Skip to main content
Communiqués de presse

L'UIP réunit des centaines de parlementaires en ligne dans le cadre d'une assemblée parlementaire mondiale

l'UIP

Plus de 1 000 parlementaires et experts de 135 pays ont participé cette semaine aux dernières séances de la 142e Assemblée de l’UIP, qui s’est déroulée en ligne, une première dans l’histoire de l’Organisation. Plus de 37 pour cent des parlementaires inscrits étaient des femmes et 26 pour cent étaient des jeunes parlementaires, des chiffres qui témoignent de l’importance que l’UIP attache à l’égalité des sexes et à la participation des jeunes.

Placée sous le thème Surmonter la pandémie aujourd’hui et mieux construire l’avenir : le rôle des parlements, l’Assemblée a été l’occasion pour les parlementaires de réfléchir aux stratégies qu’ils doivent mettre en œuvre pour sauver des vies en accélérant la distribution équitable des vaccins et rebâtir les économies de manière plus durable et plus inclusive.

"Nous devons profiter de l’élan insufflé par cette Assemblée exceptionnelle pour garantir que les parlements contribuent à la réflexion sur les fondements du monde pré-pandémie et à l’émergence d’un monde post-pandémie à la fois équitable, écologique et juste. Redynamiser le système multilatéral mondial est l’un des leviers pour y parvenir, mais nous devons également continuer à renforcer les parlements nationaux et à les rendre plus démocratiques, avec toujours le même objectif de servir les citoyens", a déclaré le Président de l’UIP, M. Duarte Pacheco.

"Malgré les confinements et la restriction des déplacements internationaux imposés au cours de l’année écoulée, l’UIP a poursuivi ses activités en mettant en place de nouveaux moyens de travail, en se tournant notamment vers les outils numériques, afin de permettre aux parlementaires du monde entier de continuer à interagir, bien qu’à distance. Cette Assemblée en ligne vient confirmer le rôle de l’UIP en tant que principale instance mondiale pour le dialogue parlementaire", a indiqué de son côté le Secrétaire général de l’UIP, M. Martin Chungong.

Le monde post-pandémie Le Président de l’UIP a établi une synthèse des débats de la trentaine de réunions en ligne qui se sont tenues ces dernières semaines. Il en ressort que les Parlements membres ont appelé à une réponse plus énergique pour mettre fin à la pandémie et à des mesures destinées à promouvoir la paix, le développement durable, l’égalité des sexes, l’autonomisation des jeunes, la démocratie et les droits de l’homme.

Dans des messages vidéo et des déclarations écrites, nombre de parlementaires ont rappelé les mesures qui doivent être prises.

Parmi les principaux orateurs à l’Assemblée figuraient Mme Helen Clark, ancienne Première ministre de la Nouvelle-Zélande, aujourd’hui coprésidente du Groupe indépendant sur la préparation et la riposte à la pandémie et Présidente du Conseil d’administration du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant ; Mme Anuradha Gupta, Directrice exécutive adjointe de Gavi - l’Alliance du Vaccin ; et M. Jomo Sundaram, ancien économiste en chef à l’ONU et éminent professeur à l’Université Columbia et à l’Université islamique internationale de Malaisie.

Les Parlements membres ont également adopté deux résolutions : l’une sur le renforcement de la paix face aux risques de conflits engendrés par les changements climatiques, et l’autre sur l’importance de la numérisation et de l’économie circulaire pour atteindre les Objectifs de développement durable. Ces deux résolutions visent à servir de modèle à l’action parlementaire au niveau national.

Défense des droits de l’homme des parlementaires

Lors de l’Assemblée, les parlementaires ont condamné les violations des droits de l’homme des parlementaires à travers le monde et se sont engagés à prendre des mesures pour protéger ces droits. Le Comité des droits de l’homme des parlementaires de l’UIP, seul organe international exclusivement chargé de soutenir les parlementaires en danger, a présenté des cas de violation présumée des droits de l’homme des parlementaires recensés en Égypte, au Myanmar, aux Philippines, au Sénégal, en Turquie, au Yémen et au Zimbabwe.

Les participants ont également entendu le témoignage d’un parlementaire du Myanmar élu en novembre 2020 et entré dans la clandestinité depuis le coup d’État militaire de février 2021.

De plus amples informations sur les cas de violation des droits de l’homme des parlementaires seront publiées la semaine prochaine

Démocratie numérique

Lors de l’Assemblée, des dizaines de parlementaires de toutes les régions du monde ont été élus à divers postes vacants au sein de plusieurs organes statutaires de l’UIP, illustrant ainsi le bon fonctionnement de la démocratie numérique.

Les règles qui régissent les élections aux organes de gouvernance de l’UIP garantissent une répartition équitable des sièges sur le plan géographique ainsi que le respect de l’égalité des sexes. Ainsi, plusieurs femmes parlementaires ont été élues à des postes de premier plan, comme Mme Sahar Albazar (Égypte), élue Présidente du Conseil du Forum des jeunes parlementaires, et Mmes Lesia Vasylenko (Ukraine) et Hala Ramzy Fayez (Bahreïn), élues respectivement Présidente et première Vice-Présidente du Forum des femmes parlementaires.

Création d’un prix qui récompense le(s) parlementaire(s) de l’année

Les Parlements membres sont également convenus de créer le Prix Cremer-Passy de l’UIP, qui sera décerné chaque année à un parlementaire ou à un groupe de parlementaires ayant apporté une contribution exceptionnelle à la réalisation de la mission de l’UIP et à l’édification d’un monde plus uni, plus juste, plus sûr, plus durable et plus équitable.

Le ou les parlementaires lauréats seront désignés par un jury de sept parlementaires composé d’anciens présidents de l’UIP et d’autres dirigeants de premier plan issus des groupes géopolitiques de l’UIP.

Le prix porte le nom des deux parlementaires visionnaires qui ont fondé l’UIP en 1889 : William Randal Cremer (Grande-Bretagne) et Frédéric Passy (France).

***

L’Union interparlementaire (UIP) est l’organisation mondiale des parlements nationaux. Lorsqu’elle a été fondée il y a maintenant plus de 130 ans pour encourager la coopération et le dialogue entre toutes les nations, c’était la première organisation politique multilatérale à voir le jour. Elle compte aujourd’hui 179 Parlements membres et 13 organismes parlementaires régionaux. Elle œuvre pour la démocratie et aide les parlements à se renforcer, se rajeunir, se rapprocher de la parité hommes-femmes et à représenter la population dans toute sa diversité. Elle défend aussi les droits de l’homme des parlementaires par le biais d’un comité de parlementaires issus de toutes les régions du monde et dévoués à cette cause. Deux fois par an, elle convoque plus de 1 500 délégués parlementaires et partenaires à une assemblée mondiale afin d’apporter une dimension parlementaire à la gouvernance mondiale et notamment aux travaux de l’ONU, ainsi qu’à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

***

Pour plus d’information, veuillez contacter Thomas Fitzsimons par courriel : press@ipu.org ou tf@ipu.org, ou par tél : +41 79 854 31 53