la structure du parlement et ses relations avec le gouvernement, les citoyens et les organisations civiles. L'équipe, qui réunissait des experts australiens, britanniques, égyptiens et français, présentera ses constatations à la prochaine Assemblée de l'UIP en Zambie, avant de publier un rapport complet en avril. C'est par la suite qu'un programme complet d'assistance sera élaboré. Le mois dernier, le Président de la Chambre des représentants égyptienne, Ali Abd Elall Sayed Ahmed, a conclu un accord avec le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, aux termes duquel l'UIP continuera d'offrir son soutien au Parlement égyptien. L'UIP travail avec l'Egypte depuis 2014, lui fournissant une assistance prioritaire lors des préparations au rétablissement du parlement complet. Les activités ont compris de la formation pour le personnel parlementaire, un soutien consultatif et, récemment, un programme d'initiation pour les nouveaux parlementaires comme suite à leur élection. Le nouveau parlement compte presque 600 membres, 15 pour cent desquels sont des femmes et 29 pour cent ont entre 25 et 45 ans.

Des parlementaires africains proposent de nouvelles formes d’action pour faire face aux ADM

9 MARS 2016

Des parlementaires de 18 pays différents se sont réunis en Côte d'Ivoire pour prendre part au séminaire. ©KOUA Messou Laurent

Réunis dans le cadre d’un séminaire en Côte d’Ivoire, des parlementaires venus de toute l’Afrique ont proposé de nouvelles formes d’action pour stopper la prolifération des armes de destruction massive (ADM). Plus de 70 parlementaires originaires de 18 pays différents ont participé à ce séminaire qui permettait, pour la première fois, à des parlementaires d’un même continent de débattre de la mise en œuvre de la résolution 1540 des Nations Unies portant sur la menace que représentent les ADM en particulier lorsqu'elles se trouvent entre les mains d’acteurs non étatiques.

Organisé conjointement par l’UIP et le Parlement de la Côte d’Ivoire, en partenariat avec le Comité 1540 et le Bureau des affaires du désarmement des Nations Unies, cet événement a proposé des informations pratiques sur les risques engendrés par les ADM et sur la manière dont les parlements peuvent agir dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution 1540. Ses conclusions serviront à l’élaboration d’une feuille de route, qui, sur proposition des parlementaires, présentera des outils pratiques sur la manière dont la résolution pourra être mise en œuvre.

Dans son allocution prononcée à cette occasion, le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a rappelé qu’"il existe un réel danger de voir des groupes terroristes avoir recours à des armes de destruction massive pour faire progresser leurs causes criminelles" et qu’"un effort de coopération mondiale est réellement nécessaire pour que les parlementaires de chaque pays prennent conscience de l’obligation d’agir qui leur incombe et pour empêcher la prolifération d’armes de destruction massive." D’autres personnalités sont intervenues parmi lesquelles Isidor Marcel Sene, du Comité 1540, Jean Albert Agbre, Président délégué du Groupe UIP à l'Assemblée nationale de la Côte d'Ivoire, et Olatokunbo Ige, Directeur du Centre Régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique (UNREC) et représentant également à cette occasion le Bureau des affaires du désarmement des Nations Unies (UNODA). Le Président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, a ouvert le séminaire.

Les ADM prolifèrent en particulier dans les zones de conflits et d'activité terroriste. La résolution 1540 (PDF) contraint les gouvernements à appliquer des lois et des règlements efficaces afin d’empêcher les terroristes et d’autres acteurs non étatiques d’acquérir ce type d’armes.

Un accord de financement avec le Canada pour renforcer les activités de l'UIP en faveur de l'égalité des sexes

3 MARS 2016

Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, a participé à une cérémonie de signature à Ottawa en compagnie de la Ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau. ©Global Affairs Canada

Le Canada a signé avec l'UIP un accord concernant un financement s'élevant à deux millions de dollars canadiens pour aider les femmes parlementaires des pays en développement à jouer un rôle de dirigeantes plus affirmé. L'UIP utilisera ce financement accordé par Affaires mondiales Canada pour contribuer à accroître le nombre de femmes au sein des parlements, appuyer les femmes parlementaires dans leurs activités et aider les assemblées nationales à se doter des outils nécessaires pour promouvoir l'égalité des sexes et les droits des femmes. Le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, qui a signé l'accord a déclaré: "Le Canada a toujours fortement soutenu l'action et les valeurs de l'UIP. Cet accord de financement est un nouvel exemple de son attachement aux efforts que nous déployons pour promouvoir et développer la démocratie et l'égalité des chances". M. Chungong a participé à une cérémonie de signature à Ottawa en compagnie de la Ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, puis a rencontré le Ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion. Le projet prévoit de dispenser, au cours des trois prochaines années, une formation à près de 500 femmes parlementaires sur la meilleure manière de s'acquitter de leurs fonctions et de développer une base de données en ligne à l'intention des décideurs regroupant des résultats de recherches, des statistiques et des données sur les femmes en politique. "La promotion de l'égalité de droits pour les femmes et les hommes au sein des parlements du monde entier renforce une gouvernance inclusive et responsable," a indiqué Mme Bibeau.

L’Assemblée de l’UIP se penche sur les moyens de rajeunir la démocratie

29 FEVRIER 2016

Une démocratie forte a besoin de la participation des jeunes dans la vie politique officielle. ©REUTERS/Anis Mili

Les Membres de l’UIP qui participeront à la 134ème Assemblée en Zambie (19-23 mars) se pencheront sur la question essentielle des possibilités et moyens à disposition pour rajeunir la démocratie et donner la parole aux jeunes. L’Assemblée sondera les manières d’inverser la tendance qu’ont les jeunes d’aujourd’hui à se désintéresser de la politique officielle – une mesure fondamentale en vue de la sauvegarde et du renforcement de la démocratie dans les cultures du monde. En outre, les participants auront l’occasion d’explorer des idées innovantes propres à affermir et moderniser la culture, les institutions et les pratiques démocratiques. D’autres débats sont au programme, notamment sur la prévention des mariages d’enfants, précoces et forcés et sur des parlements sensibles au développement durable, plus ouverts et enclins à rendre des comptes. Des résolutions devraient également être adoptées, notamment sur le renforcement de la coopération dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et sur la protection du patrimoine culturel de l’humanité. Comme de coutume, la Réunion des femmes parlementaires y tiendra sa session biannuelle, qui s’inscrit dans la continuité des efforts déployés par l’UIP en vue de l’autonomisation et du renforcement des femmes parlementaires. Le programme prévoit également des réunions de plusieurs organes de l’UIP, notamment du Comité des droits de l’homme des parlementaires, du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient et du Groupe consultatif sur le VIH/sida et la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant. Des centaines de parlementaires du monde entier, dont près de 75 Présidents et Vice-Présidents de parlement, participeront à cette 134ème Assemblée, accueillie par l’Assemblée nationale de Zambie. L’Assemblée aura lieu quelques jours après la troisième Conférence mondiale des jeunes parlementaires de l’UIP, qui se concentrera sur le rôle des jeunes dans l’atteinte des nouveaux objectifs de développement adoptés par les dirigeants mondiaux en 2015. Organisées deux fois par année, les Assemblées de l’UIP réunissent des parlementaires des 167 Parlements membres de l’Organisation en vue de définir des politiques sur des questions internationales majeures. Suivez ou participez aux débats sur Twitter avec le hashtag #IPU134. Des photos seront publiées sur Flickr  . Pour les Parlements membres qui ne se sont pas encore inscrits: le système d'inscription en ligne est actif jusqu’au 1er mars.

Les jeunes parlementaires concentrés sur le développement pour tous

29 FEVRIER 2016

Les jeunes parlementaires étudieront les moyens d'assurer un développement durable pour tous les citoyens de la planète. ©REUTERS/Andrew Biraj

A l'occasion de leur Conférence mondiale annuelle qui aura lieu en Zambie le mois prochain, les jeunes parlementaires définiront leur rôle dans les efforts de réalisation des nouveaux objectifs de développement. Organisée conjointement par l’UIP et le Parlement de Zambie autour du thème Programme 2030 : Ouvrir la voie, ne laisser personne de côté, cette Conférence se concentrera sur les catégories de population qui risquent d’être tenues à l’écart de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) ainsi que sur les mesures à prendre. Des questions politiques fondamentales, telles que les changements climatiques, le développement durable et les modèles économiques mondiaux, seront au centre des débats et d’autres événements interactifs. La Conférence est organisée avec le soutien de l’organisation japonaise à but non lucratif Worldwide Support for Development(@support4dev) et est ouverte aux jeunes membres des parlements nationaux ainsi qu’aux observateurs de l’UIP et à quelques organisations, réseaux et associations de jeunes. Les participants peuvent s’y inscrire à l’aide du formulaire d’inscription prévu à cet effet. Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, l’Envoyé du Secrétaire général de l’ONU pour la Jeunesse, Ahmad Alhendawi ainsi que le ministre zambien Greyford Monde, lui-même un jeune parlementaire, interviendront dans le cadre de cette conférence. Le discours liminaire sera prononcé par Vinay Nayak, expert de l’utilisation des technologies modernes en politique.

La Conférence mondiale UIP des jeunes parlementaires est l’occasion pour les participants d’aborder des problèmes mondiaux et facilite la mise en réseau et la coopération internationale. Dirigées par de jeunes parlementaires, ces réunions s’inscrivent dans le cadre du travail du Forum des jeunes parlementaires de l’UIP, qui soutient l'action les jeunes parlementaires et encourage la nouvelle génération à participer à la vie politique officielle. Les décisions prises au sein de la prochaine Conférence viendront enrichir les débats de la 134ème Assemblée de l’UIP, qui se tiendra également à Lusaka quelques jours après, du 19 au 23 mars, et qui se concentrera sur le thème Rajeunir la démocratie, donner la parole aux jeunes. Participez au débat sur Twitter avec le hashtag #YoungMPs

Réunion parlementaire internationale pour lutter contre les lois discriminatoires

29 FEVRIER 2016

L'UIP considère que les femmes et hommes parlementaires doivent travailler ensemble en vue d'atteindre l'égalité des sexes dans les parlements comme dans la législation. ©UIP

Organisée le mois prochain au Siège des Nations Unies, une réunion parlementaire internationale sera consacrée au pouvoir des parlements dans la promotion de l’autonomisation des femmes et de la réalisation d’un développement durable. Cette réunion, qui aura lieu le 15 mars, se penchera sur les multiples formes de discrimination qui perdurent dans le monde et sur la manière dont ces dernières entravent la réalisation des objectifs de développement durable. Les participants débattront des meilleures pistes à suivre pour adopter, promulguer et faire appliquer des lois pour l’égalité des sexes. Ils examineront également le rôle des parlements dans la lutte contre les lois discriminatoires et sur l’importance du leadership politique des femmes et de leur représentation au sein des organes législatifs. La réunion est organisée par l’UIP et ONU Femmes à l’occasion de la 60ème session de la Commission de la condition de la femme, principal organe intergouvernemental qui se consacre exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes. Elle sera diffusée en direct via un lien sur le site web de l'UIP. Parallèlement à la réunion parlementaire et conjointement avec la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale et le Bureau pour l’Afrique du Nord de la Commission économique pour l’Afrique, l’UIP organise une réunion-débat qui aura lieu le 14 mars et se penchera sur la mise en œuvre dans les pays arabes de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité. L’UIP œuvre avec conviction en faveur de l’égalité des sexes au sein des parlements du monde, l’autonomisation des femmes parlementaires et la promotion du travail parlementaire en vue de l’égalité des sexes.

Des parlementaires africains proposent de nouvelles formes d'action en matière de migration

29 FEVRIER 2016

La conférence a proposé des mesures pratiques pour maximiser les contributions des migrants, sauvegarder leurs droits et lutter contre la traite des êtres humains. ©AFP/Citizenside/Antonio Melita

Une conférence sur les migrations en Afrique a permis à des parlementaires de recommander une série de mesures destinées à maximiser les contributions des migrants à leurs pays d'origine et de destination. Les parlementaires de quinze pays africains ont proposé des actions, parmi lesquelles la sauvegarde des droits des migrants, la lutte contre le racisme et l'intolérance, le soutien aux victimes de migrations forcées, la réduction des risques et impacts des catastrophes naturelles et l'application effective des politiques et lois existantes en matière de migration. Ils ont également suggéré de réduire les coûts des envois de fonds, d'accroître les connaissances économiques des migrants, de promouvoir l'égalité des chances entre hommes et femmes, et d'améliorer la coopération internationale en utilisant pleinement les mécanismes de l'Union africaine ou en créant des systèmes d'échange d'information dans la lutte contre la traite des êtres humains. Les bénéfices de la sensibilisation aux bonnes pratiques et risques des migrations ont également été soulignés. Les participants de la réunion à Djibouti, organisée par l'Union parlementaire africaine et soutenue par l'UIP et d'autres, ont pu partager leurs expériences, exemples de bonnes pratiques, et leurs points de vue sur la gouvernance des migrations dans le contexte de la promotion du programme de développement durable.

Les parlementaires du Myanmar suivent un cours d'initiation

29 FEVRIER 2016

Des parlementaires, universitaires et autres experts sont invités à s'exprimer dans une e-discussion.

Les Membres du parlement du Myanmar ont participé à un programme d'initiation de cinq jours destiné à leur fournir les connaissances nécessaires pour exercer leurs fonctions. Le programme, soutenu par l'UIP et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a mis l'accent sur les trois principaux domaines de responsabilité des parlementaires – l'adoption des lois, le contrôle des actions du gouvernement et la représentation des citoyens. Des parlementaires et anciens parlementaires de neuf pays différents se sont rendus au Myanmar afin de partager leurs expériences durant cette initiation, qui comprenait entre autres des informations spécifiques pour les femmes parlementaires de ce pays asiatique. Ainsi, les parlementaires ont acquis une meilleure compréhension de leurs rôles et fonctions, parmi lesquels le travail en commission, de même que les connaissances et compétences pratiques nécessaires. Les divers thèmes abordés durant les séances comprenaient notamment les lois et pratiques du parlement (Hluttaw), les domaines d'action clés des parlementaires, et le besoin de développement professionnel continue de leurs compétences. Le programme a profité à environ 460 parlementaires de tous les partis politiques et des deux chambres du parlement. Cette initiation fait partie d'un programme à plus long terme, dirigé par le parlement et soutenu par l'UIP et le PNUD, qui vise à faire en sorte que les parlementaires soient bien préparés et que les compétences de base acquises grâce à l'initiation permettent aux parlementaires d'aller plus loin à l'avenir. Une grande partie des 657 parlementaires du Myanmar élus en novembre 2015 l'ont été pour la première fois. Le programme d’initiation a été organisé grâce au généreux soutien des gouvernements de la Finlande, de la Suède et du Royaume-Uni, de même que du Worldwide Support for Development (WSD).

E-discussion sur le contrôle parlementaire de l'égalité des sexes

29 FEVRIER 2016

Des parlementaires, universitaires et autres experts sont invités à s'exprimer dans une e-discussion.

Les politiques, universitaires et autres experts sont invités à prendre part à une e-discussion sur la fonction de contrôle des parlements en matière d'égalité des sexes. Les participants, parmi lesquels il y aura des organisations de la société civile et des groupes de réflexion, peuvent soumettre leurs recommandations ainsi que des exemples concrets reprenant leurs propres expériences, en vue d'identifier les meilleures pratiques. Certains parlements ont déjà adopté des mécanismes spécifiques pour refléter l'objectif de parité dans tous leurs domaines d'action. D'autres parlements continuent de compter sur un contrôle implicite, habituellement réalisé par les femmes parlementaires. Les conclusions de la discussion seront incorporées dans le second Rapport parlementaire mondial, publié par l'UIP et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) plus tard cette année. Son but est de mettre en évidence la volonté et la capacité des parlements à demander des comptes aux gouvernements. La discussion est organisée en ligne par le Réseau international de connaissances sur les femmes en politique (iKNOW Politics).

Le sommet de Présidents de parlement organisé en Asie du Sud s'engage à encourager les actions contre le tabac et en faveur des ODD

8 FEVRIER 2016

Anda Filip, de l'UIP, était l'une des oratrices du sommet. ©IPU/Enico Iaia

Des Présidents de parlement de toute l'Asie du Sud ont pris l'engagement de réduire la consommation de tabac, responsable de plus de 1,5 million de décès dans cette région chaque année. Cet engagement fait partie d'une déclaration globale émise par les Présidents suite au sommet sur les Objectifs de développement durable (ODD), dont les cibles, reconnues au niveau international, visent entre autres à éliminer la pauvreté et la faim et à améliorer la santé mondiale d'ici 2030. 

Les Présidents des Parlements de l'Afghanistan, du Bangladesh, du Bhoutan, de l'Inde, des Maldives et du Sri Lanka, se sont engagés à adopter les mesures nécessaires pour faire avancer les ODD, illustrant le rôle central des parlements dans la transformation de ces objectifs en réalité grâce à leurs fonctions de légiférer, de contrôler l’action du gouvernement, de voter des crédits et de représenter les citoyens. Ils ont exhorté les parlements à adopter des programmes et stratégies de développement durable nationaux, et à s'assurer que les directives, lois et budgets nécessaires soient approuvés pour pouvoir les mettre en œuvre, mais également d'instaurer des systèmes pour en contrôler l'avancement. “Nous pensons que l'Asie du Sud pourrait servir de modèle pour le reste du monde en agissant pour atteindre les ODD,” ont déclaré les Présidents. “Les parlements et parlementaires doivent montrer la voie dans ce domaine et il est urgent qu'ils agissent pour soutenir les ODD. Nous prenons l'engagement de promouvoir les ODD et de faire en sorte que les crédits budgétaires nécessaires soient votés pour permettre à nos pays de pleinement mettre en œuvre les ODD".

Les Présidents ont souligné que des millions de vies pourraient être sauvées en Asie du Sud si les parlements prenaient des mesures pour infléchir la consommation de tabac – un facteur aggravant des maladies non transmissibles (MNT). Ils ont lancé un appel pour que des politiques soient élaborées, notamment des taxes plus élevées, des structures de taxes simplifiées et les revenus de cette taxation, pour limiter la consommation de tabac et soutenir le développement durable.  Etant donné que plus du tiers des consommateurs de tabac du monde (estimés à 384 millions) vivent en Asie du Sud, les Présidents ont souligné l'importance d'intégrer pleinement la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (FCTC) dans l'action parlementaire dans toute la région.

“La consommation de tabac est unique en termes d'ampleur des dommages qu'elle occasionne en Asie du Sud,” ont affirmé les Présidents. “Contrairement à bien des causes de maladies, nous savons comment réduire la mortalité et la maladie engendrées par la consommation de tabac. Les dispositions de lutte antitabac de la FCTC sont basées sur des faits, accessibles et rentables. Il a été démontré que ces dispositions contribuent à réduire la consommation de tabac de manière mesurable, significative et vérifiable, dans tous les pays où elles ont été à la fois adoptées et mises en œuvre activement.” Les Présidents ont également incité les parlements à intensifier leurs efforts en matière de couverture de santé universelle, de réduction de la mortalité maternelle, du nouveau-né et de l'enfant, et pour éliminer toutes les formes de mortalité évitables d'ici 2030. Le sommet, organisé par l'UIP et le Parlement du Bangladesh, a eu lieu dans la capitale, Dhaka, avec le soutien technique de Campaign for Tobacco-Free Kids, une organisation internationale à but non-lucratif.

La lutte contre la prolifération des ADM en Afrique

3 FEVRIER 2016

Des groupes terroristes sévissant par-delà les frontières nationales en Afrique font planer le risque de prolifération d'ADM. ©AFP/Brahim Adji

l’UIP et le Parlement de Côte d’Ivoire organisent un séminaire afin de présenter de l'information essentielle sur la manière dont les parlements peuvent endiguer la dissémination des armes de destruction massive (ADM). Cet événement offrira aux parlementaires de toute l'Afrique une formation pratique sur les risques que posent les AMD, le rôle de la résolution 1540 du Conseil de sécurité de l'ONU pour lutter contre cette menace, et le rôle primordial des parlements dans la mise en œuvre de cette résolution. Cette réunion est organisée en partenariat avec le Comité 1540, qui supervise la mise en œuvre de la résolution, et avec le Bureau des affaires de désarmement  des Nations Unies.

Les armes de destruction massive prolifèrent principalement dans des zones de combat et d'activité terroriste, c'est donc une question clé pour de nombreux pays africains qui sont aux prises avec des problèmes liés aux conflits et aux groupes terroristes qui sévissent par-delà les frontières nationales.

La résolution 1540 (PDF) oblige les gouvernements à promulguer des lois, règles et directives efficaces pour empêcher les terroristes et autres groupes d'acquérir des ADM. Le séminaire proposera des informations sur les étapes pratiques pour y parvenir, telles que l'élimination des failles dans les lois et la réglementation nationale, et il examinera les forces et faiblesses de lois existantes. Le but de cette réunion est de renforcer la capacité des parlements à évaluer et diminuer les risques générés par les ADM, et de favoriser les réseaux et contacts informels transfrontaliers parmi les parlementaires participants.

Cet événement aura lieu à Abidjan les 22 et 23 février et comprendra un discours liminaire par le Président du Comité 1540, M. Román Oyarzun Marchesi d'Espagne.

Des parlementaires rwandais appellent à des mesures en faveur de l’enregistrement civil

28 JANVIER 2016

La Présidente de la Chambre des députés du Rwanda, Donatille Mukabalisa, fut parmi les personnalités qui ont prononcé un discours au cours de la réunion. ©Jean-Marie Mbonyintwali

Au Rwanda, des parlementaires ont tenu une réunion avec les dirigeants des principaux ministères dans le cadre d’un élan en faveur de l’amélioration des soins de santé pour les femmes, les enfants et les adolescents. Le pays a réalisé des progrès en ce qui concerne la réduction de la mortalité maternelle, mais il est nécessaire d’en faire davantage dans d’autres domaines pour réduire le nombre de décès chez les enfants. La réunion a traité du besoin urgent de trouver des systèmes nouveaux et efficaces pour recueillir des données exactes sur les naissances, les mariages et les décès. La réunion faisait suite aux visites effectuées par des parlementaires dans diverses régions du pays pour évaluer la nature du problème. D’après des parlementaires, il est nécessaire d’organiser une campagne nationale pour apprendre à la population comment de telles données sont utilisées pour planifier les services médicaux et sociaux. La Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent a établi que l’enregistrement civil et les statistiques de l'état civil sont essentiels pour permettre aux femmes, aux enfants et aux adolescents d’accéder aux services et aux prestations, et d’exercer leurs droits à des soins médicaux adaptés, à l’enseignement et aux allocations sociales de base. La réunion fait partie des mesures les plus récentes prévues par un accord avec l’UIP en vue de la prestation d’une assistance technique et financière au Parlement rwandais dans ses efforts pour renforcer les capacités des parlementaires à exercer pleinement un contrôle sur les lois et les budgets, et sensibiliser la population aux questions relatives à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. L’accord prévoit également un soutien aux nouveaux systèmes efficaces permettant de collecter des statistiques à l’échelle nationale.

Des parlementaires mauritaniennes conçoivent un plan d’action pour l’égalité

28 JANVIER 2016

La Présidente du REFPAM, Meriem Baba Sy (droite), la Vice-Presidente du REFPAM, Loula Mint Zerough (c) et la parlementaire marocaine Nouzha Skalli ont aidé à conduire l’événement. ©Djigo Amadou Djiby/REFPAM

En Mauritanie, des femmes parlementaires ont élaboré un plan d’action destiné à faire avancer les travaux sur l’égalité des sexes suite à une formation organisée à Nouakchott sur la planification stratégique de l’action menée par le forum des femmes du parlement à laquelle ont participé près de 40 femmes parlementaires, représentants d’organisations de la société civile et hauts fonctionnaires. Le Vice-président de l’Assemblée nationale, Mohamed Ghoulam Ould Hadj Cheikh, a prononcé un discours lors des sessions d’ouverture et de clôture qui ont vu la participation d’hommes parlementaires.  L’atelier, organisé conjointement par le groupe de femmes parlementaires REFPAM, l’UIP et l’Assemblée nationale, comprenait une formation sur les cadres destinés à protéger les droits des femmes. Des débats ouverts étaient aussi au programme et des femmes parlementaires du Maroc et de la Côte d’Ivoire ont partagé leurs expériences en matière de promotion de réformes liées à l’égalité des sexes auprès des parlements et de direction de forums de femmes parlementaires. Le soutien de l’UIP à cette manifestation était financé par le Conseil national fédéral des Emirats arabes unis.

L’atelier a débouché sur un plan stratégique complet pour 2016-2018 qui prévoit trois objectifs principaux : renforcer le REFPAM et les capacités de ses membres; veiller à ce que le parlement prenne en charge l’égalité des sexes grâce à des études, des projets de lois et des ateliers de sensibilisation; et établir des liens avec la société civile et d’autres groupes concernés aux fins de coopération. L’UIP poursuivra la collaboration avec le REFPAM pour veiller à ce que le plan soit mis en œuvre. Les domaines prioritaires pour 2016 comprennent la promotion de nouvelles lois sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles et le renforcement des capacités des femmes parlementaires grâce à des visites d’étude, à des activités de formation et à d’autres projets. L’UIP s’efforce de promouvoir la création et le renforcement des forums de femmes dans les parlements pour aider les femmes parlementaires à accroître leur influence politique en partageant des objectifs commun au-delà des lignes des partis.

Intégrer l’égalité des sexes dans les travaux du Parlement ivoirien

28 JANVIER 2016

Les effets positifs de la promotion de l’égalité des sexes au-delà du cercle parlementaire se propageront au sein d’une communauté plus large. ©Jean-Paul Schaaf

La promotion de l’égalité des sexes dans les travaux du Parlement ivoirien a été fortement stimulée grâce à un atelier à l’intention du personnel parlementaire. Cinquante employés, dont 18 femmes, ont participé à une manifestation de trois jours qui leur a donné les outils nécessaires pour intégrer les questions relatives aux femmes dans les travaux du Parlement. L’atelier a mis l’accent sur la création d’une interprétation commune de ce que l’égalité des sexes signifie pour les femmes et les hommes et sur l’élaboration de moyens permettant d’appliquer cette approche dans l’action parlementaire au quotidien. La manifestation comprenait une formation aux principes essentiels d’un parlement sensible au genre. L’atelier a été suivi par la création d’un comité chargé des questions relatives aux femmes au sein du personnel de l’Assemblée nationale qui sera soutenu par l’UIP lorsqu’il définira ses méthodes de travail et ses priorités.

Les participants ont également proposé de concevoir des outils pour intégrer ces questions dans l’ensemble des travaux parlementaires en organisant de nouvelles formations à l’intention du personnel et des parlementaires, et en ouvrant une crèche ou un espace dédié aux enfants dans l’enceinte du parlement, soit des mesures et des stratégies promues par l’UIP pour que les parlements deviennent des institutions plus sensibles au genre.

Tout est prêt pour l’événement TEDx « Transformer des vies »

28 JANVIER 2016

Thabitha Khumalo (gauche), Beeban Kidron (centre) et Safak Pavey partageront des expériences qui ne manqueront pas d’inspirer le public.

Onze orateurs éminents ayant des histoires impressionnantes à raconter se préparent à partager leurs idées sur la manière de transformer des vies au cours d’un événement TEDx qui se déroulera à Genève le 11 février. Cet événement sera l’occasion de saluer et de faire connaître l’action mondiale des organisations internationales basées à Genève. Il est organisé et tenu par des collègues de l’Office des Nations Unies à Genève et le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, avec le soutien de neuf autres organismes partenaires dont l’UIP. Parmi les orateurs se trouvent des innovateurs, des spécialistes en santé publique et en énergie, des défenseurs des droits de l’homme et des humanitaires qui ont tous réellement changé des vies partout dans le monde. Trois parlementaires seront de la partie : la défenseuse zimbabwéenne de la démocratie, Thabitha Khumalo, la militante turque en faveur de l’inclusion, Safak Pavey, et la militante britannique de l’initiative iRights, la baronne Beeban Kidron. L’événement se tiendra au Palais des Nations qui abrite l’Office des Nations Unies à Genève. Il sera diffusé en direct sur www.tedxplacedesnations.ch de 15h à 19h HEC.

 TEDx Talks s’efforce de promouvoir des idées ou des arguments qui valent la peine d’être diffusés dans le cadre de discours de 18 minutes maximum. Des retransmissions pour visionnage officiel peuvent être organisées sous forme de diffusion en direct sur un grand écran pour une assemblée de 100 personnes ou moins. L’événement TEDx – Place des Nations est le deuxième en son genre.

Des événements communautaires au Kenya pour atteindre l’égalité des sexes

28 JANVIER 2016

Le message en faveur de l’égalité des sexes a été diffusé auprès des communautés et des dirigeants locaux dans 12 comptés. ©KEWOPA

Des centaines de citoyens et de dirigeants locaux du Kenya ont participé à des événements communautaires destinés à promouvoir et à appuyer la disposition constitutionnelle qui prévoit que les femmes doivent constituer au moins un tiers de tous les parlementaires du pays et les propositions de mesures qui permettront de la mettre en œuvre.

Le Kenya se trouve actuellement à la 74e place dans le classement mondial de l’UIP sur la représentation des femmes dans les parlements avec moins de 20 pour cent de femmes à l’Assemblée nationale et près de 27 pour cent au Sénat. Soutenu par l’UIP et organisé par l’Association de femmes parlementaires kenyanes, le programme de sensibilisation a insisté sur le fait que, conformément à la Constitution, des parlementaires du même sexe ne peuvent pas composer plus de deux tiers du parlement. Plusieurs projets de lois prévoyant des mesures pour atteindre cet objectif ont été soumis au Parlement, mais il n’existe pas encore de consensus sur la meilleure manière d’aller de l’avant. Informer le public et les décideurs sur les questions relatives aux institutions respectant l’égalité des sexes et la valeur ajoutée de telles institutions est donc une priorité nationale. Plus de 1 000 personnes, dont près de la moitié étaient des hommes, ont participé à 17 événements communautaires qui se sont déroulés dans 12 comptés fin 2015. Les jeunes représentaient 40 pour cent des participants. En outre, des groupes de militants locaux ont été créés et chargés de poursuivre la promotion de cette question.

Un débat public sur la règle des deux tiers en matière d’égalité des sexes se tient depuis plusieurs mois et de nouvelles lois doivent être adoptées à temps pour les élections générales de 2017. L’UIP a contribué à ce débat par l’intermédiaire d’une mission de conseil en 2015. Ces dernières années, l’UIP a appuyé les réformes législatives en Egypte et en Tunisie pour accroître la représentation des femmes au sein du parlement.

Le Parlement turc lance une mission « modèle » en faveur de l’égalité

28 JANVIER 2016

Radiye Sezer Katırcıoğlu, qui préside la Commission de l'égalité des chances, a prononcé un discours pour le lancement du projet. ©UIP/Zeina Hilal

Un projet a été lancé pour garantir que l’égalité des sexes se trouve au cœur des travaux parlementaires en Turquie. En collaboration avec l’UIP et ONU-Femmes, la Grande Assemblée nationale turque appuiera le leadership des femmes et veillera à ce que l’égalité devienne une question courante dans toutes les affaires parlementaires. Grâce à ce projet, financé par l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement, la Grande Assemblée nationale vise à devenir un modèle en ce qui concerne l’égalité des sexes et à susciter des changements qui profiteront non seulement aux femmes parlementaires, mais également à leurs collègues masculins, au personnel parlementaire et aux commissions.

« Faire en sorte que l’égalité devienne une réalité relève de la responsabilité de chacun, aussi bien des hommes que des femmes », a déclaré Martin Chungong, le Secrétaire général de l’UIP. « Pour cela, il faut garantir le respect des droits des femmes et prendre des mesures fermes en faveur de l’autonomisation des femmes et de la participation égale à tous les niveaux de la prise de décisions dans tous les secteurs de la société. Il est évident que le changement doit s’amorcer au sein des parlements, qui ont le pouvoir de changer les normes sociales et économiques grâce à la représentation politique, la législation et le contrôle du gouvernement ». Le projet déployé en Turquie s’inscrit dans l’engagement pris par l’UIP à l’échelle internationale d’œuvrer en faveur de l’égalité des sexes en collaboration avec les parlements à travers le monde.

Le Président de l’UIP endosse un rôle majeur dans la promotion de la santé

28 JANVIER 2016

Saber Chowdhury, Président de l’UIP, se chargera de promouvoir le rôle essentiel des parlements dans la réalisation des objectifs en matière de santé. ©IPU/P. Albouy

Saber Chowdhury, Président de l’UIP, a accepté l’invitation à se joindre à un groupe de haut niveau dans le cadre de Chaque femme, chaque enfant, un mouvement mondial lancé par Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU. Cette initiative est consacrée à la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Le groupe sera chargé de conseiller le Secrétaire général sur la mise en œuvre de la Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent. Il compte parmi ses membres des dirigeants du gouvernement de différents pays, des représentants du milieu international des affaires, des philanthropes et de jeunes personnalités éminentes.

La Stratégie mondiale prévoit une feuille de route visant à mettre fin aux décès évitables d’ici une génération et à garantir le bien-être de toutes les personnes à risque. Elle souligne que la santé des femmes, des enfants et des adolescents est d’une importance cruciale dans quasiment tous les aspects du développement et des progrès de l’humanité et a des effets directs sur la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) adoptés par les dirigeants mondiaux en 2015. L’UIP s’est fermement engagée, dans le cadre de la Stratégie mondiale, à mobiliser et à renforcer la contribution des parlements à l’amélioration de la santé des femmes, des enfants et des adolescents dans le monde. « Je suis ravi d’avoir été invité à me joindre au Groupe consultatif de haut niveau du Secrétaire général de l’ONU et me réjouis de contribuer à ses travaux », a déclaré M. Chowdhury. « Les parlements et leurs membres ont un rôle essentiel à jouer pour relever les défis auxquels s’attaque  le mouvement Chaque femme, chaque enfant. J’ai hâte de promouvoir ce rôle au regard de cette question cruciale ».

Un sommet asiatique veut réduire les décès dus au tabac

28 JANVIER 2016

L’Asie du Sud compte plus d’un tiers des consommateurs mondiaux de tabac . ©AFP/Belal Hossain Rana/Nur Photo

Un sommet de Présidents de parlements organisé en Asie du Sud se penchera sur les moyens pratiques de réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) en mettant l’accent sur l’amélioration de la santé grâce à la réduction de la consommation de tabac. Les Présidents viseront à déterminer les moyens de réduire d’un tiers les 38 millions de décès annuels dus aux maladies non transmissibles d’ici 2030. Le tabac est la cause principale de ces maladies, notamment des maladies cardiovasculaires et pulmonaires, des cancers et du diabète. L’Asie du Sud compte environ 384 millions de consommateurs et rien qu’en Inde et au Bangladesh le tabac tue 1,1 million de personnes chaque année. Les obstacles à la réduction de la consommation sont, entre autres, le faible niveau de taxation, le manque de fonds pour la sensibilisation et les soins de santé, l’application insuffisante de la législation et la forte influence de l’industrie du tabac. Le sommet devrait mettre en évidence les lacunes en matière de gouvernance, élaborer une feuille de route pour l’action nationale et régionale, et mettre en place des systèmes permettant de suivre les progrès et de présenter des rapports. Il mettra également l’accent sur l’ODD 16 par lequel les pays se sont engagés à créer des institutions transparentes et efficaces. En tant qu’institutions centrales de la démocratie, les parlements seront encouragés à se demander s’ils sont prêts à mettre en œuvre les ODD en évaluant la manière dont ils adoptent des lois, contrôlent l’action de leur gouvernement, votent les budgets et représentent les citoyens.

La manifestation, qui se déroulera à Dhaka, capitale du Bangladesh, les 30 et 31 janvier, est organisée par l’UIP et le Parlement bangladais en coopération avec Campaign for Tobacco-Free Kids, une organisation internationale à but non-lucratif.

La lutte contre la drogue, thème de la prochaine Audition parlementaire UIP-ONU

13 JANVIER 2016

Les parlementaires analyseront le succès des tentatives visant à supprimer l'offre de drogues, dont la cocaïne.©AFP/Luis Robayo

Le problème mondial de la drogue et la façon d’y remédier seront l’objet d’une vaste audition parlementaire organisée au Siège de l’ONU à New York les 8 et 9 février. Cet événement est organisé conjointement par l'UIP et le Bureau du Président de l'Assemblée générale des Nations Unies. Plusieurs centaines de parlementaires du monde entier, ainsi que le Président de l’UIP Saber Chowdhury, le Président de l'Assemblée générale Mogens Lykketoft et le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime Yury Fedotov assisteront à cette manifestation.

L’audition, placée sous le thème « Le problème mondial de la drogue : bilan et renforcement de la riposte mondiale », sera l’occasion de passer en revue l’action menée par les parlements dans ce domaine depuis l’adoption, par les gouvernements en 2009, du plan d’action contre les drogues illicites. Dans le cadre de ce plan, les Etats ont décidé de fixer à 2019 la date butoir pour éliminer ou réduire sensiblement l’offre, la demande et les activités criminelles connexes comme le blanchiment d’argent.

Des parlementaires, des spécialistes et des représentants d’organisations internationales et de la société civile examineront le problème et l’action menée à l’échelle mondiale pour y faire face, en se concentrant sur des aspects essentiels tels que la recherche des solutions les plus efficaces aux problèmes actuels ou émergents, le renforcement de la coopération internationale et l’identification des liens entre le trafic de drogues, la criminalité organisée et la corruption.

Ils aborderont la question sous-jacente de savoir si la dénommée « guerre contre la drogue », qui repose sur une approche répressive face au problème des drogues illicites, fonctionne comme prévu. Les parlementaires examineront également si les politiques relatives aux drogues doivent être repensées à la lumière des nouveaux objectifs de développement durable centrés sur l’être humain.

Ce problème mondial a diverses répercussions, notamment le détournement des ressources dévolues à la santé vers les activités de répression, le déplacement des personnes affectées par la production de la drogue ainsi que la criminalisation et la marginalisation des utilisateurs de drogues.

Les auditions parlementaires UIP-ONU permettent aux parlementaires de faire valoir leurs points de vue et leur expérience dans les travaux et les processus de décision de l’ONU et de mieux comprendre ces processus.

Les conclusions et les recommandations de l’audition de février viendront alimenter une session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU consacrée au problème mondial de la drogue en avril 2016.

Les principes d’assistance aux parlements désormais approuvés par cent entités

4 JANVIER 2016

Les nouvelles lignes directrices sur les meilleures façons de soutenir l’action des parlements sont désormais officiellement approuvées par plus de cent parlements et autres organismes.

ONU Femmes, qui œuvre pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, est la 100ème entité à avoir approuvé les Principes communs en matière d’assistance aux parlements. L’un des neuf principes sur l’assistance aux parlements énoncés dans le document appelle à prêter attention aux besoins et au potentiel des parlementaires des deux sexes dans la structure et la direction de l’institution.

Le soutien officiel d’ONU Femmes a été suivi de ceux de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). A ce jour, les principes ont été approuvés par 80 parlements nationaux, cinq assemblées parlementaires et 17 groupes de partenaires. L’UIP appelle d’autres parlements à leur emboîter le pas en adoptant à leur tour les lignes directrices par simple courrier des autorités parlementaires compétentes adressé au Secrétariat de l’UIP.

Les principes, qui soulignent l’importance de la diversité et de l’égalité, ont été conçus pour aider les parlements à agir plus efficacement. Les lignes directrices insistent sur le fait que les parlements doivent jouer un rôle central dans leur propre développement et énoncent plusieurs moyens qui permettent d’assurer une plus grande efficacité dans leur coopération avec leurs partenaires, notamment ceux du système des Nations Unies.

Message de Nouvel-An

21 DECEMBRE 2015

Martin Chungong Secrétaire Général de l'UIP, Saber H. Chowdhury Président de l'UIP ©UIP/DIXON

Tandis que l’année tire à sa fin, nous voulons vous souhaiter de joyeuses fêtes, à vous et à vos proches, et vous présenter nos meilleurs vœux. 2015 fut une année riche et mémorable pour l’UIP et pour la communauté parlementaire dans son ensemble. Nous nous réjouissons en particulier que notre Organisation ait joué un rôle de premier plan dans certains des processus internationaux qui ont mené à l’adoption de l’audacieux programme de développement pour l’après-2015. Il est, en effet, tout à fait remarquable que la communauté parlementaire ait ainsi participé à l’élaboration de ce programme qui servira de feuille de route au monde entier pendant les quinze prochaines années. Nous saluons aussi l’accord sur les changements climatiques, sans précédent, qui vient d’être conclu à Paris. Nous sommes convaincus que le plan d’action parlementaire qui l’accompagne contribuera grandement à sa concrétisation.

Le point fort de cette année a, sans conteste, été la quatrième Conférence mondiale des Présidents de parlement qui s’est tenue à New York fin août-début septembre. A cette occasion, les Présidents des parlements nationaux de la planète ont adopté une déclaration ambitieuse et prospective qui exprime leur vision de la solidarité et de la coopération parlementaires nécessaires à l’édification du monde auquel aspirent les peuples.

Mais cette année n’a pas seulement été le théâtre d’accomplissements et de réussites. Elle a aussi été pétrie de tragédies et de deuils dans diverses parties du monde. Ces derniers mois, nous avons en particulier assisté à l’une des plus grandes tragédies que l’humanité ait connues : le drame vécu par des milliers de migrants et de réfugiés qui, fuyant des régions déchirées par les conflits et des conditions de vie difficiles, espèrent trouver ailleurs un environnement moins hostile. Les migrations ont récemment pris des proportions inédites, suscitant des réactions qui relèvent aussi bien du meilleur que du pire dont l’être humain soit capable. L'UIP et ses Parlements membres ont été à la pointe de la réflexion sur ce problème.

Le terrorisme, qui s’est manifesté dans toute sa laideur, est devenu une réalité quotidienne pour tous les peuples. Les récents événements ont montré que nul pays ne pouvait se prétendre à l’abri ou se croire hors de portée de ce fléau. Les terroristes n’ont d’autre but que de faire trembler les peuples, d’étouffer les libertés et d’imposer leur vision du monde. Nous ne devons pas plier devant cette menace mais nous devons, tout au contraire, redoubler d’efforts pour promouvoir les valeurs et les libertés fondamentales qui nous tiennent tant à cœur.

L’année 2016 s’annonce, elle aussi, riche en événements. La communauté parlementaire mondiale sera jugée à l’aune de sa réactivité et de sa capacité à relever ces défis. Il lui faudra montrer qu’elle est capable de passer des paroles aux actes pour prendre les mesures nécessaires à la mise en œuvre du nouveau programme de développement, aux côtés des autres parties prenantes. Nous sommes, quant à nous, décidés à poursuivre notre action, avec les Membres et les partenaires de l’UIP, notamment l’Organisation des Nations Unies, afin que soient tenues les promesses qui figurent dans ce programme.

Nous vous souhaitons des fêtes pacifiques et beaucoup de réussite pour 2016.   

Martin Chungong, Secrétaire général et Saber Chowdhury, Président

L’UIP vivement préoccupée par la crise au Burundi

17 DECEMBRE 2015

Les tensions restent vives au Burundi, sur fond d’escalade de la violence ©AFP/ Agence Anadolu/Yvan Rukundo

L’Union interparlementaire (UIP) est vivement préoccupée par l’aggravation de la violence au Burundi, qui a déjà fait des centaines de morts et forcé des centaines de milliers de personnes à fuir leur foyer. L’UIP exhorte les autorités à s’acquitter de leur devoir pour protéger la vie humaine et éviter de nouvelles effusions de sang. L’Organisation a indiqué très clairement qu’elle était prête à travailler avec le Parlement du Burundi pour promouvoir un dialogue sans exclusive. Elle a exhorté le Parlement à être partie intégrante de la solution nationale et non du problème. L’UIP est particulièrement préoccupée par les informations faisant état d’incitations à la violence contre l’opposition, et notamment par les affrontements sanglants qui se sont déroulés pendant le week-end du 12-13 décembre. Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a déclaré qu’un travail doit être mené de toute urgence pour apaiser les divisions au sein de la société burundaise et éviter que la situation ne se détériore davantage. « Il n’est pas encore trop tard pour empêcher la tragédie qui a actuellement cours de se transformer en catastrophe. Il faut pour cela que les dirigeants et les autorités s’engagent à rétablir rapidement la paix et la sécurité pour tous les citoyens », a-t-il dit. « Nous exhortons le Parlement et les parlementaires du Burundi à être en première ligne dans ce processus de rétablissement de la paix et du dialogue et à montrer l’exemple en ce moment critique de l’histoire de leur pays. » « Les parlementaires détiennent une position privilégiée en tant que faiseurs d’opinion et représentants de tous les secteurs de la société et cette influence doit être mise au service de la paix. On ne peut que trop insister sur l’importance de trouver une solution à cette crise », a ajouté M. Chungong.

L’UIP salue la progression des femmes à la tête des parlements

16 DECEMBRE 2015

Mme Amal Al Qubaisi devient la première femme Présidente de parlement du monde arabe. ©UIP/P. Albouy

L’UIP se félicite des victoires remportées par plusieurs femmes parlementaires devenues Présidentes ou Vice-Présidentes de parlement. Mme Amal Al Qubaisi est la première femme à accéder à la présidence du Parlement des Emirats arabes unis, mais aussi la première à occuper cette fonction dans un pays arabe. Mme Al Qubaisi contribue depuis de nombreuses années aux travaux de l’UIP, notamment sur les questions relatives à l’égalité des sexes, à la jeunesse et à la paix. Dans le sultanat voisin d’Oman, un autre jalon a été franchi avec l’élection de Mme Souad Mohammed Al Lawatiar à la vice-présidence du Parlement par les membres du Conseil d’Etat, devenant ainsi la première femme à occuper cette fonction. Autre première, la Présidente du Comité de coordination des femmes parlementaires de l’UIP, Margaret Mensah-Williams, a été nommée Présidente de la Chambre haute du Parlement namibien, le Conseil national. Elle devient la première femme à occuper ce poste. Avec son élection, le nombre total de femmes Présidentes de parlement à travers le monde est passé à 49, soit près de 18 % de l’ensemble des Présidents de parlement, d’après les chiffres de l’UIP. Mme Mensah-Williams a joué un rôle prépondérant dans la lutte contre les violences faites aux femmes, le renforcement des droits des femmes et l’autonomisation des femmes. Elle a aussi joué pendant de nombreuses années un rôle actif et de premier plan dans les travaux de l’UIP.

Une loi pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles au Burkina Faso

16 DECEMBRE 2015

Le bref coup d'Etat au Burkina Faso n'a pas freiné les progrès en faveur de la démocratie et des réformes juridiques, comme en témoigne la nouvelle loi sur les violences faites aux femmes. ©Arne Gillis/Nurphoto

L’UIP salue la nouvelle loi sur la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles adoptée par le Conseil national de transition du Burkina Faso peu avant la récente crise dans le pays. Le texte interdit toutes les formes de violence à l’égard des femmes, y compris physiques, sexuelles, psychologiques, économiques et culturelles, et prévoit des mécanismes de soutien et de protection des victimes. Les tribunaux pourront infliger des amendes ou prononcer des peines de prison à l’encontre des personnes reconnues coupables de tels actes. L’UIP soutient depuis plusieurs années les parlementaires et les organisations de la société civile du Burkina Faso qui combattent les violences faites aux femmes, en menant notamment des actions de sensibilisation et en dispensant des conseils en matière de réforme législative. On estime que plus d’un tiers de la population féminine du pays est victime de violences physiques, commises le plus souvent par le conjoint ou d’autres membres de la famille. De nombreuses filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, plusieurs subissent encore des mutilations génitales féminines et un nombre important de femmes âgées ou veuves sont victimes de mauvais traitements et d’exclusion.

Le Parlement ougandais mobilisé sur la question de la santé

16 DECEMBRE 2015

L'Ouganda a annoncé de nouvelles mesures en faveur de la santé de la femme, de l'enfant et de l'adolescent ©Michele Sibiloni/AFP

Après avoir passé en revue sa stratégie de plaidoyer 2012-2015, le Parlement ougandais a commencé à fixer ses priorités pour améliorer la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Il s’agira notamment d’introduire dans la Constitution une clause sur le droit à la santé pour les femmes, les enfants et les adolescents ; présenter des propositions de loi sur la santé et un régime national d’assurance-maladie ; prendre davantage de mesures pour améliorer l’enregistrement des naissances ; et essayer de garantir le recrutement de professionnels de santé supplémentaires, notamment dans les zones rurales. Lors du lancement du processus d’examen, la Présidente du Parlement, Rebecca Kadaga, a rendu hommage aux parlementaires et aux autres personnes qui ont contribué aux progrès déjà réalisés. « Je tiens à remercier les partenaires pour tout l’appui qu’ils nous ont apporté en matière de plaidoyer. Je remercie également l’UIP pour son soutien », a-t-elle déclaré, ajoutant que la question de la santé maternelle avait été traitée à la hauteur de son importance. Depuis le lancement de la stratégie, des progrès ont été accomplis dans la rédaction des propositions de loi sur la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, le régime national d’assurance-maladie, l’enregistrement des naissances ainsi que dans les efforts visant à accroître de 15 % le budget de la santé. L’UIP a soutenu pleinement les initiatives prises par l’Ouganda pour améliorer la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, notamment en vue d’accélérer la réduction des taux de mortalité maternelle et néonatale. La stratégie de plaidoyer de l’Ouganda a été élaborée après l’adoption de la résolution historique de l’UIP intitulée L’accès à la santé, un droit fondamental : quel rôle les parlements peuvent-ils jouer pour garantir la santé aux femmes et aux enfants ? (PDF) adoptée à la 126ème Assemblée de l’Organisation tenue à Kampala en 2012.

L’UIP salue l’accord historique sur les changements climatiques

14 DECEMBRE 2015

L'accord de Paris constitue, pour la première fois dans l’histoire, un accord universel de lutte contre les réchauffements climatiques. ©François Guillot/AFP

L’Union interparlementaire salue l’avancée majeure que constitue l’accord conclu à l’issue du sommet de l’ONU sur les changements climatiques (COP21/CMP11) à Paris.

Cet accord historique unit les pays du monde autour d’un engagement commun visant à limiter la hausse de la température mondiale à moins de 2°C. Ses dispositions comprennent des objectifs spécifiques tels que le rétablissement d’ici la fin du siècle de l’équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et leurs taux d’absorption naturelle ; un soutien financier et technologique dans le domaine du climat de la part des pays les plus riches en faveur des pays en développement ; et l’instauration d’un mécanisme pour vérifier que les pays respectent bien leurs engagements.

« Nous sommes ravis de constater que les dirigeants du monde à Paris ne se sont pas dérobé à leurs responsabilités et qu’ils n’ont pas laissé passer cette occasion unique de mettre le monde sur la bonne voie », a déclaré le Président de l’UIP, Saber Chowdhury. « Cet accord reflète les aspirations des citoyens du monde et anticipe sur celles des générations futures qui devront vivre avec l’impact des changements climatiques. Notre héritage en tant que parlementaires doit consister à préserver l’avenir de notre planète en honorant cet accord. »

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a déclaré : « Maintenant, les parlements du monde entier doivent absolument relever le défi qui consiste à ratifier l’Accord de Paris et à traduire ses dispositions en mesures concrètes. Le moment est venu d’agir. Les parlements et les parlementaires doivent être les maîtres d’œuvre de ce chantier, en mettant leur pouvoir au service de la lutte contre les changements climatiques et en garantissant que les lois et les budgets nécessaires seront mis en place pour honorer cet accord historique ».

En marge du sommet de l’ONU, l’UIP et le Parlement français ont organisé à Paris une réunion parlementaire qui a conduit à l’adoption d’une déclaration politique sur la nécessité d’intensifier l’action en matière de climat. Au terme de cette réunion tenue les 5 et 6 décembre à l’Assemblée nationale et au Sénat français, les parlementaires de près de 90 pays se sont engagés à prendre des mesures énergiques.

Les participants ont également examiné un Plan d’action parlementaire qui offre aux parlementaires une feuille de route assortie d’objectifs clairs sur la ratification de l’Accord de Paris et l’adoption ou la modification d’autres lois selon que de besoin. Le Plan d’action contient des recommandations sur les mécanismes qui permettront de superviser les politiques gouvernementales et de garantir un financement adéquat pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, autant d’aspects clés liés à la responsabilité des parlements de veiller à la réalisation des objectifs sur les changements climatiques.

Le Plan d’action, qui décrit également le rôle de l’UIP, sera officiellement adopté par l’Organisation lors de sa prochaine Assemblée à Lusaka, en mars 2016. Il s’appuie sur les travaux menés par l’UIP pour sensibiliser les parlementaires à la question des changements climatiques et permettra d’établir les partenariats et les coalitions nécessaires à l’échelle internationale.

La Chine et l’UIP signent un accord de financement

14 DECEMBRE 2015

Ce financement viendra consolider les travaux de l’UIP visant à renforcer les parlements dans les pays en développement. ©UIP/Jorky

L’Union interparlementaire va recevoir de la Chine une nouvelle enveloppe financière d’un montant de 1,5 million de dollars des Etats-Unis. Un accord en ce sens vient d’être signé au Siège de l’Union interparlementaire en Suisse par le Secrétaire général de l’Organisation, M. Martin Chungong, et l’Ambassadeur de Chine auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, M. Wu Hailong.

Ces fonds contribueront à financer les activités de l’UIP au cours des cinq prochaines années, en particulier celles consacrées au renforcement des capacités des parlements des pays en développement. Ils permettront de développer différentes composantes du travail de l’UIP, notamment de préparer les parlements à assumer la tâche essentielle de mise en œuvre des Objectifs de développement durables (ODD) fixés par les dirigeants de la planète en septembre.

"Nous saluons cette généreuse contribution de la Chine qui nous permettra d’accroître le travail crucial que nous effectuons auprès des parlements des pays en développement" a indiqué le Secrétaire général de l’UIP. "Grâce à ces fonds, ces pays seront mieux préparés et mieux équipés pour faire face aux nombreux défis qui s’annoncent".

M. l’Ambassadeur Wu s’est, quant à lui, déclaré très honoré de signer cet accord au nom de l’Assemblée populaire nationale chinoise. “La Chine attache une grande importance à l'UIP et souhaite renforcer sa coopération et ses relations avec l’Organisation. Avec ce don, la Chine appuiera les efforts déployés par l’UIP pour jouer un plus grand rôle sur la scène internationale", a-t-il ajouté.

Ce don concrétise en effet un resserrement des relations entre l’UIP et le Parlement chinois qui fait partie de l’organisation mondiale des parlements nationaux depuis 1984. Il marque en outre l’engagement croissant de la Chine en faveur d’un renforcement du rôle et de l’influence de l’UIP dans les affaires internationales.

En quête d’idées nouvelles pour améliorer l’existence ?

9 DECEMBRE 2015

La Zimbabwéenne Thabitha Kumalo est au nombre des parlementaires qui prendront la parole sur le thème « Améliorer l’existence ». ©UIP/A. Blagojevic

Si vous souhaitez découvrir des initiatives prises par divers acteurs, y compris des parlementaires, pour améliorer la vie des personnes, devenez partenaire de retransmission de la manifestation TEDx Place des Nations qui se tiendra le 11 février 2016. Lors de cet événement, onze invités captivants et issus de différents horizons prendront la parole autour du thème « Transforming Lives » (« Améliorer l’existence »). Au nombre des orateurs figurent trois parlementaires : la défenseuse de la démocratie Thabitha Khumalo (Zimbabwe), la militante des droits des minorités Safak Pavey (Turquie) et la militante d’iRights et membre de la Chambre des Lords, la baronne Kidron (Royaume-Uni).

Mme Thabitha Khumalo a été par le passé membre du Groupe consultatif de l’UIP sur le VIH/sida et la santé de la mère du nouveau-né et de l’enfant. Son exposé portera sur la représentation politique et la démocratie. Mme Pavey, première femme handicapée élue au Parlement turc en 2011, est connue pour son action internationale dans le domaine des droits de l’homme, de l’aide humanitaire et de la consolidation de la paix. La baronne Kidron, réalisatrice britannique, milite pour les droits numériques des enfants et des jeunes et a mis sur pied à cette fin la campagne iRights.

Organisée et accueillie par l’Office des Nations Unies à Genève et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, avec le soutien de neuf autres organismes, dont l’UIP, la manifestation TEDx aura lieu au Palais des Nations, le siège de l’ONU à Genève. L’UIP encourage les parlementaires et les parlements à devenir des partenaires officiels de retransmission de l’événement en organisant une rencontre au cours de laquelle sera projetée en direct la conférence TEDx.

Les conférences TEDx sont une série d’exposés dans lesquels les orateurs présentent en moins de 18 minutes des idées ou des arguments qui méritent d’être diffusés. Les partenaires de retransmission doivent accepter d’installer un écran géant pour diffuser la conférence en direct en invitant un maximum de 100 personnes à assister à la manifestation. Ils peuvent convier s’ils le souhaitent leurs propres intervenants, mais la manifestation doit demeurer gratuite pour les invités. Les parlements qui souhaitent participer à l’initiative sont invités à remplir le formulaire d’inscription à la page http://tedxplacedesnations.ch/parties. TEDx Place des Nations est la deuxième manifestation du genre organisée par les Nations Unies avec le soutien de l’UIP. En décembre 2014, quelque 5 000 personnes avaient assisté à la première manifestation sur les différents lieux de retransmission mis en place par les partenaires.

Don de la Micronésie pour soutenir le travail de l’UIP sur la question des migrations

9 DECEMBRE 2015

Le soutien de la Micronésie viendra appuyer le travail de l'UIP sur la crise migratoire et de réfugiés sans précédent qui secoue le monde. ©UIP/J. Pandya

Le Président du Congrès micronésien, Wesley W. Simina, a remis au Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, un chèque de 100 000 dollars E.-U. qui constitue la première mesure de soutien concrète de son parlement aux travaux menés par l’UIP sur la question des migrations. Ce don, qui avait été promis lors de la 133ème Assemblée de l’UIP tenue récemment à Genève, aidera l’UIP à mettre en œuvre le suivi de la déclaration sur les migrations adoptée à cette même Assemblée. Le suivi consistera notamment à dépêcher des missions parlementaires dans les régions touchées par les crises migratoires et de réfugiés. M. Simina a présenté le chèque lors d’une conférence parlementaire mondiale sur les changements climatiques organisée à Paris par l’UIP et le Parlement français. Il a indiqué à cette occasion que les habitants de son pays étaient menacés de devenir tôt ou tard des réfugiés climatiques et que la Micronésie était disposée à apporter son aide dans la mesure de ses moyens. Le Secrétaire général de l’UIP a déclaré que la généreuse contribution du Parlement micronésien servira d’exemple en prouvant qu’aucun pays n’est trop petit pour contribuer aux efforts visant à protéger les droits et la dignité des personnes à travers le monde. Cette contribution montre également que les parlements ont la volonté et la capacité de passer des paroles aux actes lorsqu’il s’agit de répondre aux attentes des peuples.

L'Angola verse un don à l'UIP

3 DECEMBRE 2015

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong (à droite) a signé l’accord avec le Président du Parlement, Fernando da Piedade Dias dos Santos.  ©Assemblée nationale de l’Angola

L’UIP a reçu du Parlement angolais un don de 200 000 francs suisses destiné à soutenir les principales activités de l’Organisation, attestant du resserrement des liens entre les deux institutions et de la présence croissante de l’Angola sur la scène internationale. Bien qu’étant l’un des pays les moins développés au monde, l’Angola a retrouvé une croissance économique significative au sortir de la guerre civile qui a frappé le pays pendant près de trois décennies. Le financement, qui couvrira une année d’un accord de deux ans, servira essentiellement à financer des activités communes sur la promotion de l’égalité des sexes et la participation des jeunes au Parlement ainsi que sur la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant et le VIH/sida. L’UIP et le Parlement angolais continueront à renforcer leurs liens en collaborant dans le domaine de la diplomatie parlementaire pour résoudre les conflits ainsi que sur la question du renforcement des compétences et des connaissances du personnel parlementaire. Lors de la signature de l’accord, à Luanda, en compagnie du Président du Parlement, Fernando da Piedade Dias dos Santos, le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a souligné l’importance du don. « Ce financement versé par le Parlement angolais témoigne du développement économique et social qu’a connu le pays depuis la fin du conflit et du rôle de plus en plus important joué par l’Angola dans la région. Il reflète également la volonté constante du Parlement d’œuvrer pour améliorer la vie des citoyens », a-t-il déclaré. Lors de sa visite, M. Chungong a également rencontré le Président angolais, José Eduardo dos Santos, qui s’est engagé à travailler avec le Parlement pour veiller à la mise en œuvre du nouveau programme de développement pour l’après-2015 adopté par les dirigeants du monde en septembre. Dans une allocution prononcée devant le Forum des Parlements de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, M. Chungong a souligné les nombreux défis auxquels est confrontée la région, notamment les conflits et les crises post-conflit et post-électorales, tout en insistant sur le rôle central des parlementaires pour ramener la paix. « Je ne saurais trop insister sur l’importance du Parlement, plateforme par excellence au service du dialogue et de la médiation », a-t-il déclaré lors de la réunion tenue à Luanda. En tant que dirigeants, il est de votre devoir impérieux de vous faire les porte-drapeaux de la paix, d’être la voix de la modération et de vous poser en modèles dans vos sociétés. L’instantanéité des communications telle que nous la connaissons aujourd’hui constitue un puissant outil pour transmettre des messages de paix et de dialogue face aux messages de haine et de violence. « Chacune de vos paroles, chacune de vos actions est entendue et perçue quasi instantanément dans votre pays, dans votre région et à travers le monde, et peut tout aussi bien contribuer à apaiser qu’à attiser les flammes du conflit. »

Des parlementaires conviennent d’un plan pour lutter contre l’apatridie

1er DECEMBRE 2015

Les habitants de 162 enclaves territoriales autour de la frontière indo-bangladaise sont restés apatrides pendant près de 70 ans, jusqu’à ce que les deux pays trouvent enfin une solution cette année. ©Shariful Islam/Nurphoto

A l’issue d’une conférence mondiale qui s’est tenue en Afrique du Sud, des parlementaires de 40 pays ont convenu d’œuvrer à une action davantage concertée pour lutter contre l’apatridie. Phénomène ayant un impact dévastateur sur la vie de plus de dix millions de personnes à travers le monde, l’apatridie demeure souvent non déclarée et constitue un problème croissant qui fait que toutes les dix minutes un enfant naît sans nationalité. Les parlementaires présents à la conférence organisée au Cap par l’Union interparlementaire, le Parlement sud-africain et l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, ont convenu d’agir contre l’apatridie dans leurs pays respectifs en mettent en œuvre un large éventail de mesures. Ils s’emploieront notamment à réviser la législation nationale pour la rendre conforme aux normes internationales sur la prévention et la résolution des cas d’apatridie, à préconiser la réforme des lois qui instituent des discriminations fondées sur la race, l'appartenance ethnique, la religion ou le sexe, et à renforcer le contrôle parlementaire sur les politiques gouvernementales consacrées à ce problème. Les parlementaires ont également convenu d’œuvrer à la ratification des Conventions de 1954 et 1961 sur l’apatridie et ont appelé à davantage d’initiatives régionales pour mettre fin à ce phénomène. La nécessité d’une prise de conscience accrue de la part des Parlements face à ce problème a été mise en évidence et certains parlementaires se sont engagés à former avec leurs pairs un groupe œuvrant à la suppression de l’apatridie et à la promotion de la campagne #IBelong lancée par le HCR sur Twitter. Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a déclaré lors de la conférence que des solutions existent et qu’elles sont entre les mains des Etats. Il a souligné qu’il est du devoir des parlementaires de se mobiliser et qu’ils ne peuvent décider de protéger ou pas telle ou telle catégorie de population. L’apatridie tient à différents facteurs, notamment les discriminations, les défaillances de l’état civil et la redéfinition des frontières nationales. Si la plupart des personnes apatrides vivent sur le territoire où elles sont nées, l’essor spectaculaire des migrations forcées au-delà des frontières nationales vient renforcer le problème. Les femmes et les enfants sont particulièrement vulnérables. Outre le fait qu’elles n’« appartiennent » à nulle part, les personnes apatrides sont privées de droits élémentaires tels que la santé et l’éducation, alors même que le problème peut être résorbé en apportant des modifications relativement simples à la législation et aux pratiques.

La Hongrie célèbre avec faste le 120ème anniversaire de son engagement au sein de l’UIP

30 NOVEMBRE 2015

Le Président de l'UIP, Saber Chowdhury, et le Président de l'Assemblée nationale hongroise, Laslo Kövér, discutent des nombreuses réalisations accomplies par l'UIP depuis sa création. ©Shaikh Asaf Ud Dullah

Le 30 novembre, le Parlement hongrois a fêté le 120ème anniversaire de la création du Groupe national hongrois à l’Union interparlementaire en considérant tout à la fois le passé et l’avenir de son engagement. Dans le cadre d’une série de manifestations de haut vol, le Président de l’UIP, M. Saber Chowdhury, a procédé à l’inauguration officielle d’une exposition de photographies consacrée à l’Organisation et à son action depuis sa création en 1889. Il s’agit d’une reprise en hongrois de l’exposition initialement créée pour célébrer le 125ème anniversaire de l’UIP en 2014. Elle retrace l’évolution de l’action parlementaire dans les domaines de la paix et de la démocratie ainsi que le rôle pionnier de l’UIP qui a montré la voie en matière d’égalité des sexes, des droits de l’homme, d’arbitrage et de développement parlementaire. L’engagement de la Hongrie aux côtés de l’UIP remonte à la création de l’Organisation puisque le comte Albert Apponyi, parlementaire hongrois, était présent à la première conférence de 1889. Albert Apponyi a par ailleurs activement participé aux travaux de l’UIP qui menèrent à la création de la Cour internationale d’arbitrage. Au cours d’une visite commémorative de trois jours en Hongrie qui s’achèvera le 2 décembre, le Président Chowdhury a rencontré de hautes personnalités gouvernementales et parlementaires hongroises, en particulier M. Zsolt Semjén, Vice-Premier ministre, Mme Katalin Novák, Ministre des Affaires familiales et des jeunes, M. Láslo Kövér, Président de l’Assemblée nationale et M. Mihály Balla, Président du Groupe interparlementaire hongrois. Cette visite n’a pas pour seul but de célébrer la collaboration passée mais vise aussi à renforcer une collaboration future, axée sur la résolution des nombreux problèmes auxquels le monde se trouve confronté.

Le Président de l’UIP cherche à renforcer le partenariat avec l’Amérique latine

27 NOVEMBRE 2015

IPU President meets the Speaker (left) and Secretary General of Parlatino and the Panamanian Deputy Foreign Minister (second from right). ©Parlatino

A l’occasion de son déplacement au Panama du 25 au 28 novembre, le Président de l’UIP, Saber Chowdhury, cherche à renforcer le partenariat entre l’UIP et les parlements de la région de l’Amérique latine. Lors d’une allocution prononcée le 27 novembre à la 31ème Assemblée générale du Parlement latino-américain (Parlatino), le Président Chowdhury a exhorté les représentants de 23 parlements de la région à collaborer plus étroitement avec l’UIP pour travailler sur les grandes questions mondiales du moment et aborder les conséquences de la violence politique sur la sécurité des citoyens, problème qui constitue une préoccupation majeure en Amérique latine. Le Parlement latino-américain figure parmi les dix parlements régionaux ayant le statut de Membre associé auprès de l’UIP. Lors de sa visite, M. Chowdhury a rencontré la Présidente du Parlatino, Mme Blanca Alcalá, et la Vice-Ministre des affaires étrangères du Panama, Mme María Luisa Navarro, et s’est également entretenu avec le Président du Parlement, M. Rubén de León Sánchez, sur le renforcement de l’engagement du Parlement panaméen dans les affaires internationales. Alors que le nouveau programme mondial de développement durable adopté en septembre comporte un objectif visant la mise en place d’institutions fortes, inclusives et efficaces pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable, une partie des discussions a porté sur la nécessité d’imbriquer et d’intégrer, au sein des plans nationaux de développement, les mesures prises en matière de développement durable, de lutte contre les changements climatiques et de réduction des risques de catastrophe. Les partenariats aux niveaux national et international seront l’une des clés du succès.

Nouvel élan pour l’initiative « Mon pouvoir pour le pouvoir des femmes »

19 NOVEMBRE 2015

L’UIP est attachée à l’idée de voir hommes et femmes travailler ensemble vers plus d’égalité. ©UIP

La Réunion des femmes parlementaires de l’UIP a impulsé un nouvel élan dans sa campagne visant à promouvoir l’égalité des sexes dans les parlements du monde entier. Les femmes parlementaires ont adopté un plan d’action (PDF) afin d’aider à mettre en œuvre la campagne Mon pouvoir pour le pouvoir des femmes, qui encourage les parlementaires des deux sexes à signer un engagement en faveur de l’égalité des sexes. Plusieurs centaines de parlementaires des deux sexes ont déjà rejoint la campagne depuis son lancement en mars 2015, en attendant de nouvelles signatures. Ce plan d’action propose une série d’initiatives que pourraient prendre les parlementaires qui ont d’ores et déjà apporté leur signature, comme diffuser la campagne via les réseaux sociaux et les médias classiques, faire adopter ou amender des lois sur l’égalité des sexes et inciter les gouvernements à agir et à débloquer des ressources financières. Les parlementaires sont également encouragés à soutenir les femmes qui se présentent à des élections et à s’assurer que les parlements soient sensibles à la question de la parité. En parallèle, l’UIP s’engage à soutenir de plusieurs façons les parlementaires et les parlements souhaitant faire progresser l’égalité des sexes, en fournissant notamment des conseils juridiques, une assistance technique et un soutien financier. Le pourcentage de femmes dans les parlements du monde entier n’est que de 22,5 % en moyenne. L’UIP promeut depuis longtemps l’égalité des sexes au sein des parlements et de la société, tout comme dans sa propre Organisation, dans ses réunions et dans les manifestations qu’elle organise. Créée il y a 30 ans, la Réunion des femmes parlementaires constitue une tribune unique pour les femmes parlementaires souhaitant participer activement aux prises de décision politiques internationales.

Un atelier pour améliorer la protection des femmes dans les pays arabes

19 NOVEMBRE 2015

Les parlementaires ont eu des discussions animées et approfondies sur les moyens de renforcer la protection des femmes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. ©Zeina Hilal

Le défi consistant à prendre en compte les besoins des femmes et des jeunes femmes confrontées aux conflits dans les pays arabes a été mis en lumière à l’occasion d’un atelier parlementaire en Tunisie. Des parlementaires, fonctionnaires parlementaires et représentants des ministères des affaires féminines, d’institutions et d’organisations des pays arabes ont examiné de quelle manière la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui reconnaît le caractère unique et disproportionné des problèmes auxquels les femmes sont confrontées lors des conflits et qui appelle à leur protection, pouvait être mise en œuvre en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Ces dernières années, la région a été particulièrement frappée par les crises, les conflits et de violentes manifestations extrémistes qui continuent d’affecter la vie de millions de personnes. Les parlements et leurs membres peuvent et doivent protéger les femmes et les jeunes femmes en légiférant, en allouant des budgets et en supervisant la mise en œuvre des engagements internationaux sur les droits et l’égalité. L’objet de cette réunion était d’examiner comment la résolution 1325 pouvait être intégrée au travail parlementaire, notamment à travers l’adoption ou la révision de lois, de manière à améliorer la prise de conscience et à mieux coordonner la collaboration avec les mécanismes gouvernementaux et les ONG compétents. Certaines questions telles que le viol conjugal, le mariage des enfants et la protection des réfugiées ont été évoquées, les parlementaires mettant en exergue les défis actuels ainsi que les progrès effectués au sein de leur pays. L’atelier a été organisé par la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale (CESAO) en coopération avec la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et l’UIP. Les participants se rencontreront à nouveau au début de l’année prochaine.

Le Bangladesh se mobilise contre le mariage des enfants

19 NOVEMBRE 2015

Le Parlement du Bangladesh agit pour accélérer la tendance à la baisse du mariage des enfants. ©AFP/Lalage Snow

Un effort concerté est entrepris au Bangladesh pour réduire le taux de mariage des enfants – l’un des plus élevés au monde – à travers une série de manifestations ciblant un large éventail de groupes, notamment les parlementaires. D’après les statistiques, 66 % des filles bangladaises sont mariées avant l’âge de 18 ans, considéré au niveau international comme celui de l’entrée dans l’âge adulte. Bien que les chiffres attestent d’une tendance à la baisse, le Parlement bangladais souhaite accélérer le mouvement. Des ateliers vont être organisés pour renforcer l’action des parlementaires, des élus locaux et des ONG et permettre l’instauration de systèmes d’enregistrement des naissances et des mariages, qui constituent des outils essentiels pour lutter contre le mariage des enfants. Une activité destinée à sensibiliser le public est également prévue. Dans un second temps, les parlementaires étudieront les autres mesures pratiques qui peuvent être envisagées sur cette question. Les manifestations, organisées par le Parlement bangladais et l’UIP, sont soutenues par la fondation japonaise Worldwide Support for Development et l’Organisation mondiale de la Santé. Le mariage des enfants est considéré un niveau international comme une violation des droits de l’homme. Les épouses-enfants sont davantage exposées aux complications, voire au risque de décès, pendant la grossesse et l’accouchement, à l’infection au VIH et aux violences domestiques, et n’ont souvent pas accès aux soins de santé et à l’éducation. En adoptant l’Objectif de développement durable sur l’égalité entre les sexes, les dirigeants mondiaux ont accordé pour la première fois la priorité à l’élimination du mariage des enfants, du mariage précoce et du mariage forcé.

Des jeunes parlementaires nigérians forment un groupe national

19 NOVEMBRE 2015

La section du Nigeria va donner aux jeunes parlementaires les moyens d'agir et renforcer la participation des jeunes à la vie démocratique.

Le Forum des jeunes parlementaires de l’UIP inspire la création de groupes de jeunes parlementaires au sein des parlements nationaux. Un groupe du Nigeria a été formé au sein du Forum à l’initiative des Présidents du Parlement et du parlementaire Raphael Igbokwe, membre du Conseil du Forum de l’UIP. La formation vise à accroître la participation des jeunes à la vie politique, à donner aux jeunes parlementaires les moyens d’agir et à garantir au sein du Parlement la présence d’un groupe d’influence dirigé par des jeunes et traitant de questions intéressant la jeunesse. L’UIP œuvre pour ramener les jeunes dans le giron des processus démocratiques formels, à la fois en soutenant les jeunes parlementaires et en promouvant la participation des jeunes à la vie politique et aux processus électoraux. En 2014, seul 1,7 % des parlementaires à travers le monde avaient moins de 30 ans. L’UIP est convaincue que la sous-représentation et le sous-engagement des jeunes constituent une menace pour la démocratie et une perte de contribution essentielle à la vie publique.

Soutien aux nouveaux parlementaires du Myanmar

19 NOVEMBRE 2015

Aung San Suu Kyi a mené son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, à une victoire écrasante. ©AFP/Ye Aung Thu

Au Myanmar, où 400 des 664 parlementaires du Parlement nouvellement élu s’apprêtent à siéger pour la première fois, des mesures ont été prises pour s’assurer que les nouveaux entrants seront prêts pour le jeu de la vie politique lors de leur prise de fonctions en février 2016. Les nouveaux élus se verront remettre un manuel et un guide à l’usage des parlementaires préparés par le personnel du Parlement avec le soutien d’un programme UIP/PNUD d’appui aux parlements. La Chambre des représentants et la Chambre des nationalités disposeront d’un guide expliquant le mandat et le fonctionnement du Parlement afin d’aider les parlementaires à remplir leurs fonctions dans chacune de ces chambres. Un manuel renfermant des informations pratiques sur comment s’orienter au sein du Parlement, notamment les services fournis par l’administration parlementaire, sera également distribué. Le programme UIP/PNUD soutient également un cours d’initiation formelle à l’attention des parlementaires et fournit une assistance sur les infrastructures, la formation et le perfectionnement dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Depuis 2012, l’UIP collabore avec le Parlement du Myanmar pour renforcer ses fonctions et procédures et instaurer une culture parlementaire.

Les attentats de Paris et du Liban vont renforcer l’action parlementaire contre le terrorisme

17 NOVEMBRE 2015

©Citizenside/Cesar Dezfuli

Le Président et le Secrétaire général de l’UIP, MM. Saber Chowdhury et Martin Chungong, condamnent les terribles attaques terroristes perpétrées à Paris et au Liban la semaine dernière, dans lesquelles 170 personnes ont perdu la vie. Dans une lettre adressée aux Présidents des parlements français et libanais, MM. Chowdhury et Chungong ont exprimé leur solidarité avec les peuples et parlements de ces deux pays, en promettant de continuer à mobiliser la communauté parlementaire pour prendre des mesures concertées et efficaces afin de lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes. Le drapeau de l’UIP a été mis en berne en mémoire des victimes et par solidarité avec les peuples français et libanais.

L’enregistrement des nouveaux parlementaires égyptiens marque une nouvelle étape dans la feuille de route du pays vers la démocratie

12 NOVEMBRE 2015

Les parlementaires nouvellement élus ont été officiellement reçus par le personnel parlementaire qui leur a communiqué des informations essentielles. ©Khaled Mashaal

Plus de 250 parlementaires élus en octobre lors de la première phase des élections législatives égyptiennes, organisées en deux étapes, ont été officiellement enregistrés, avant d’être reçus par le secrétariat du Parlement égyptien, qui leur a communiqué des informations pratiques fondamentales sur l’institution. Le processus a été mené par les autorités administratives du Parlement, conformément aux orientations fournies par les équipes de l’UIP lors de diverses consultations réalisées ces deux dernières années. Les parlementaires qui seront élus lors de la deuxième phase des élections, prévue dans les prochaines semaines, seront enregistrés et reçus selon le même processus. L’UIP collabore avec le Parlement égyptien pour s’assurer que les parlementaires soient bien préparés pour assumer leur rôle, alors que le pays continue d’appliquer sa feuille de route vers la démocratie.

Le Secrétaire général de l’UIP promu défenseur de l’égalité des sexes

11 NOVEMBRE 2015

Dans les manifestations qu’elle organise l’UIP travaille déjà activement à promouvoir l’égalité des sexes, au sein des parlements comme de la société en général. ©UIP/Jorky

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a été promu « champion de l’égalité des sexes » en apportant son soutien à une nouvelle initiative de lutte pour l’égalité entre hommes et femmes, sur la base des remarquables résultats obtenus dans ce domaine par l’Organisation. L’initiative International Geneva Gender Champions invite en effet les organisations à annoncer les mesures pratiques qu'elles s’engagent à mettre en œuvre pour supprimer les barrières de genre et à signer un « engagement de parité » par lequel elles s’obligent à œuvrer en faveur de l’égalité de sexes dans tous les débats tenus sur la place de Genève.

M. Chungong promet ainsi que les débats organisés par l’UIP comprendront tous des intervenants hommes et femmes et que lors des Assemblées de l’UIP se tiendront des « débats paritaires » sur divers sujets, avec une représentation égale des deux sexes parmi les participants. Il s’engage par ailleurs à veiller à ce qu’au moins 30 % des parlementaires présents aux Assemblées soient des femmes et à ce que les structures de prise de décision de l’Organisation comprennent au moins 30 % de femmes d’ici 2017 et 40 % d’ici 2020. De plus, il promet non seulement que tous les programmes de soutien parlementaire organisés par l’UIP promouvront l’égalité des sexes mais aussi qu’une place centrale sera accordée à cette égalité dans toutes les activités de l’Organisation. Une évaluation de l’environnement de travail de l’UIP dans une perspective d’équité entre les hommes et les femmes sera, en outre, réalisée en 2016.

« L’égalité hommes-femmes relève de la responsabilité de tous et la situation ne peut s’améliorer que si nous y travaillons tous. Il faut pousser dans leurs retranchements ceux qui n’y travaillent pas encore » a déclaré le Secrétaire général de l’UIP.

L’UIP défend déjà activement l’égalité des sexes en œuvrant pour une augmentation du nombre des femmes parlementaires dans le monde (à l’heure actuelle, 22 % seulement des parlementaires sont des femmes) et pour un renforcement de l’égalité des sexes dans la société en général par le biais d’une législation nationale plus efficace. L’UIP encourage aussi fortement la mixité dans les délégations qui se rendent à ses Assemblées et dans ses organes directeurs. Différentes mesures sont prévues en ce sens, notamment des quotas et la pénalisation des délégations non mixtes par la perte du droit de participation à certains scrutins.

Les parlementaires vont faire pression pour agir contre la grave menace des changements climatiques

10 NOVEMBRE 2015

Parmi les effets dévastateurs du changement climatique figurent l’aggravation des sécheresses, des inondations et d’autres phénomènes météorologiques extrêmes. ©Reuters

Des parlementaires venus des quatre coins du monde se réuniront à Paris en décembre pour mobiliser les énergies contre la menace mondiale que constituent les changements climatiques et influer sur le grand sommet de l’ONU qui se tiendra simultanément dans cette ville. Les parlementaires appelleront les dirigeants mondiaux présents à la 21ème session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et à la 11ème session de la Conférence des Parties au Protocole de Kyoto, communément appelée sommet de la COP21/CMP11, à convenir de moyens spécifiques qui permettent de concrétiser leurs engagements. Ils mettront l’accent sur l’urgence de traiter la menace des changements climatiques ainsi que sur le rôle vital des parlements en tant que moteurs du changement.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et la star du cinéma hollywoodien et Président fondateur de l’alliance R20 - Regions of Climate Action -, Arnold Schwarzenegger, seront au nombre des nombreux orateurs principaux de la manifestation organisée dans les deux chambres du Parlement français et qui sera ouverte par les allocutions du Président de l’UIP, Saber Chowdhury, du Président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone, et du Président du Sénat français, Gérard Larcher.

Le programme comprend également un grand nombre d’autres invités, parmi lesquels le président de la COP21/CMP11, Laurent Fabius, la Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Christiana Figueres, le Secrétaire général de l’OCDE; Angel Gurria, des experts des changements climatiques tels que le professeur Hoesung Lee, Nicholas Stern, des ministres du Gouvernement français, ainsi que des parlementaires du monde entier venus assister à la COP21/CMP11. Les parlementaires présents à la réunion organisée par l’UIP et le Parlement français se verront divulguer des informations de première main sur les grandes questions du sommet et pourront échanger avec les négociateurs gouvernementaux impliqués dans le processus.

La réunion sera l’occasion de rappeler les recommandations de l’UIP en matière de lutte contre les changements climatiques et d’examiner la façon dont les décisions du sommet pourront être appliquées grâce à l’action parlementaire. Un plan d’action parlementaire sur les changements climatiques devrait être adopté à l’issue de la réunion qui se tiendra les 5 et 6 décembre. Toutes les informations utiles, notamment sur les modalités d’enregistrement, sont disponibles ici.

Partagez vos vues sur le contrôle parlementaire

9 NOVEMBRE 2015

Les commissions parlementaires jouent un rôle essentiel pour assurer un contrôle efficace de l'action gouvernementale. ©Parliamentlive.tv

L'UIP et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont publié un appel à contribution écrite dans la perspective de la seconde édition du Rapport parlementaire mondial, qui portera sur le pouvoir du Parlement de demander des comptes au gouvernement. Tous les parlements, organisations et personnes qui s’intéressent au contrôle parlementaire sont invités à faire connaître leurs vues par écrit, pour aider à façonner le contenu et l’orientation du rapport. Les contributions pourront se concentrer sur les bonnes pratiques, les défis à relever et les propositions en vue d’améliorer le contrôle parlementaire et la responsabilité du gouvernement. Plus de 300 parlementaires ont déjà pris part à des enquêtes et des entrevues dans le cadre de la préparation du rapport, et une série de débats thématiques est en cours de préparation. Les contributions peuvent être rédigées en anglais, français, espagnol ou arabe. Il est souhaitable de les limiter à un maximum de 1 500 mots, en précisant clairement dans chaque contribution de quelle source elle émane. La date butoir est fixée au 30 novembre 2015.

Les parlementaires proposent des mesures pour renforcer la paix et la sécurité en promouvant l’égalité des sexes

29 OCTOBRE 2015

Les participants ont appelé à une série de mesures pour veiller à ce que la résolution 1325 soit appliquée dans tous les pays. ©UIP/Pierre Albouy

A l’occasion du 15ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, les parlementaires ont appelé à une action renouvelée pour veiller à ce que ce texte soit plus largement appliqué et respecté. Dans leurs recommandations visant à associer plus étroitement les parlements à la promotion du programme sur les femmes, la paix et la sécurité, les parlementaires proposent d’accélérer l’adoption des plans d’action nationaux relatifs à la résolution 1325; accroître la présence des femmes au Parlement et à ses fonctions dirigeantes, notamment dans les travaux relatifs à la paix et à la sécurité; et de veiller à ce que 15 % du financement consacré à la paix et à la sécurité soient alloués aux questions ayant trait à l’égalité des sexes, comme le renforcement de la participation politique des femmes et la protection des femmes et des filles contre les violences. Les recommandations ont été émises suite à un débat organisé à la Réunion des femmes parlementaires sur le thème de l’égalité des sexes en tant que facteur indispensable à la paix et à la sécurité durables. La Réunion des femmes parlementaires, composante permanente des Assemblées de l’UIP, s’emploie à promouvoir l’égalité des sexes et les droits des femmes, notamment en promouvant la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et en collaborant avec le Comité de la CEDAW.

L’OMS appelle à un engagement accru des parlements dans le domaine de la santé

29 OCTOBRE 2015

Le Dr Chan a déclaré devant les parlementaires : « Battez-vous avant tout contre les politiques fiscales, les politiques commerciales et les politiques d’assurance préjudiciables aux pauvres ». ©IPU/Lucien Fortunati

Directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Margaret Chan, a exhorté les parlementaires du monde entier à intensifier leurs efforts pour améliorer la santé des citoyens, en soulignant l’importance des solutions politiques face à l’émergence d’une nouvelle génération de défis complexes. Lors de sa première allocution à une Assemblée de l’UIP, le Dr Chan a souligné le rôle essentiel joué par les parlementaires dans bon nombre de stratégies, notamment la mise en place de la couverture universelle en matière de santé, la taxation du tabac, l’étiquetage des aliments et la lutte contre les politiques fiscales, commerciales et d’assurance défavorables aux pauvres. Elle a mis en garde contre les nouvelles menaces, notamment les pathogènes pharmacorésistants, la commercialisation mondialisée de produits malsains et les taux croissants de maladies chroniques non transmissibles telles que les cardiopathies, le cancer et le diabète, qui sont désormais les maladies les plus meurtrières devant les maladies infectieuses. Le Dr Chan a également proposé de renforcer la collaboration entre l’OMS et l’UIP en offrant un appui technique structuré aux organes consultatifs de l’UIP et elle a aussi confirmé le nouveau rôle que les parlementaires seront appelés à jouer dans les réunions parallèles conjointes organisées lors de l’Assemblée de l’OMS, l’organe décisionnel suprême de l’Organisation. Les pistes proposées dans son allocution s’appuient sur la coopération déjà en vigueur entre l’OMS et l’UIP dans des domaines tels que la santé des femmes et des enfants, la planification familiale, les violences faites aux femmes et aux filles et les pratiques traditionnelles néfastes.

De nouvelles directives pour renforcer l'action parlementaire contre le VIH

29 OCTOBRE 2015

Les lignes directrices ont été présentées à la 133ème Assemblée de l’UIP par le Secrétaire général de l’Organisation, Martin Chungong, et le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé. ©IPU/Pierre Albouy

L’UIP et l’ONUSIDA ont publié de nouvelles lignes directrices sur ce que peuvent faire les parlementaires pour accélérer le traitement du VIH. Intitulée Accélérer le traitement du VIH : action parlementaire et options politiques, la publication présente une série de mesures que peuvent prendre les parlements pour garantir l’accès aux traitements à toutes les personnes séropositives. Le traitement du VIH est une composante essentielle de la lutte contre le sida car il permet d’éviter des décès et de nouvelles infections, mais demeure inaccessible pour nombre de personnes qui en ont pourtant besoin. Acteurs essentiels du changement, les parlementaires jouent un rôle central pour garantir la justice sociale et le respect des droits de l’homme, notamment l’accès au traitement du VIH. Les lignes directrices offrent des exemples de bonnes pratiques adoptées par plusieurs parlements et parlementaires sur cette question. La publication renferme une multitude d’informations sur les objectifs urgents à atteindre d’ici à 2030 au niveau mondial pour mettre fin à la menace que le sida fait peser sur le monde, l’approche fondée sur les droits humains en matière de VIH, le brevetage des médicaments et la nécessité de s’assurer qu’il ne restreint pas l’accès aux traitements, ainsi que les moyens de mobiliser des ressources et de financer le traitement de la maladie.

La Micronésie, solidaire financièrement face à la crise migratoire

29 OCTOBRE 2015

Le Président du Congrès de Micronésie, Wesley W. Simina, a déclaré que le don versé par son pays était un témoignage de solidarité. ©UIP

Le Parlement de Micronésie s’est engagé à légiférer en faveur d’une dotation pouvant aller jusqu’à 100 000 dollars des Etats-Unis à verser à l’UIP pour contribuer aux efforts déployés en vue d’apporter une réponse globale à la crise migratoire. Au cours de celle-ci plus de 680 000 personnes se sont rendues dans la seule Europe cette année par la mer et près de 3 200 personnes ont péri en Méditerranée. L’annonce a été faite lors de la 133ème Assemblée de l’UIP, qui s’est concentrée sur l’action parlementaire en faveur de migrations plus justes, plus sensées et plus humaines et qui a adopté une résolution appelant à une plus grande protection des réfugiés à travers le monde. Le Président du Congrès de Micronésie, Wesley W. Simina, a déclaré qu’une telle initiative de la part d’un petit pays, limité financièrement et déjà aux prises avec ses propres difficultés, est un témoignage de solidarité envers toutes les personnes qui sont obligées de prendre des décisions radicales et de mettre leur vie en danger pour trouver davantage de sécurité ou les conditions d’une vie meilleure. Cette décision est un exemple de ce que les parlements peuvent faire pour contribuer à apporter des solutions à des problèmes majeurs. Si la dotation se concrétise, les fonds pourraient servir à financer une mission d’information de l’UIP dans les camps de réfugiés ou d’autres projets laissés à la discrétion de l’UIP. Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a salué cette initiative, qu’il a qualifiée de mesure concrète prise par un membre de l’UIP en lien avec une résolution de l’Organisation. Prises collectivement, les mesures de suivi décidées individuellement par les parlements suite aux décisions de l’Assemblée de l’UIP peuvent constituer une force importante de changement, a-t-il souligné.

Parution d’un outil essentiel pour aider les parlementaires à traiter les questions liées à la migration

29 OCTOBRE 2015

En partenariat avec l’Organisation internationale du Travail (OIT) et le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), l’UIP a publié un guide pratique à l’usage des parlementaires sur la question de la migration. Le Guide pratique n° 24 intitulé Migration, droits de l’homme et gouvernance présente les problèmes, outils et politiques relatifs à la circulation internationale des personnes. Sujet complexe et hautement polémique, les migrations internationales sont motivées par diverses raisons économiques, sociales et politiques. Alors que l’on assiste à une recrudescence de la xénophobie et que le débat sur la migration est essentiellement abordé de façon négative, les parlementaires doivent contribuer à faire en sorte qu’une réponse censée, pondérée et éclairée soit apportée à la migration grâce à des politiques efficaces et équitables permettant de tirer le meilleur parti possible de la mobilité humaine tout en s’attaquant aux difficultés rencontrées par les pays d’origine, de transit et de destination, ainsi que par les migrants. Ce nouveau guide pratique à l’usage des parlementaires propose des solutions politiques à des questions telles que les causes profondes de la migration, la cohésion sociale et la gouvernance de la migration.

Des parlementaires s'engagent à lutter contre la malnutrition

29 OCTOBRE 2015

La malnutrition affecte de nombreux enfants et a des répercussions sur la performance économique des pays. ©AFP/Albert Gonzalez

Lors d’une réunion organisée en Namibie en octobre, des parlementaires de neuf pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) se sont engagés à lutter contre la malnutrition, qui touche plus de 180 millions d’enfants de moins de cinq ans à travers le monde. Les parlementaires ont débattu de questions telles que les taux obstinément élevés de malnutrition et le problème de l’obésité, phénomène de plus en plus prégnant dans leur région. Ils ont reconnu l’importance vitale que revêt la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour assurer le développement économique, pour que les enfants puissent survivre et grandir en bonne santé et pour briser le cycle intergénérationnel de la pauvreté. Les parlementaires se sont engagés à veiller à ce que leurs pays disposent des lois et budgets nécessaires en matière de nutrition, à examiner les politiques gouvernementales, à promouvoir l’action en attirant l’attention sur les taux de malnutrition élevés et inacceptables, et à coopérer avec d’autres groupes et organismes. La réunion, accueillie par le Parlement namibien, a été organisée par l’UIP et l’UNICEF.

Conférence sur le problème de l’apatridie

29 OCTOBRE 2015

De nombreuses personnes apatrides ne jouissent pas de leurs droits fondamentaux, notamment l’éducation et les soins de santé ©AFP/Zakir Hossain Chowdhury/NurPhoto

Une conférence sera organisée en Afrique du Sud pour examiner ce que peuvent faire les parlements pour lutter contre l’apatridie, phénomène qui prive de nombreuses personnes de leurs droits fondamentaux mais qui peut être résorbé en apportant des modifications relativement simples à la législation et aux pratiques. L’apatridie, causée par de multiples facteurs comme les discriminations ou la redéfinition des frontières nationales, concerne quelque 10 millions de personnes à travers le monde. La conférence organisée les 26 et 27 novembre au Cap par l’Union interparlementaire, le Parlement sud-africain et l’agence onusienne pour les réfugiés, le HCR, permettra aux parlementaires de mieux connaître l’impact de certaines réformes juridiques. Seront notamment présentées les réformes législatives menées au Sénégal et en Algérie qui permettent désormais aux femmes de transmettre leur nationalité à leurs enfants, mettant ainsi fin à l’une des causes majeures de l’apatridie. Les parlementaires auront également l’occasion d’en apprendre davantage sur ce qu’ils peuvent faire pour promouvoir l’adhésion de leur pays à deux conventions des Nations Unies sur l’apatridie qui constituent le cadre d’une réponse internationale commune à ce problème. La conférence devrait déboucher sur un plan d’action parlementaire pour mettre fin à l’apatridie.

Renforcer l’action parlementaire en matière de lutte contre le terrorisme

16 OCTOBRE 2015

La coopération internationale prend une importance croissante dans la lutte anti-terroriste. ©AFP/Adem Altan

Alors que la lutte contre le terrorisme demeure un enjeu prioritaire pour la communauté parlementaire mondiale, les parlementaires du monde entier, réunis à l’occasion de la 133ème Assemblée de l’UIP à Genève, se concentreront sur les mesures que les parlements nationaux peuvent prendre ou prennent déjà pour respecter les engagements internationaux visant à lutter contre ce fléau.

Depuis 1996, les membres de l’UIP ont adopté douze résolutions sur le terrorisme, la plus récente étant celle adoptée à l’Assemblée de Hanoi en mars 2015, et se sont également engagés à soutenir la Stratégie antiterroriste mondiale de l’ONU ainsi que toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies qui soulignent le rôle important joué par les parlements pour s’assurer que les Etats respectent le droit international dans leur combat contre la criminalité.

Pendant l’Assemblée, les parlementaires participeront à plusieurs débats avec des spécialistes afin de traduire ces engagements en actes, de mieux comprendre la mise en œuvre de la Stratégie mondiale et d’identifier les lacunes législatives en matière de lutte contre le terrorisme.

Le 20 octobre, lors d’une réunion-débat portant sur l’action parlementaire dans la réalisation des engagements de lutte contre le terrorisme, les Directeurs exécutifs de la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme (CTED) de l’ONU, Jean-Paul Laborde, de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yuri Fedotov, et du Fonds mondial pour la mobilisation et la résilience communautaires, Khalid Koser, présenteront la façon dont l’ONU lutte contre le terrorisme.

Le Président du Sénat du Pakistan, Mian Raza Rabbani, et des parlementaires de France et du Cameroun décriront également les mesures prises par leurs parlements respectifs pour prévenir et combattre le terrorisme. La réunion vise à renforcer la coordination entre l’UIP et les organisations onusiennes compétentes dans la lutte contre le terrorisme.

En outre, une audition d’experts consacrée au renforcement de la coopération mondiale contre le terrorisme et à la protection de la démocratie et des droits individuels sera organisée sous l’égide de la Commission de la paix et de la sécurité internationale de l’UIP. Cette audition servira de base à la résolution devant être adoptée lors de la 134ème Assemblée de l’UIP qui se tiendra en 2016 dans la capitale zambienne Lusaka.

Le Président de l’UIP participe à New York à la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale

29 SEPTEMBRE 2015

Le Président de l’UIP, M. Saber Chowdhury (à droite), et le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, M. Jan Eliasson, ont participé à cette cérémonie ©Photo ONU/Mark Garten

Le Président de l’UIP, Saber Chowdhury, a assisté à une cérémonie organisée au Siège de l’ONU à New York au cours de laquelle a été dévoilée une plaque commémorant la fin de la Seconde Guerre mondiale en Asie et dans le Pacifique. La plaque a été placée au pied de « l’arbre de la paix et de l’unité » de l’ONU, un cerisier pleureur qui a été planté à l’occasion du 70ème anniversaire de la fin de la guerre en Europe. « Cet arbre servira à nous rappeler à nous aujourd’hui, mais aussi demain aux générations futures, que, comme la paix, un arbre a besoin d’être choyé », a déclaré le M. Chowdhury lors de la cérémonie. « Tel est le message que nous adressons aux citoyens du monde, à un moment où l’ONU tente de définir une nouvelle vision ambitieuse pour la planète, une vision qui ne laissera personne au bord du chemin. » Il a également rappelé les causes communes qui unissent l’UIP et l’ONU, à savoir le bien-être, la sécurité, la dignité, la paix et la prospérité pour tous les citoyens de la planète.

Les Parlements du Pacifique approuvent les Principes communs

29 SEPTEMBRE 2015

Le Président du Parlement des Iles Marshall, Donald F. Capelle, a approuvé les Principes communs lors de la Conférence des Présidents de parlement, portant à sept le nombre de parlements du Pacifique à adopter ces Principes. ©UIP

Sept parlements des pays insulaires du Pacifique - Iles Marshall, Îles Salomon, Micronésie, Samoa, Tonga, Tuvalu et Vanuatu - ont officiellement approuvé les Principes communs en matière d’assistance aux parlements. Cette approbation massive, et celle du Parlement israélienne, porte désormais à 96 le nombre de parlements nationaux, assemblées parlementaires et organisations partenaires ayant approuvé ces Principes. Les Principes communs, qui visent à optimiser la qualité de l’assistance mise à la disposition des parlements, ont été mis bout à bout par un groupe de parlements et d’organismes d’assistance aux parlements. Ils sont l’aboutissement de plus de quarante années d’expérience dans le domaine de l’aide au développement des parlements. Coordonnés par l’UIP, ils visent à encourager l’ensemble de la communauté parlementaire à travailler main dans la main à la planification, la conception et la fourniture de l’aide. Les parlements et les organisations qui souhaitent associer leur nom à ces principes peuvent le notifier au Secrétariat de l’UIP.

Lutter contre la malnutrition en Afrique australe

29 SEPTEMBRE 2015

Améliorer l’alimentation des jeunes enfants pour mettre fin au cycle de la pauvreté dans les communautés et les pays ©Reuters/F. Omar

La lutte contre la malnutrition et ses effets dévastateurs a fait l’objet d’un séminaire régional organisé dans la capitale namibienne, Windhoek, les 28 et 29 septembre. Des parlementaires et membres de personnel parlementaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ont suivi une formation sur la promotion de la nutrition infantile. Les spécialistes de la malnutrition qui ont animé le séminaire ont livré des informations détaillées sur les conséquences préjudiciables de ce phénomène non seulement sur les personnes mais également sur les communautés et le développement économique de pays entiers. La malnutrition touche plus de 180 millions d’enfants de moins de cinq ans à travers le monde et jusqu’à 40 pour cent des enfants en Afrique subsaharienne. Beaucoup souffrent de retards de développement et de croissance­ qui entraînent des effets irréversibles sur la santé, l’apprentissage et la capacité à s’émanciper financièrement. Le séminaire, accueilli par le Parlement namibien et organisé par l’UIP et l’UNICEF, a mis l’accent sur les mesures que peuvent prendre les parlementaires pour enrayer le cycle de la pauvreté, notamment en améliorant les programmes et les politiques de nutrition. Les recommandations concrètes émises à l’issue du séminaire contribueront à renforcer l’action parlementaire sur la nutrition. La lutte contre la malnutrition s’est révélée efficace par rapport à son coût et constitue également un impératif moral. C’est aussi une étape primordiale vers la réalisation des objectifs de développement du Millénaire et de ceux qui leur succèdent, à savoir les objectifs de développement durable.

Pleins feux sur la ratification d’un accord commercial majeur

29 SEPTEMBRE 2015

Ce nouvel accord vise à accélérer la circulation des marchandises dans le monde. ©Reuters/Nguyen Huy Kham

La ratification d’un accord international qui pourrait permettre d’injecter chaque année jusqu’à mille milliards de dollars E.-U. dans l’économie mondiale sera l’objet de la session parlementaire du Forum public de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui se tiendra le 30 septembre à Genève. Organisée par l’Union interparlementaire et le Parlement européen, la session parlementaire aidera les Membres présents au Forum à mieux comprendre les grandes questions liées au commerce mondial ainsi que le rôle clé joué par les parlements dans la ratification de l’Accord. L’Accord sur la facilitation des échanges (AFE), qui vise à accélérer la circulation des marchandises à travers le monde, est considéré comme le plus important des résultats de la 9ème Conférence ministérielle de l’OMC qui s’est tenue à Bali.Néanmoins, il ne pourra entrer en vigueur que lorsque les deux tiers des membres de l’OMC l’auront ratifié. A l’heure actuelle, seuls 20 pays sur 164 pays ont franchi le pas. Outre la session parlementaire, l’OMC organise du 30 septembre au 2 octobre plusieurs autres forums publics. Ces forums annuels réunissent des représentants des gouvernements, des parlements, de la société civile, des entreprises, du monde universitaire et des médias pour réfléchir sur le système du commerce mondial et le fonctionnement même de l’Organisation.

L’UIP salue la reprise du processus démocratique au Burkina Faso

29 SEPTEMBRE 2015

L’UIP se félicite du retour au régime civil au Burkina Faso. ©AFP/S. Kambou

Le rétablissement d’un régime civil et du processus démocratique au Burkina Faso a été salué par l’UIP. L’Organisation exhorte les autorités à organiser au plus vite les élections présidentielles et parlementaires qui ont été retardées, afin de consolider la transition vers un régime démocratique dans ce pays ouest-africain. Les élections devaient avoir lieu le 10 octobre mais le processus a été interrompu le 16 septembre suite au coup d’Etat mené par des dirigeants de la garde présidentielle restés fidèles à l’ancien Président Blaise Compaoré.

Sur fond de crise mondiale, l’Assemblée de l’UIP se concentre sur la question des migrations

29 SEPTEMBRE 2015

L’accent sera mis sur la migration sur fond de crise majeure des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. ©AFP/E. Barukcic

A l’heure où un flux sans précédent de personnes migre vers l’Europe et où l’on assiste à un déplacement des crises à travers le monde, les parlementaires débattront du thème intitulé Des migrations plus justes, plus sensées et plus humaines : un impératif économique et moral lors de la 133ème Assemblée de l’UIP qui se tiendra à Genève du 17 au 21 octobre. Alors que l’Europe connaît une montée de la xénophobie et subit toujours les conséquences de la crise économique mondiale, les politiques nationales en matière de migration continuent d’être pensées de façon incohérente, en contradiction avec la réalité démographique, la pénurie de compétences et la mobilité croissante de la main-d’œuvre dans la région. Fin 2014, le HCR dénombrait quelque 60 millions de réfugiés, demandeurs d’asile ou déplacés. Ainsi, le débat portera-t-il sur la meilleure façon de gérer ces importants flux de demandeurs d’asile et d’en assurer la protection.
 
Les Membres de l’UIP adopteront également à l’issue de l’Assemblée une résolution sur la démocratie à l’ère numérique et les menaces pour la vie privée et les libertés individuelles. D’autres thèmes phares comme la lutte contre le terrorisme et la protection du patrimoine culturel seront également examinés. Par ailleurs, des discussions auront lieu sur les moyens de renforcer les capacités de contrôle des parlements. Ce dernier thème s’avérera particulièrement pertinent dans la mesure où les objectifs de développement durable (ODD) adoptés récemment lors d’un sommet aux Nations Unies comportent des cibles sur la création d’institutions responsables et inclusives, nécessaires pour garantir la paix, la justice et la mise en œuvre effective des 17 ODD.
 
La 133ème ‘Assemblée convoquera également la Réunion des femmes parlementaires, le Forum des jeunes parlementaires de l’UIP, le Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient et le Comité des droits de l’homme des parlementaires, lequel tiendra plusieurs auditions et examinera cas de violation des droits des parlementaires. Les Future Policy Awards, qui récompensent cette année les meilleures politiques de protection de l’enfance, seront remis lors d’une cérémonie organisée le 20 octobre.
 
Les inscriptions en ligne pour assister à la 133ème Assemblée sont ouvertes jusqu’au 2 octobre. Pour participer aux débats via Twitter, utiliser le mot-dièse #IPU133. Des photos de l’Assemblée seront mises à disposition sur Flickr à partir du 18 octobre.

Genève célèbre pour la première fois la Journée de la démocratie

14 SEPTEMBRE 2015

Des étudiants genevois visiteront le Siège de l'UIP à Genève dans le cadre des événements de la semaine. ©UIP

Le canton suisse de Genève, qui abrite le Siège de l’UIP, célèbre le 15 septembre la Journée internationale de la démocratie avec une semaine de manifestations au cours desquelles des jeunes Suisses rencontreront notamment des jeunes parlementaires. C’est la première fois qu’un canton suisse célèbre officiellement cette journée.

Le coup d’envoi des manifestations, organisées par les autorités cantonales et municipales, en partenariat avec l’Université de Genève, le Parlement des jeunes Genevois et l’UIP, sera donné le 14 septembre avec un "Speed debating" organisé avec le Parlement des jeunes Genevois.

Le jour de la Journée de la démocratie, des élèves du secondaire débattront et voteront au Grand Conseil de Genève sur l’abaissement de l’âge de la majorité électorale à 16 ans. Puis, une cinquantaine d’étudiants, représentants des sections jeunesse de plusieurs partis politiques et membres du Parlement des jeunes Genevois rencontreront au siège de l’UIP des jeunes parlementaires de Suisse et d’autres pays. Ils débattront de la démocratie et de la participation des jeunes ainsi que des moyens permettant d’associer les jeunes Genevois au processus démocratique. Cette rencontre à l’UIP est organisée avec le soutien de la fondation japonaise Worldwide Support for Development (WSD). Les débats prévus le reste de la semaine porteront notamment sur les moyens d’accroître la participation des citoyens à la démocratie et d’impliquer les jeunes dans la vie politique. Pour plus ample information, consulter la page www.semaine-democratie.ch.

Renforcer l’action parlementaire contre les armes de destruction massive

9 SEPTEMBRE 2015

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a souligné le rôle clé que jouent les parlements dans l’élimination des armes de destruction massive. ©UIP

L’UIP renforce sa collaboration avec l’ONU sur l’élimination et la non-prolifération des armes de destruction massive (ADM) dans le cadre des travaux menés par l’Organisation pour promouvoir la paix et de la sécurité dans le monde. Devant le Comité 1540 de l’ONU, établi pour mettre en œuvre la résolution 1540 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les ADM, le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, a expliqué comment les parlements et les parlementaires peuvent s’emparer de cette question et promouvoir une plus grande cohérence entre les travaux de l’UIP et ceux du Comité onusien.

Ces dernières années, les membres de l’UIP ont adopté diverses résolutions en faveur de la non-prolifération nucléaire et d’un monde exempt d’armes nucléaires. En outre, lors de la 133ème Assemblée de l’Organisation qui se tiendra à Genève en octobre 2015, plusieurs auditions d’experts seront organisées sur la question du renforcement de la coopération internationale pour contrer la menace que constitue le terrorisme pour la démocratie et les droits individuels. Ces auditions viendront alimenter une nouvelle résolution sur cette question.

Afin de mobiliser davantage les parlementaires sur la question des ADM, un séminaire régional sera organisé en décembre en Algérie pour aider les parlements africains à mettre en œuvre la résolution 1540 de l’ONU dans leurs pays respectifs. Le séminaire, organisé par l’UIP avec le soutien du Bureau des affaires du désarmement de l’ONU, visera à mieux faire connaître la résolution et à fournir une assistance technique pour renforcer les capacités des parlements dans leurs rôles législatif et de contrôle, puis, à terme, leurs responsabilités. Un projet de manuel à l’attention des parlementaires est également à l’étude pour fournir aux membres de parlement des conseils pratiques sur les mesures qui pourraient être à propos des ADM.

L’UIP et le Parlement ougandais poursuivent leur partenariat sur la santé maternelle et infantile

2 SEPTEMBRE 2015

L’accord a été signé par le Secrétaire général de l’UIP, M. Martin Chungong, et la Présidente du Parlement ougandais, Mme Rebecca Kadaga. ©UIP

L’UIP et le Parlement ougandais ont conclu un accord qui renforcera les efforts visant à améliorer la santé maternelle, néonatale et infantile (SMNI) dans ce pays d’Afrique de l’Est. L’accord, signé par le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, et la Présidente du Parlement ougandais, Rebecca Kadaga, à New York lors de la Conférence mondiale des Présidents de parlement, permettra de renforcer l’action parlementaire sur la SMNI, sujet qui demeure une priorité en Ouganda.

En 1990, le taux de mortalité en couche était de 780 pour 100 000 et le taux de mortalité juvéno-infantile de 178 pour 1 000. Bien que des progrès aient été accomplis depuis, les cibles définies dans les objectifs du Millénaire pour le développement pour les taux de mortalité maternelle et infantile n’ont pas encore été atteintes.

L’UIP collabore avec l’Ouganda depuis 2012, année où le pays a mis au point une stratégie nationale articulée en buts et objectifs pour accélérer la réduction des taux de mortalité maternelle et infantile. Pour ce faire, le pays a dû modifier sa législation sur la SMNI, former ses parlementaires, renforcer les capacités des commissions parlementaires en matière de suivi de la budgétisation et de la reddition de comptes en lien avec la SMNI et coopérer avec de nombreux autres parlements africains dans ce domaine.

L’UIP et le Parlement ougandais démarreront cette nouvelle phase en procédant à une révision de la stratégie nationale pour ensuite formuler des recommandations sur les mesures à prendre au cours de la 10ème législature (2016-2021).