Skip to main content

Les droits des femmes

Aucun pays ne peut se vanter d’avoir atteint l'égalité des sexes. De grands défis attendent les femmes au XXIe siècle.

Les femmes représentent la moitié de la population mondiale, mais beaucoup sont victimes de discrimination dans les domaines du travail, des soins de santé et de l'éducation, ou subissent la violence physique et sexuelle.

Elles sont sous-représentées dans la plupart des organes de décision et aux postes de pouvoir économique. Elles continuent de gagner systématiquement moins que les hommes à compétences égales et sont plus susceptibles d’occuper des emplois précaires et mal payés. Dans de nombreuses régions du monde, les filles ont plus de risques que les garçons de ne pas être scolarisées.

Le fléau de la violence à l’égard des femmes est également un problème crucial aux niveaux national et international. Aucun pays n'est épargné. D’après les chiffres publiés par l'Organisation mondiale de la Santé en 2016, une femme sur trois dans le monde a subi des violences de la part de son partenaire ou des violences sexuelles commises par quelqu'un d'autre que ce dernier.

La discrimination et la violence à l’égard des femmes prennent racine dans les stéréotypes sexistes, les normes culturelles préjudiciables et la législation discriminatoire. L’inégalité en matière de statut social et juridique empêche les femmes et les filles de jouir de leurs droits dans tous les domaines de la vie, qu’il s’agisse de services maternels, de services de santé ou de l’éducation, de l’égalité des chances ou de la rémunération équitable.

Nous sommes convaincus que le Parlement en sa qualité d’institution, ainsi que les hommes et les femmes parlementaires, doivent s'attaquer à ces questions en priorité.

Nous donnons aux parlementaires le pouvoir de se battre pour l'égalité dans leur propre pays. Nous encourageons également les parlements nationaux à adopter des lois qui garantissent des droits et les font respecter. De telles mesures doivent notamment couvrir le droit des femmes et des filles d’être épargnées par la peur et la violence.

L’instrument historique que représente la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF) est un élément central de cet objectif. Nous aidons les parlements à garantir l'application effective de la Convention, à soutenir l'autonomisation des femmes, à lutter contre toutes les formes de discrimination et à prendre des mesures contre la violence.

Nous veillons à ce que les parlementaires et le personnel parlementaire soient mobilisés et que les hommes et les femmes collaborent pour résoudre les problèmes relatifs à l’égalité des sexes.

Notre action en faveur des droits des femmes fait partie de notre attachement général à l'égalité des sexes.

En cette section
Nous collaborons étroitement avec la Commission de la condition de la femme.©Joel Sheakoski
La Commission de la condition de la femme (CSW) est le principal organe décisionnel dans le monde consacré exclusivement à l'égalité des sexes et à la promotion de la femme. Elle fait partie du système des Nations Unies et œuvre
Nous collaborons avec les parlementaires et les parlements pour nous assurer que les engagements pris par leur État en vertu de la CEDEF sont respectés. Nous les informons sur la Convention, les aidons à recenser les lacunes dans les mesures prises et les guidons vers des solutions.
Nous profitons de toutes les occasions qui se présentent à nous pour sensibiliser les parlements à l'ampleur du problème et aux moyens dont disposent les parlementaires pour y remédier.
Les femmes subissent certaines des pires conséquences de la guerre, dont la violence sexiste et sexuelle. Photo: ©Reuters
Notre action pour les droits des femmes met notamment l'accent sur les objectifs concernant les femmes, la paix et la sécurité, conformément à la résolution 1325, adoptée en 2000 par le Conseil de sécurité de l’ONU , qui énonce des