Des jeunes parlementaires se pencheront sur la prévention de l’extrémisme violent

Des jeunes parlementaires se pencheront sur la prévention de l’extrémisme violent
Actualités en bref

image

La contribution des jeunes est nécessaire pour faire face à l'extrémisme violent. ©Bastiaan Slabbers/Nurphoto

Ces dernières années, le monde a été témoin de nouvelles vagues d’extrémisme violent. Des stratégies à court terme et axées sur la sécurité ne suffiront pas pour empêcher ce fléau. Les efforts pour venir à bout de l’extrémisme violent n’aboutiront pas sans la participation des jeunes. Aussi, en tant que représentants directs des jeunes populations, les jeunes parlementaires ont un rôle essentiel à jouer dans ce domaine.

L’absence d’opportunités économiques et la marginalisation de certains groupes de la société créent un terrain propice à l’extrémisme violent. Toute solution à long terme devrait donc tenir compte de ces facteurs. Les stratégies de prévention doivent prévoir des mesures propres à renforcer le respect des droits de l’homme et de l’état de droit, à faire participer les femmes, les jeunes et les groupes marginalisés à l’élaboration de ces stratégies et au processus décisionnel, à mettre fin à la discrimination et aux inégalités et à mobiliser toutes les couches de la société dans la lutte contre l’extrémisme et les divisions sociales.

Un séminaire régional sur le rôle des jeunes parlementaires dans la promotion de sociétés inclusives et pacifiques et la prévention de l’extrémisme violent aura lieu à Colombo (Sri Lanka), les 25 et 26 avril. S’adressant aux jeunes parlementaires de la région Asie‑Pacifique, ce séminaire est organisé conjointement par l’UIP, le Parlement du Sri Lanka et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Ce séminaire vise à autonomiser les jeunes parlementaires en renforçant leurs capacités, en leur offrant des possibilités d’entretenir leurs réseaux et de coopérer et en les aidant à prévoir des mesures pour prévenir l’extrémisme violent. Il réunira des jeunes parlementaires, des parlements et des organisations de jeunes, des experts en matière de prévention de l’extrémisme violent ainsi que des représentants d’agences de l’ONU, de la société civile et du secteur privé.

Le séminaire est ouvert aux jeunes hommes et femmes parlementaires de la région Asie-Pacifique ainsi qu’aux Observateurs de l’UIP et à un certain nombre d’organisations, de réseaux et d’associations de jeunes. Le Président de l’UIP, le Président du Parlement sri lankais et des représentants de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) prendront part aux débats. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire jusqu’au 5 avril 2017. Plus d’informations ainsi que le formulaire d’inscription sont disponibles sur la page web du séminaire.