Skip to main content

Données ouvertes : la mise à disposition ne suffit pas ! La stratégie marketing de la Chambre des députés brésilienne

Bulletin de l'innovation | Deuxième édition | 28 juin 2019
Website of the Parliament of Brazil

La nouvelle interface utilisateur, moins formelle. © Parlement du Bresil

Plusieurs parlements ont consenti ces dernières années d'importants investissements pour que l'information parlementaire soit mise à la disposition du public dans un format ouvert permettant d'améliorer la transparence et de faciliter la participation du public. L'utilisation de ces données ouvertes est toutefois souvent restée limité. La Chambre des députés brésilienne a donc décidé de se doter d'une stratégie marketing visant à faire augmenter et à diversifier l'utilisation de ses données parlementaires.

La Chambre des députés investit depuis 2006 dans les relations qu'elle noue avec la société brésilienne par le biais de ses données. C'est à cette époque qu'elle a lancé l'initiative SitCamara, service en ligne au départ accessible uniquement à des abonnés, mais devenu accessible à tous en 2011 suite à l'adoption de la loi sur la transparence.

En 2013, la Chambre des députés a organisé son premier hackathon sur le sujet Transparence législative et participation publique. En dehors du succès rencontré par les 24 applications conçues au cours de ces quatre journées, l'un des points forts de cette manifestation a été de donner à l'équipe de la Chambre chargée des données ouvertes une vision plus précise des avantages et des inconvénients des données ouvertes publiées, tant du point de vue de leur structure que des formats proposés, entre autres. Un autre hackathon, organisé en 2014, a rassemblé un plus grand nombre de commentaires et de propositions des utilisateurs concernant la facilité ou la difficulté d'utilisation des données ouvertes mises à disposition.

En analysant les chiffres relatifs à l'utilisation des données ouvertes et les commentaires recueillis au cours des hackathons et des évaluations entreprises par des chercheurs universitaires, l'équipe chargée des données ouvertes a compris qu'elle ne pouvait s'en tenir à la simple mise à disposition des données. Elle a donc commencé à prendre diverses initiatives visant à améliorer l'utilisation des données, dans le but de faciliter la participation de la société brésilienne au processus législatif.

L'une des grandes priorités de ce travail était d'améliorer la communication avec les groupes les plus enclins à utiliser les données ouvertes, notamment les concepteurs de logiciels et les programmateurs ayant un intérêt pour la politique. Cette initiative avait pour objectif de permettre aux développeurs de comprendre la terminologie officielle du Congrès national et de concevoir des sites ou des applications présentant les informations législatives sous différents angles de vue. En 2015, la Chambre des députés a donc créé des plateformes techniques collaboratives passant par des comptes en ligne telles que GitHub, dans l'optique de faciliter les échanges avec ces publics et utilisateurs. Ne serait-ce que sur GitHub, les chiffres révèlent que 70 problématiques sont abordées chaque année et que le nombre d'utilisateurs posant des questions, voire s'entraidant, est en hausse. Ce mécanisme a accéléré la conception des applications et fait augmenter l'utilisation de l'interface de programmation d'applications (API) de la Chambre.

Website of the Parliament of Brazil

© Parlement du Bresil

En 2016, date à laquelle a été menée une étude sur la perception du site web de la Chambre par les citoyens ordinaires, le site principal de la Chambre comportait déjà des données ouvertes. Les résultats de cette enquête ont abouti à la décision de créer un site web distinct, moins formel et davantage axé sur les utilisateurs, pour présenter les données ouvertes.

Lancé début 2017, ce nouveau site web est désormais plus standardisé et accessible aux non-programmateurs grâce aux améliorations suivantes : les API XML et JSON sont désormais plus faciles à réutiliser, les fichiers téléchargeables sont proposés dans divers formats, notamment XLSX (Microsoft Excel), ODS (OpenOffice/LibreOffice Calc) et CSV, mais aussi XML et JSON. De façon générale, la base de données est mieux structurée.

La même année, la Chambre des députés s'est associée pour la première fois à la Campus Party et a lancé ce qu'il a été décidé de baptiser du terme de "défi de programmation" donnant aux participants davantage de temps (environ quatre mois) qu'au cours d'un hackathon (en général jusqu'à quatre jours). Ce temps supplémentaire permet en général de concevoir des applications mieux réfléchies et les prix remis aux trois meilleures applications entretiennent la motivation. Ces deux critères favorisent la création d'applications captivantes volontiers adoptées par les citoyens, ce qui développe l'accès aux API et aux fichiers téléchargeables.

Fin 2017, la Chambre des députés a aussi commencé à promouvoir les données ouvertes lors de manifestations organisées dans les milieux universitaires et les établissements scolaires. Le fait d'expliquer au public comment effectuer des recherches au moyen de données législatives a amélioré leur utilisation et permis d'obtenir de meilleurs résultats de et pour la société.

Pour continuer à améliorer les applications qui utilisent les données ouvertes mises à disposition par la Chambre, les programmateurs sont chaudement invités à commenter leur travail de développement et les produits qu'ils conçoivent dans le registre GitHub du service. Ils peuvent demander un court texte et un lien vers leurs projets sur la page "Projets communautaires" du portail de données ouvertes de la Chambre, qui leur offre une reconnaissance de leur travail et les aide à le faire connaître.

La Chambre des députés s'efforce d'enchaîner les initiatives afin d'offrir en permanence aux données ouvertes une vitrine mettant en valeur leur potentiel pour la société brésilienne. À l'heure actuelle, le nombre d'appels à l'API de la Chambre enregistrés chaque semaine se monte à 7 000 000 en moyenne.

La société ne cesse d'évoluer, ce qui oblige la Chambre des députés à rester en contact étroit avec elle pour continuer à répondre aux besoins des utilisateurs. En dernière analyse, ce travail ne se résume pas à la volonté de faire augmenter les chiffres d'utilisation des données ouvertes, mais repose bien plutôt sur celle de mettre à profit les données ouvertes pour permettre aux citoyens de mieux comprendre le processus législatif, dans l'espoir de faire avancer la démocratie brésilienne dans son ensemble.

Pour en savoir plus, veuillez prendre contact avec :
Rodolfo Vaz, rodolfo.vaz@camara.leg.br +55-61-3216-3851
Fabrício Rocha, fabricio.rocha@camara.leg.br +55-61-3216-3507
Patricia Almeida, patricia.almeida@camara.leg.br +55-61-3216-3524