Skip to main content
Étude de cas

Le Parlement des Fidji collabore avec le gouvernement et la société civile en matière de changements climatiques

fiji sdgs

Ⓒ Fiji Parliament

Le Parlement des Fidji se consacre pleinement à l'intégration des ODD dans les travaux de ses six commissions permanentes, à savoir : 1) Affaires sociales ; 2) Ressources naturelles ; 3) Justice, droit et droits de l'homme ; 4) Affaires étrangères et défense ; 5) Affaires économiques et 6) Comptes publics. En 2019, le Parlement a préparé à l'intention des commissions permanentes une note d'orientation intitulée "Contrôle de la mise en œuvre des ODD", dans le but d'aider les parlementaires à intégrer plus efficacement les ODD. Peu de temps après l'adoption du Programme 2030, le Parlement des Fidji a été au nombre des premiers parlements du monde à mener une auto-évaluation globale pour mettre en œuvre les objectifs.

Parallèlement à l'intégration des ODD dans les activités du parlement, les parlementaires ont reçu une formation leur expliquant spécifiquement comment aborder les questions en lien avec les ODD lors de leurs interventions en plénière. Les ODD et les engagements pris en matière de changements climatiques en vertu de l'Accord de Paris ont également été intégrés dans le Plan national de développement à 5 et 20 ans du gouvernement.

De surcroît, le parlement dispose de deux groupes thématiques informels contribuant à deux cibles particulières des ODD, à savoir : 1) le Groupe des femmes parlementaires fidjiennes du Commonwealth, qui vise à renforcer la capacité des femmes parlementaires à remplir efficacement leur rôle et 2) le Réseau des parlementaires handicapés fidjiens du Commonwealth, qui s'occupe des activités et des programmes destinés à promouvoir et à accroître la représentation des personnes handicapées dans la prise de décision.

Le Parlement a contribué particulièrement activement à soutenir les efforts consentis par le gouvernement sur les plans budgétaire et législatif pour lutter contre les changements climatiques, efforts qui se sont encore intensifiés à l'issue de la Présidence fidjienne de la COP23. Des modifications ont été apportées à la politique fiscale pour l'aligner sur les engagements pris en matière climatique par le gouvernement.

La loi de 2021 sur les changements climatiques institutionnalise les obligations internationales auxquelles les Fidji ont souscrit en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CNUCC) et de l'Accord de Paris et sert de fondement à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national. Cette loi offre aux Fidji un cadre leur permettant de coordonner leur action en vue d'élaborer et de mettre en œuvre des mesures et des politiques cohérentes sur le long terme en matière de changements climatiques, établit les structures institutionnelles et de gouvernance requises et crée un système transparent de suivi, de présentation de rapports et de vérification des avancées enregistrées.

Résultats et impact

Au cours des discussions sur le projet de loi sur les changements climatiques, la Commission permanente de la justice, du droit et des droits de l'homme a entrepris un examen approfondi du projet de loi et publié une étude d'impact. Après l'entrée en vigueur de la loi, cette commission a continué, en collaboration avec d'autres, à réaliser des évaluations et à superviser l’activité des ministères et des agences gouvernementales chargés de sa mise en œuvre.

Au cours de la rédaction de ce projet de loi, le gouvernement avait organisé des auditions et des consultations publiques avec différentes parties prenantes et avait facilité la participation des organisations de la société civile et des communautés touchées. La loi exige la tenue de consultations publiques avec différents secteurs de la société et prévoit également des mesures visant à garantir un financement approprié. Bien que récemment adoptée, cette loi jouera un rôle essentiel en réduisant la pollution et le gaspillage énergétique, en augmentant les investissements dans les technologies durables et les projets d'infrastructure verte et en réduisant des inégalités et l'amélioration de la santé humaine.

Avant l'adoption de la loi sur les changements climatiques, les parlementaires ont participé à des initiatives de sensibilisation et de développement des capacités dans le domaine des ODD. Une délégation parlementaire a par exemple assisté à la COP23 à Bonn ; les parlementaires ont pris part à des conférences nationales et internationales sur les questions d'environnement et de changements climatiques et ils ont œuvré aux côtés d'organismes publics et d'un grand nombre de parties prenantes nationales telles que les organisations de la société civile, les communautés locales et le secteur des entreprises pour contribuer à l'élaboration du dispositif légal encadrant la lutte contre les changements climatiques à l'échelon national.

Défis

L'un des principaux défis auxquels le Parlement est confronté consiste à assurer l'autonomisation permanente des parlementaires grâce à des activités de renforcement des capacités et de sensibilisation, ainsi que des campagnes d'information mettant en avant l'environnement et la réalisation des ODD. Avec un bon niveau de compétences, les parlementaires pourraient participer efficacement à l'élaboration des mesures de lutte contre les changements climatiques et à la réalisation d'enquêtes de surveillance. Renforcer les compétences des parlementaires sur une base régulière bénéficiera aux mécanismes parlementaires de contrôle destinés à garantir la mise en œuvre des dispositions relatives aux changements climatiques aux Fidji.