Skip to main content

Jeunesse, paix et sécurité

Les jeunes font partie des premières victimes de la radicalisation et des conflits. Leur participation à la prévention et au règlement des différends est donc essentielle à l'instauration d'une paix durable. En tant que dirigeants politiques les plus proches des jeunes d'un pays, les jeunes parlementaires ont un rôle clé à jouer lorsqu’il s’agit de s'attaquer aux facteurs de conflit et de contribuer aux solutions.

En nous appuyant sur la résolution 2250 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée en 2015, qui énonce les engagements internationaux en faveur des jeunes, de la paix et de la sécurité, nous collaborons avec les jeunes parlementaires pour les aider à renforcer l’action qu’ils déploient  en vue de prévenir l'extrémisme violent et de contribuer à la réconciliation et à la consolidation de la paix.

L'un des piliers de nos activités est l’action de sensibilisation et de coordination des mesures que nous menons lors de réunions régionales et internationales. Par exemple, dans le cadre d'une série de réunions sur la prévention de l'extrémisme violent, des jeunes parlementaires se sont engagés à renforcer l'action législative et le contrôle pour accroître la participation des jeunes à l'élaboration et à la mise en œuvre de plans d'action visant à prévenir l'extrémisme violent. Il s'agit également de s'attaquer aux facteurs favorables à l'extrémisme, tels que le manque de débouchés socio-économiques pour les jeunes, la discrimination et la marginalisation.

Nous avons également apporté une perspective parlementaire aux efforts internationaux faits à plus grande échelle pour consolider les politiques en faveur des jeunes, de la paix et de la sécurité, grâce à la participation de jeunes parlementaires aux réunions et aux recherches des Nations Unies. Par exemple, nous avons contribué à l'étude des Nations Unies sur l'état d'avancement de la résolution 2250 du Conseil de sécurité de l’ONU. Fondées sur des entretiens approfondis avec de jeunes parlementaires du monde entier, nos recommandations portaient notamment sur la création et le renforcement de liens entre les jeunes et les parlements, ainsi que sur la mobilisation de jeunes parlementaires en tant que médiateurs et promoteurs du dialogue dans des sociétés divisées.

Qu'il s'agisse de la prévention de l'extrémisme violent ou de la résolution de conflits, une idée commune transparaît dans tous nos travaux : pour que les jeunes fassent partie de la solution, ils doivent participer efficacement aux forums politiques. Voilà une autre raison pour laquelle il est si important de renforcer la représentation des jeunes dans les parlements.