Skip to main content
Étude de cas

Royaume-Uni : ne laisser personne de côté

UK

© Parlement britannique/Roger Harris/Roger Harris

Dans une année ordinaire, le parlement britannique (Chambre des communes et Chambre des Lords) consacre un peu plus de 10 millions de livres sterling à l’éducation et la mobilisation. 

Dans sa stratégie dite de “mobilisation ciblée”, l’institution met l’accent sur le recensement de certaines populations qui demeurent sous-représentées en politique et au parlement, et sur le resserrement des liens avec elles. Cette stratégie peut servir d’exemple utile aux parlements, car elle permet :

  • de s’efforcer d’établir un lien entre le parlement et les citoyens qui se désintéressent de la politique et sont difficiles à toucher,
  • d’éduquer les jeunes,
  • de rencontrer les citoyens dans leur cadre de vie, en dehors du parlement
  • de travailler avec des partenaires locaux pour cible les participants et le contenu.

Depuis la publication en 2011 par la Hansard Society du rapport intitulé Connecting citizens to parliament (Rapprocher les citoyens du parlement), le parlement a défini sa stratégie en matière d’engagement public en ciblant de façon stratégique les groupes qui se désintéressent de la politique, parmi lesquels :

  • Les jeunes : ils connaissent moins bien la politique que d’autres groupes d’âge ; ils ont moins de chances par rapport à d’autres groupes d’âge de participer à des activités politiques [formelles], d’être inscrits sur les listes électorales et de voter.
  • Les minorités ethniques : leurs membres ont moins de chances d’être inscrits sur les listes électorales (même si cela est sans doute dû à des facteurs autres que leur appartenance ethnique) et de voter.
  • Les travailleurs non qualifiés et les chômeurs de longue durée : ils connaissent moins bien la politique, se montrent moins satisfaits de la démocratie, participent moins aux activités politiques et ont moins de chances d’être inscrits sur les listes électorales.
  • Les femmes : elles connaissent moins bien la politique et ont moins de chances d’être satisfaites du système actuel de gouvernement.
  • Les personnes en situation de handicap : elles ont davantage de chances d’être inscrites sur les listes électorales que tout autre groupe.

Le Parlement britannique s’emploie à resserrer ses liens avec la population en donnant à de nouveaux publics la possibilité de se faire entendre. Il s’efforce en outre de mieux communiquer. L’équipe d’engagement citoyen des commissions d’enquête parlementaires aide les commissions de la Chambre des Lords et de la Chambre des communes à organiser des échanges directs, en sus des auditions formelles destinées à recueillir des témoignages, et à cibler les groupes considérés comme ne s’intéressant pas à la politique. Son objectif est que 60 % des personnes concernées par son action soient des gens qui n’avaient jamais été en rapport avec le parlement jusque-là.

Le parlement mène également des campagnes qui présentent le parlement de manière à permettre à un plus grand nombre de citoyens de s’y identifier. Your Story, Our History – How Laws Affect Lives est une série en cours de mini-films diffusés sur YouTube, réalisée à la demande du Parlement et lancée en 2016. Dans ces films, un citoyen, face à la caméra, présente un texte législatif et l’incidence de ce texte sur sa vie.

Le Parlement britannique administre plusieurs programmes spécialement adaptés pour les jeunes.

  • Un centre spécialisé pour l’éducation : Plus l’école est éloignée de Westminster, plus le soutien financier dont elle bénéficie pour faciliter sa visite est important. Cette allocation garantit un accès équitable pour les jeunes qui, sinon, se désintéressent de la politique.
  • Visites dans les écoles : Pour les élèves qui n’ont pas la possibilité de se rendre au parlement, le Parlement britannique fournit des contenus numériques sur l’institution législative qui sont compatibles avec les programmes scolaires du pays. Il organise aussi des visites dans les écoles, où se rendent, dans certains cas, les parlementaires eux-mêmes. En 2019-2020, le service du Parlement britannique chargé de l’éducation et de l’engagement citoyen a établi des contacts avec 41 % des écoles britanniques et 87 % des élèves qui ont participé à ce programme étaient d’accord pour dire qu’ils avaient découvert l’importance du lien entre les travaux du Parlement et leur vie de tous les jours.
  • Soutien des éducateurs : le parlement s’est en outre doté d’un centre de formation des enseignants.

Tout le monde ne peut pas venir en personne au parlement. Pour faire face à cette situation, l’institution va à la rencontre de la population dans son cadre de vie. Le service externe du parlement comprend 13 bureaux régionaux. Ces bureaux organisent des ateliers à l’intention des associations locales et des mouvements associatifs. Les équipes locales repèrent les groupes qui manifestent moins d’intérêt pour la politique dans leur région et adaptent le contenu. Quant aux organisateurs d’événements, 92 % ont considéré que “cette visite (…) m’avait permis de mieux comprendre la façon dont mon organisation pouvait contribuer aux travaux du parlement”.
L’équipe d’engagement citoyen au Parlement britannique travaille avec des partenaires locaux pour faire en sorte de toucher les publics ciblés. Les équipes font aussi appel aux connaissances locales pour adapter le contenu.