Skip to main content

Pôle pour l'Afrique australe

Regional

Ce pôle fait partie du Centre pour l'innovation au parlement.

L'objectif des pôles est de promouvoir à l'échelon régional, et à l'échelon mondial par l'intermédiaire du secrétariat du CIP, l'utilisation efficace de la technologie dans les parlements en partageant et en consolidant l'information sur les initiatives passées, en cours et futures dans le domaine des TIC

Parlements participants : tout parlement d'Afrique australe

Host parliament:
5 updates de la hub

Le Pôle pour l'Afrique australe et le Pôle hispanophone organisent des réunions en ligne avec les Parlements membres

Pôle pour l'Afrique australe
Pôle hispanophone

Les Pôles du CIP pour l'Afrique australe et pour les parlements hispanophones ont organisé, le 12 mai et le 19 juin respectivement, une visioconférence Zoom à l'intention de leurs parlements membres[1]. Les directeurs et les cadres supérieurs des services informatiques assistaient à ces réunions, qui visaient à faciliter l'échange de connaissances entre les parlements des deux régions respectives, plus particulièrement pour ce qui est des projets TIC en cours ou prévus relatifs au télétravail, aux réunions en ligne et aux plateformes de vote permettant de faire face à la pandémie de COVID-19 et aux bouleversements qu'elle a entraînés dans les activités parlementaires. La réunion de l'Afrique australe, organisée par l'hôte du pôle, à savoir l'Assemblée nationale de la Zambie, comptait avec la participation de M. Boemo Sekgoma, Secrétaire général du Forum parlementaire de la CDAA. La réunion du Pôle hispanophone, organisée par la Chambre des députés du Chili en sa qualité d'hôte du pôle, a bénéficié du soutien de l'UIP et de l'Institut national démocratique (NDI).

Au cours de ces deux réunions, le Centre pour l'innovation au parlement de l'UIP a présenté une vue d'ensemble de l'enquête actuellement en cours dans le cadre de la campagne de l'UIP intitulée Les parlements en période de pandémie. Cet aperçu a été suivi de brèves interventions des parlements des pôles, qui ont donné des précisions concernant l'état actuel de l'activité parlementaire, notamment les réunions plénières et des commissions, le déploiement éventuel de solutions de télétravail et de visioconférence, la gestion du télétravail et la mesure dans laquelle le cadre légal de l'activité parlementaire facilitait l'adoption des mesures susmentionnées. Une séance de questions/réponses animée est venue conclure ces réunions.

Zoom

Les réunions ont permis de mettre en évidence des points saillants, parmi lesquels :

  1. Les bouleversements offrent des perspectives formidables en matière d'innovation. Les dirigeants parlementaires sont plus que jamais impliqués dans la réflexion autour de l'innovation et connaissent de mieux en mieux les problématiques numériques.
  2. La majeure partie des parlements sont confrontés au même défi, qui consiste à préserver la continuité des activités parlementaires et à mettre en œuvre des solutions permettant le télétravail et les visioconférences. Un grand nombre des services informatiques des parlements se trouvent à l'une ou l'autre des étapes suivantes : évaluation, acquisition et mise à l'essai des plateformes puis élaboration de procédures d'exploitation, intégration de fonctionnalités parlementaires supplémentaires (p. ex. registre des présences, vote, ordre de prise de parole, gestion du temps) et examen/amendement du règlement intérieur.
  3. Il y a beaucoup de points communs dans les solutions mises à l'essai et mises en œuvre. Les plateformes de télétravail telles que MS Teams et Zoom sont les plus fréquemment utilisées, mais d'autre solutions, telles que Cisco WebEx et Jitsi, sont aussi tentées.
  4. L'inclusion est une priorité. Dans les deux régions, en effet, certains parlementaires doivent se connecter à partir de régions reculées, où la connexion Internet est de mauvaise qualité. Les parlements tentent de trouver des solutions en offrant de meilleurs services vocaux et de données. D'autres se tournent vers le modèle hybride, dans lequel les parlementaires les moins bien connectés se rendent au parlement et siègent dans des pièces plus petites réparties dans le bâtiment pour respecter la distanciation sociale, tandis que les autres participent aux réunions depuis leur domicile (p. ex. depuis la capitale ou les grandes villes). Les réunions ont quoi qu'il en soit lieu en ligne.
  5. Tels sont les enseignements tirés au fur et à mesure du déploiement des dernières innovations. Les solutions de visioconférence sont relativement conviviales pour les parlementaires, mais elles exigent néanmoins beaucoup de support technique dans d'autres domaines, notamment les modes de connexion aux systèmes parlementaires ou l'utilisation des appareils. D'autres " problématiques nouvelles" apparaissent, parmi lesquelles la gestion de l'image et de la réputation électroniques des parlementaires (c.-à-d. la bonne impression à donner lors des réunions en ligne) et les solutions permettant de mener des réunions en ligne bien structurées.
  6. Les réunions des commissions se déroulent en format réduit en raison du respect de la distanciation sociale et des mesures sanitaires.
  7. Les parlements ayant assisté à la réunion ont estimé indispensable de mettre en commun leurs connaissances en matière de télétravail et de visioconférences (outils et pratique). Les pôles régionaux tenteront d'y contribuer, mais de façon plus structurée, par le biais des groupes WhatsApp déjà existants.

Zoom

  1. Le vote à distance est de loin la plus grande difficulté et les solutions techniques doivent garantir la sécurité et l'intégrité (c'est-à-dire le caractère vérifiable) de la procédure de vote. Toutefois, le vote peut au départ se dérouler très simplement (s'il est bien réglementé), par exemple en brandissant des cartons de couleur (exemple du Paraguay). À long terme, il faudra assurer une intégrité majeure à la procédure de vote.
  2. Enfin, les hauts responsables des services informatiques sont unanimes à dire qu'il n'y aura pas de retour en arrière. Plusieurs administrations étudient des solutions à long terme exigeant une transformation numérique profonde, qui repose sur les piliers du parlement numérique que sont la signature électronique et les solutions et procédures de mise à disposition de documents en ligne.

[1] Participants de la réunion du Pôle régional pour l'Afrique australe : Parlements de la Zambie (hôte), de l'Afrique du Sud, de l'Angola, du Botswana, de l'Eswatini, du Ghana, du Lesotho, du Malawi et du Zimbabwe et Secrétariat du FP de la CDAA

Participants de la réunion du Pôle régional pour l'Amérique latine : Parlements du Chili (hôte), de l'Argentine, de la Bolivie, du Costa Rica, de l'Équateur, de l'Espagne, du Honduras, du Mexique, du Paraguay et de la République dominicaine

 

Pôle pour l'Afrique australePôle hispanophone

Meeting and planning

Pôle pour l'Afrique australe

Le Comité de pilotage du pôle, composé de secrétaires généraux, s'est réuni à l'occasion de la 141e Assemblée de l'UIP à Belgrade. Il a décidé de se réunir deux fois par an, lors des Assemblées de l'UIP. La prochaine réunion, qui se déroulera dans le courant du premier trimestre 2020, approuvera le plan de travail. Une seconde réunion, visant à débattre des progrès enregistrés par le pôle et à prendre ou approuver des décisions s'il y a lieu, sera organisée au cours du quatrième trimestre de l'année. L'Assemblée nationale de Maurice, l'Assemblée nationale de la Zambie et la Commission économique pour l'Afrique de l'ONU (CEA) sont soutenu l'envoi d'une mission de planification stratégique des TIC à l'Assemblée nationale du Botswana (27 au 31 janvier 2020). Dans le cadre des préparatifs de cette mission, une méthodologie de planification stratégique des TIC susceptible de servir de modèle pour des activités futures de même nature a été élaborée. Le Secrétariat du Forum parlementaire de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC-PF) a également prié le pôle de l'aider à définir sa stratégie informatique et à refondre son site web.

Botswana team

Image: L'équipe de mission du Pôle régional d'Afrique australe, représentée par l'Assemblée nationale de Zambie et le Parlement de Maurice, soutient le Parlement du Botswana pour préparer son plan stratégique en matière de TIC.  © Michael Mukuka

Pôle pour l'Afrique australe

Commencement d'une base de données d'experts en informatique

Pôle pour l'Afrique australe

Les services informatiques des parlements du pôle ont commencé à constituer une base de données d'experts en informatique rassemblant les coordonnées des experts parlementaires disponibles et leurs spécialisations techniques. Répondant à une demande du Parlement du Botswana, qui souhaitait bénéficier d'une aide pour revoir son plan cadre stratégique en faveur des TIC, le pôle a entamé les préparatifs qui lui permettront d'envoyer une mission technique constituée d'experts des Parlements de Maurice et de la Zambie, de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique et de l'UIP. En outre, le Forum parlementaire de la CDAA a prié le pôle de contribuer à la conception et à la mise en œuvre de sa stratégie informatique. Le Comité de pilotage du pôle, composé de Secrétaires généraux de parlement, se réunira à l'occasion de la prochaine Assemblée de l'UIP à Belgrade.

Pôle pour l'Afrique australe

La réunion des directeurs informatiques du Pôle régional pour l'Afrique australe

Pôle pour l'Afrique australe

Lors de la réunion des directeurs informatiques du Pôle régional pour l'Afrique australe qui a eu lieu à Lusaka les 28 et 29 mars, les participants ont rédigé des documents clés, parmi lesquels le mandat du pôle, son plan de travail et son budget. L'Assemblée nationale de Zambie, hôte du Pôle régional, a ensuite organisé, à l'occasion de la 140e Assemblée de l'UIP à Doha, une réunion des Secrétaires généraux des parlements participants (voir la photo), au cours de laquelle les responsables de l'administration parlementaire ont entériné l'ensemble du processus et décidé de créer un Comité de pilotage, dont la première mission était d'examiner et d'approuver les documents élaborés à Lusaka.

Entre-temps, les correspondants du pôle ont reçu le feu vert pour lancer les premières activités, notamment la compilation et le partage des politiques informatiques, des documents relatifs au projet, des plans stratégiques et de l'information relative aux services et aux systèmes existants. En outre, une base de données des experts régionaux en TIC est en cours d'élaboration. La gouvernance des TIC ayant été considérée comme un point clé, la collaboration et la synergie avec le Pôle thématique Gouvernance des TIC est envisagée.

Michael Mukuka

Image : M. Michael Mukuka, coordinateur du Pôle régional d'Afrique australe, s'adressant aux parlements participants à l'occasion de la 140e Assemblée de l'UIP à Doha, en avril 2019 © Parlement de Zambie

Pôle pour l'Afrique australe

Fixer des priorités pour l'Afrique australe

Pôle pour l'Afrique australe

Les directeurs des services informatiques des parlements de l'Afrique australe réunis lors de la Conférence mondiale sur l'e-parlement ont pu entamer à cette occasion la discussion concernant les priorités du pôle. Les parlements de la région ont commencé à désigner des correspondants chargés de prendre part au pôle. Le groupe a prévu de se réunir les 28 et 29 mars à Lusaka pour discuter de son mode de collaboration, notamment les termes de référence, le plan de travail et le budget, ainsi que des modalités opérationnelles, des outils et des plateformes de travail du pôle. Une chaîne WhatsApp très animée est d'ores et déjà utilisée par les parlements pour partager des informations au quotidien.

Participants at the meeting of the hub

Pôle régional pour l'Amérique latine
Pôle pour l'Afrique australe