Skip to main content
Communiqués de presse

Les parlementaires du monde vont se pencher sur la réforme du système migratoire mondial et la protection des réfugiés

Les parlementaires de plus de 137 pays s’attacheront à identifier et à 
s’accorder sur la contribution qu’ils peuvent apporter aux réformes 
menées par l’ONU concernant les droits et la protection des migrants et 
des réfugiés. © Bernard Spragg

Les parlementaires de plus de 137 pays s’attacheront à identifier et à s’accorder sur la contribution qu’ils peuvent apporter aux réformes menées par l’ONU concernant les droits et la protection des migrants et des réfugiés. © Bernard Spragg

Les parlementaires de plus de 137 pays s’attacheront à identifier et à s’accorder sur la contribution qu’ils peuvent apporter aux réformes menées par l’ONU concernant les droits et la protection des migrants et des réfugiés.

Près de 258 millions de personnes – environ 3,4 % de la population mondiale – vivent en dehors de leur pays d'origine. En 2016, les Etats membres de l’ONU avaient jugé que le régime mondial applicable aux migrants ne protégeait pas suffisamment les droits fondamentaux et socioéconomiques des migrants et des réfugiés. Ils avaient alors appelé à l’élaboration de deux pactes mondiaux pour mieux protéger ces droits : le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et le pacte mondial sur les réfugiés.

Réunis à l’occasion de la 138ème Assemblée de l’Union interparlementaire (UIP) à Genève (24-28 mars), plus de 743 parlementaires, dont 65 Présidents de parlement et 216 femmes parlementaires, veilleront à ce que les intérêts des 6,5 milliards de personnes qu’ils représentent soient pris en compte dans les négociations mondiales sur le nouveau régime destiné à encadrer le phénomène migratoire. Les parlementaires examineront en détail les modalités de leur contribution à l’application, au niveau national, du pacte sur les migrations et de celui sur les réfugiés, qui devraient être adoptés cette année par l’ONU.

Deux ateliers seront également organisés lors de cette Assemblée pour identifier les mesures concrètes que peuvent prendre les parlementaires pour assurer la protection des réfugiés et apporter une réponse globale à cette question.

En outre, l’Assemblée accueillera le 25 mars une réunion-débat de haut niveau à laquelle participeront le Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations, M. William Lacy Swing, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, et le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Filippo Grandi. Ces hauts responsables présenteront tout à tour leur analyse de la situation actuelle des migrants et des réfugiés ainsi que les solutions qu’ils envisagent pour relever ce défi humanitaire au cours de la prochaine décennie.

La réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) demeure un thème central des Assemblées de l’UIP. Lors de la 138ème Assemblée de l’UIP, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononcera un discours sur la nécessité de promouvoir la couverture sanitaire universelle. L’UIP et l’OMS organiseront également un atelier conjoint sur la question de la responsabilité et de la surveillance en lien avec la santé des adolescents.

Un débat spécial se tiendra également en présence du Directeur général de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, M. Ahmet Üzümcü, et du Président de la Conférence pour un traité sur le commerce des armes et Représentant permanent du Japon auprès de la Conférence du désarmement, M. l’Ambassadeur Nobushige Takamizawa.

Pendant l’Assemblée, les Membres de l'UIP adopteront une résolution intitulée "La pérennisation de la paix pour parvenir au développement durable". Le texte souligne la corrélation entre la mise en œuvre effective des ODD, la prévention des conflits et la pérennisation de la paix. Cette question fait ressortir avant tout l'importance de disposer d'institutions fortes et efficaces, telles que le parlement.

Une deuxième résolution, intitulée "Associer le secteur privé à la mise en œuvre des ODD, notamment dans le domaine des énergies renouvelables", sera également adoptée pendant l’Assemblée. Cette résolution devrait inviter les parlements à agir pour faciliter l’investissement privé dans le développement durable, notamment dans les énergies renouvelables, en mettant en place des mécanismes de financement public-privé, en favorisant un environnement commercial qui facilite l’investissement dans la recherche-développement et en créant des mesures incitatives pour attirer les investisseurs du secteur privé.

Un deuxième atelier examinera la façon dont les parlements peuvent promouvoir l’interdiction des armes nucléaires adoptée l’année dernière par l’ONU. Cet atelier sera organisé en collaboration avec la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires, lauréate du prix Nobel de la paix 2017. Les parlementaires sont particulièrement bien placés pour encourager une large adhésion au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Les Membres de l’UIP se réuniront aussi dans le cadre de plusieurs forums, notamment le Forum des jeunes parlementaires de l’UIP (#youngMPs), le Groupe de travail sur la Syrie, le Comité des droits de l’homme des parlementaires, ainsi que le Forum des femmes parlementaires (#womenMPs). Les femmes parlementaires examineront les mesures que les parlements peuvent prendre pour s’attaquer aux causes profondes de la sous-représentation des femmes en politique.

L’Union interparlementaire (UIP) est l'organisation mondiale des parlements nationaux. Elle œuvre à préserver la paix et elle impulse un changement démocratique positif par le dialogue politique et une action concrète.

Pour plus ample information, prière de contacter :

Union interparlementaire
Bureau de presse
Tél. : +41 79 854 31 53
Courriel : press@ipu.org