Désarmement et non-prolifération

Désarmement et non-prolifération

image

Le spectre grandissant du terrorisme mondial n’a fait que renforcer l’impératif de désarmement et de non-prolifération. Photo: ©Jonathan McIntosh/CCBY

Les armes de destruction massive (ADM) représentent une menace majeure pour notre planète. Le spectre grandissant du terrorisme mondial n’a fait que renforcer l’impératif de désarmement et de non-prolifération.

Alors que les armes chimiques et biologiques ont été interdites, les armes nucléaires continuent d’être produites et accumulées. Le risque d’un accident nucléaire accompagné de son lot de conséquences catastrophiques pour la planète et ses habitants est donc bien réel. Nous avons assisté ces dernières années à un élan politique en faveur de l’instauration d’un monde exempt d’armes nucléaires et nous trouvons actuellement à un point charnière. Nous ne pouvons tout simplement pas accepter que la prolifération se poursuive et que le monde puisse être victime d’une éventuelle catastrophe. Il est primordial de respecter ce que souhaite le peuple et de garantir une sécurité durable pour les générations futures.

Aussi, nous encourageons, formons et soutenons les parlements et les parlementaires à s’acquitter de leur importante responsabilité d’agir. Certains d’entre eux ont déjà pris des mesures pratiques telles que l’établissement de zones exemptes d’armes nucléaires, la diminution des dépenses militaires et la réduction des forces nucléaires.

Il est également essentiel que les parlements et les parlementaires veillent à ce que les conventions et traités existants soient signés et honorés. Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires doit impérativement entrer en vigueur. En outre, le régime de non-prolifération établi par ce traité doit être renforcé et chaque gouvernement doit être encouragé à réduire ses capacités nucléaires.

En 2014, nous avons adopté une résolution sur le rôle des parlements dans l'instauration d'un monde exempt d'armes nucléaires. Dans cette résolution sans précédent, nous avons appelé les parlements à travailler avec leurs gouvernements respectifs en vue de supprimer statut des armes nucléaires dans les doctrines de sécurité et d'utiliser tous les moyens à leur disposition afin de surveiller la mise en œuvre des engagements pris en faveur du désarmement. Nous avons également élaboré un guide intitulé Promouvoir la non-prolifération et le désarmement nucléaires, dont l’objectif est de soutenir les parlementaires dans leurs actions visant à faire progresser le désarmement et la non-prolifération nucléaires.

Si l’on veut parvenir au désarmement, les gouvernements doivent également être encouragés à renoncer aux ADM. Mais ce n’est pas tout : il importe aussi d’empêcher que des acteurs non étatiques ne se procurent des ADM, une préoccupation qui est au cœur de la résolution 1540 du Conseil de sécurité de l'ONU. Aussi, nous nous attachons à promouvoir la mise en œuvre de cette résolution. En décembre 2016, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2325, qui donne acte du rôle clé joué par les parlementaires dans le cadre de sa mise en œuvre.

Nous collaborons avec des groupes tels que les Parlementaires pour la non-prolifération et le désarmement nucléaire et le Forum parlementaire sur les armes légères et de petit calibre. En 2013, nous nous sommes associés au Bureau des affaires de désarmement de l'ONU et au World Future Council afin de décerner un prix honorant les meilleures politiques de désarmement du monde.

Notre engagement en faveur du désarmement s’inscrit dans le cadre de notre action globale dans les domaines de la paix et de la sécurité, et de la gouvernance mondiale.

image

Le spectre grandissant du terrorisme mondial n’a fait que renforcer l’impératif de désarmement et de non-prolifération. Photo: ©Jonathan McIntosh/CCBY