Skip to main content
Communiqués de presse

L’Assemblée de l’UIP invoque la diplomatie parlementaire pour mettre un terme à la guerre en Ukraine

IPU144

© Genya SAVILOV / AFP

Lors de la 144e Assemblée de l’UIP, tenue à Nusa Dua (Indonésie), des centaines de parlementaires venus des quatre coins de la planète ont condamné “l’usage de la force en cours, perpétré par la Fédération de Russie contre l’Ukraine, en violation de la Charte des Nations Unies, en particulier du principe de souveraineté et d’intégrité territoriale”, dans une résolution relative à un point d’urgence.

Ce point d’urgence, avait été proposé par la délégation néo-zélandaise le 21 mars, sous le titre Résolution pacifique de la guerre en Ukraine, dans le respect du droit international, de la Charte des Nations Unies et de l’intégrité territoriale. La résolution correspondante a été adoptée par consensus, le 23 mars, par l’Assemblée composée de délégués de quelque 120 Parlements membres, neuf pays ayant exprimé des réserves*.  

La résolution manifeste les inquiétudes des parlementaires quant à la menace que la guerre en Ukraine fait peser sur la paix et la sécurité à long terme de l’Europe, avec de plus larges répercussions sur la sécurité mondiale, susceptibles d’engendrer des incertitudes économiques et des problèmes complexes à l’échelle mondiale.

Elle appelle tous les Parlements membres de l’UIP à soutenir “tous les efforts pacifiques pouvant contribuer à une désescalade de la violente attaque militaire actuellement menée contre les populations et les villes d’Ukraine”.

Elle exhorte les parlementaires de la Fédération de Russie comme de l’Ukraine “à promouvoir les initiatives visant à mettre fin aux hostilités et à résoudre les différends par des moyens pacifiques et diplomatiques”.

La résolution appelle l’UIP à servir d’intermédiaire en offrant ses bons offices pour favoriser le dialogue. Elle recommande que l’UIP crée un Groupe de travail sur le terrain, composé de représentants de ses différents groupes géopolitiques et chargé de faciliter l’action des parlements dans la recherche de solutions pacifiques.

Elle appelle également les Parlements membres de l’UIP à faciliter l’aide humanitaire apportée aux populations qui fuient cette guerre, et à veiller à la participation pleine et égale des femmes aux dialogues de paix entre les parlementaires des deux pays.

Tout Membre de l’UIP a la possibilité de proposer qu’un point d’urgence soit mis à l’ordre du jour de l’Assemblée. Celui-ci est alors débattu par les parlementaires. Un comité de rédaction, représentatif des différents groupes géopolitiques de l’UIP, retravaille ensuite le texte de la résolution en tenant compte des commentaires exprimés pendant le débat.

Cette résolution fait suite à une déclaration préalablement adoptée par le Comité exécutif de l’UIP le 26 février.

* Afrique du Sud, Bahreïn, Bélarus, Chine, Émirats arabes unis, Iran (République islamique d'), République arabe syrienne, Viet Nam, Zimbabwe.

***

L’Union interparlementaire (UIP) est l’organisation mondiale des parlements nationaux. Lorsqu’elle a été fondée il y a maintenant plus de 130 ans pour encourager la coopération et le dialogue entre toutes les nations, c’était la première organisation politique multilatérale à voir le jour. Elle compte aujourd’hui 178 Parlements membres et 14 organismes parlementaires régionaux. Elle œuvre pour la démocratie et aide les parlements à se renforcer, se rajeunir, se rapprocher de la parité hommes-femmes et à représenter la population dans toute sa diversité. Elle défend aussi les droits de l’homme des parlementaires par le biais d’un comité de parlementaires issus de toutes les régions du monde et dévoués à cette cause.

Pour plus ample information, veuillez contacter Thomas Fitzsimons : press@ipu.org ou tf@ipu.org ; tél : +41(0) 79 854 31 53