Mettre fin à la violence et au déplacement forcé des Rohingyas

Mettre fin à la violence et au déplacement forcé des Rohingyas
Actualités en bref

image

L’UIP est préoccupée par les déplacements forcés du peuple Rohingya. ©Citizenside/Parvez Ahmad/Citizenside

L'Union interparlementaire (UIP) est gravement préoccupée par la poursuite de la violence, de l'intimidation et du déplacement forcé de la minorité musulmane Rohingya dans l'Etat d'Arakan, au Myanmar. 

Les informations faisant état d'une cruauté généralisée et documentée à l'encontre des enfants, des femmes et des hommes rohingyas, et de l'exode massif qui en a résulté vers le Bangladesh voisin sont très troublantes. L'UIP est particulièrement inquiète des conditions de vie déplorables dans les camps de réfugiés au Bangladesh.

Dans une déclaration conjointe, le Président, Saber Chowdhury, et le Secrétaire général, Martin Chungong, condamnent ces violations des droits de l'homme et soulignent la responsabilité des autorités de l'Etat du Myanmar de protéger toutes les personnes vivant dans le pays. Ils appellent à la cessation de la violence et à l'ouverture immédiate d'un dialogue pour éviter que davantage de vies ne soient perdues ou de personnes déplacées. Ils demandent en outre au Parlement du Myanmar, Membre de l'UIP, de tout mettre en œuvre pour aider à mettre fin à cette crise.