Skip to main content
Consultancy

Consultant(e) Violence à l’égard des femmes

L'UIP est l'organisation mondiale des parlements. Première organisation politique multilatérale du monde, fondée en 1889, elle œuvre en faveur de la coopération et du dialogue entre les nations. Elle compte aujourd'hui 179 Parlements membres et 12 organismes parlementaires régionaux. Elle œuvre pour la démocratie et aide les parlements à se renforcer, se rajeunir, se rapprocher de la parité hommes-femmes et à représenter la population dans toute sa diversité. Elle défend aussi les droits de l’homme des parlementaires par le biais d’un comité de parlementaires issus de toutes les régions du monde et dévoués à cette cause. Deux fois par an, elle convoque plus de 1 500 délégués et parlementaires à une assemblée mondiale et apporte une dimension parlementaire à la gouvernance mondiale, notamment aux travaux de l’ONU et à la mise en œuvre des objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

L'Union interparlementaire (UIP) considère la parité comme l'une des clés de voûte de la démocratie et œuvre dans le but d'assurer l'égale participation des hommes et des femmes à la vie politique, ainsi que de promouvoir la parité et les droits et l'autonomisation des femmes. Elle surveille la représentation des femmes au parlement aux échelons mondial, régional et national et fournit des données. Elle mène des enquêtes et des études sur la violence que subissent les femmes en politique et conseille les parlements sur les moyens d'y remédier.

Appel d'offres

L'UIP lance un appel à candidatures de la part de candidat(e)s dûment qualifié(e)s et expérimenté(e)s, aptes à travailler sous la supervision de la Responsable du Programme du partenariat hommes/femmes à mettre en œuvre des projets visant à aider les parlements et les parlementaires à lutter contre la violence subie par les femmes et les filles dans leur travail, ainsi qu'à combattre le sexisme, le harcèlement et la violence s'exprimant à l'encontre des femmes au parlement et dans la vie politique.

La mission du consultant s'étend du 3 janvier 2022 au 31 mars 2024. Le contrat du consultant est établi pour une seule année civile et renouvelé chaque année à la suite d'une évaluation du travail réalisé dans l'année et sous réserve de la disponibilité du financement requis.

Une moyenne de 18 jours de travail par mois est envisagée. Le taux de rémunération journalière proposé par l'UIP se situe entre 300 et 550 CHF, selon l'expérience du candidat.

Le/la consultant(e) peut être basé(e) à domicile, étant entendu que la mission comprend des déplacements. L'UIP prend en charge les frais de mission que le consultant doit assumer dans le cadre de ses attributions.

Prestations

  • Concevoir, coordonner et mettre en œuvre des projets de recherche destinés à documenter le sexisme, le harcèlement et la violence dont sont victimes les femmes au parlement, notamment rédiger des rapports et des publications sur ce sujet ;
  •  fournir des conseils et une expertise concernant la lutte contre la violence à l’égard des femmes et aux filles et les moyens de remédier à la violence subie par les femmes au parlement et dans la vie politique ;
  •  répondre aux demandes d'aide émanant des parlements et des parlementaires, entre autres, concernant les moyens d'évaluer la fréquence du sexisme, du harcèlement et de la violence à l'encontre des femmes au parlement et les mesures susceptibles de remédier à de tels phénomènes ;
  • concevoir, coordonner et exécuter des projets d'assistance technique visant à lutter contre la discrimination et la violence à l’égard des femmes et aux filles, notamment en soutenant le renforcement des capacités, les réformes juridiques, les mesures de contrôle et/ou les visites sur le terrain dans les parlements choisis ;
  • évaluer les besoins et préparer des programmes de travail et des documents pour les activités menées dans le cadre des projets (note d'orientation, programme, budget, discours, rapport final) ; 
  • superviser et contrôler les dépenses engagées dans le cadre des projets et s’assurer de l’efficacité en termes de résultats ; participer à des missions dans les pays concernés afin d’y exécuter les projets et de les évaluer ;
  • préparer des rapports d’activité et rédiger des demandes de financement à l’intention des bailleurs ;
  •  organiser des réunions et des conférences internationales sur la violence à l’égard des femmes et aux filles, notamment la violence subie par les femmes dans le contexte politique, et prendre part à ces événements ;  
  •  organiser, à l'intention des parlementaires et du personnel parlementaire, des séminaires et des ateliers de formation à l'échelle régionale et nationale sur le sujet de la violence à l’égard des femmes et aux filles et de la violence subie par les femmes au parlement et dans la vie politique ;
  • concevoir des initiatives ciblées incitant les parlementaires de sexe masculin à s'impliquer dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes et aux filles et la violence s'exprimant à l'encontre des femmes au parlement et dans la vie politique.

Prestations spécifiques en 2022-2023 :

  • Réalisation, publication et diffusion d'une étude régionale sur le sexisme, le harcèlement et la violence s’exprimant à l’encontre des femmes dans le contexte parlementaire ;
  • poursuite de la diffusion de l'étude menée en 2021 par l'UIP et l'UPA sur le sexisme, le harcèlement et la violence que subissent les femmes dans les parlements africains et évaluation de son impact ;
  •  assistance et conseils spécialisés en réponse à toutes les demandes d’aide des parlements et des parlementaires concernant les moyens d’évaluer la fréquence du sexisme, du harcèlement et de la violence à l’encontre des femmes au parlement et les mesures susceptibles de remédier à de tels phénomènes ;
  •  soutien aux réformes mises en place par un ou deux parlements pour lutter contre le sexisme, le harcèlement et la violence s’exprimant à l’égard des femmes au parlement ;
  •  organisation de cinq ou six réunions ou conférences parlementaires traitant de la violence à l’égard des femmes et aux filles et de la violence à l’encontre des femmes dans la vie politique ;
  •  appui offert à quatre parlements (dont Djibouti et la Sierra Leone) désireux d'organiser des séminaires de renforcement des capacités, de mener à bien des réformes juridiques, de prendre des mesures de contrôle ou de réaliser des visites sur le terrain pour mettre un terme à la discrimination, à la violence et aux pratiques préjudiciables à l’égard des femmes et des filles ;
  •  mise en place d’un suivi et d’une évaluation de toutes les activités du programme, ainsi que des produits et des résultats des efforts consentis pour mettre un terme à la violence à l’égard des femmes et aux filles, ainsi qu'à la violence s'exprimant à l'encontre des femmes dans le contexte parlementaire ;
  •  rédaction d’un ou deux rapports d’activité annuels comprenant une analyse des résultats obtenus et de leur incidence ;
  •  tout au long de la mission, contribution à la constitution de dossiers sollicitant le soutien des bailleurs de fonds

Le/la consultant(e) sera amené(e) à travailler fréquemment avec :

  • des parlementaires et des membres du personnel parlementaire,
  • des experts et des fonctionnaires de l’ONU,
  • des représentants des organisations intergouvernementales et non gouvernementales,
  • des collaborateurs du Secrétariat de l’UIP,
  • des chercheurs et des universitaires.

Qualifications et expérience requises

  • Diplôme universitaire en sciences politiques, en droit ou en questions de genre ;
  • plus de 10 ans d'expérience professionnelle dans le domaine de l'égalité hommes-femmes et des droits des femmes, ainsi que d'expérience du travail dans des organisations parlementaires internationales ; une spécialisation dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes et aux filles et la violence s'exprimant à l'encontre des femmes dans la vie politique constitue un atout de poids ;
  • plus de 10 ans d'expérience professionnelle du soutien aux parlements ; une spécialisation dans la protection et la promotion des droits de l'homme, la parité et l'éradication de la violence à l’égard des femmes constitue un atout de poids ;
  • solide expérience de la recherche dans le domaine de la violence subie par les femmes au parlement, notamment publication de travaux portant sur la violence à l’égard des femmes dans le contexte parlementaire ;
  • expérience de la conduite d’entretiens avec des victimes et des témoins d’actes de sexisme, de harcèlement et de violence sexiste au parlement ;
  • parfaite maîtrise de l’anglais ou du français et bonne connaissance de l’autre langue. Des connaissances d’autres langues (en particulier l’espagnol et l’arabe) sont souhaitées ;
  • excellente maîtrise de l'anglais ou du français écrit ; aptitude avérée à la rédaction de rapports et à la présentation et l'analyse des données ;
  • la réalisation d'un travail de recherche récent portant sur la violence s'exprimant à l'encontre des femmes dans le contexte parlementaire constituerait un atout de poids ;
  • connaissance des statistiques et de l'utilisation des indicateurs de recherche ;
  • capacité avérée à planifier, mettre en œuvre et coordonner des projets et à obtenir des résultats ;
  • solides capacités de gestion et d’organisation ; sens du contact, de la communication et de la négociation ;
  • qualités personnelles : esprit d'initiative, motivation, tact, bon sens et volonté d'assumer des responsabilités ;
  • bons contacts humains et esprit d’initiative ; esprit d’équipe, aptitude à s’adapter à des conditions et des environnements de travail divers ;
  • finesse politique et psychologique ; expérience avérée du travail avec des parlementaires de toutes origines ; expérience avérée des entretiens avec des victimes et des témoins d'actes de sexisme, de harcèlement et de violence sexiste au parlement.
Comment appliquer

Les candidats sont priés de fournir un curriculum vitae, accompagné d'une lettre de motivation expliquant pourquoi ils se considèrent comme la personne adaptée pour cette mission et précisant la date à laquelle ils sont disponibles pour commencer la mission. Un exemple de publication sur la violence à l’égard des femmes dans le contexte parlementaire est exigé.

La date butoir de présentation des candidatures a été fixée au 8 décembre 2021.

Les dossiers de candidature doivent être envoyés par courriel à l'adresse : job@ipu.org dans un message portant comme sujet "Consultant

- Violence à l’égard des femme". Pour de plus amples informations concernant cette mission, veuillez prendre contact avec Zeina Hilal, Responsable du Programme du partenariat hommes/femmes de l'UIP (zh@ipu.org).

Seules les personnes dont la candidature est retenue seront contactées.

Les candidatures reçues après la date butoir seront écartées.

Principes de recrutement

Le principe directeur régissant le choix des candidats est de garantir le degré d’efficacité, de compétence et d’intégrité le plus élevé. L'UIP ne fait aucune discrimination et s'efforce de promouvoir la diversité au sein de son personnel. 

Notre Organisation accorde une attention particulière aux candidatures provenant des pays en développement et veille à l’équilibre hommes-femmes. Elle s’applique à offrir un cadre qui mette en valeur la contribution de chaque individu.

Date limite: