Skip to main content
Étude de cas

Brésil : un parlement dans sa maturité numérique

brazil

© Luis Macedo/Camara dos Deputados.

Le Parlement du Brésil se classe régulièrement dans le peloton de tête pour la maturité numérique. La Chambre des députés est connue pour son laboratoire HackerLab, de renommée mondiale, son utilisation novatrice de l’intelligence artificielle (IA) et son déploiement rapide et souple du premier parlement en ligne au monde. Pour sa part, le Sénat dispose depuis longtemps d’un portail de cybercytoyenneté qui compte de nombreux usagers.  
Depuis de nombreuses années, les deux chambres se sont fixé pour objectif d’accroître la participation du public aux activités du parlement. Les applications disponibles sur le web et les applications mobiles ont joué un rôle primordial pour atteindre cet objectif et l’infrastructure numérique est le fondement des processus qui facilitent la participation du public au sein de chaque institution. Les outils et pratiques en ligne, les données en accès libre, par exemple, sont des moyens bien établis d’accroître l’ouverture et la transparence du parlement.

TV Câmara, une chaîne de télévision publique en clair créée en 1998, retransmet les activités de la Chambre des députés 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Le Sénat utilise sa chaîne publique, TV Senado, pour diffuser ses programmes depuis 1996, et dispose de sa propre chaîne YouTube depuis 2010.

Plateformes numériques

e-Democracia
La Chambre des députés a une longue expérience de l’innovation numérique, surtout lorsqu’il s’agit d’améliorer la participation citoyenne à ses activités. L’un des outils phares est e-Democracia, mis au point pour la première fois en 2009 et actualisé en permanence en interne par le HackerLab, qui a été créé pour accroître l’échange d’idées novatrices entre la société civile et le parlement. Il compte environ 37 000 utilisateurs.
La plateforme a été créée pour que l’électorat et les représentants puissent participer en répondant à des enquêtes, en participant à des forums et en utilisant des outils wiki collaboratifs. Elle vise à recueillir des avis et à accroître la participation citoyenne au processus législatif. La plateforme e-Democracia est composée de “communautés virtuelles” permettant de débattre de certains sujets et d’un outil intitulé “Wikilegis ”, avec lequel les utilisateurs peuvent formuler des observations en direct sur certains articles ou certains chapitres d’un projet de loi.

Ulysses
La Chambre des députés a mis au point la plateforme d’analyse intelligente Ulysses, qui est un outil d’apprentissage automatique faisant appel à l’IA pour analyser les grands nombres de documents et de données produits. Le système peut classer les nouveaux documents et les repérer plus efficacement à l’aide d’une balise sur le portail web public de la Chambre. Le site web peut à son tour formuler automatiquement des recommandations et fournir du contenu en fonction des intérêts d’un utilisateur. Le système est en train d’être étendu pour repérer, à l’aide d’une balise, les émissions en direct et les vidéos enregistrées afin d’identifier les orateurs de manière dynamique, permettant de nouveau de cibler le contenu. Depuis 2018, les citoyens peuvent voter et faire des commentaires (anonymement) sur un projet de loi particulier.
Aider les parlementaires à s’y retrouver dans tous les commentaires reçus est une gageure (un seul projet de loi peut susciter jusqu’à 30 000 commentaires). Ulysses résout ce problème par le biais d’un algorithme d’apprentissage par la machine reposant sur le traitement du langage naturel. Le système procède à une analyse “intelligente” de tous les commentaires sur les aspects positifs et négatifs d’un projet de loi.

e-Cidadania
En 2012, le Sénat du Brésil a lancé e-Cidadania. Il s’agit d’un portail en ligne ayant pour objet d’accroître la participation citoyenne à ses activités législatives et budgétaires et ses activités de contrôle et de représentation. Le portail est divisé en trois sections : Ideia Legislativa (Idée législative), Consulta Pública (Consultation du public) et Evento Interativo (Événement interactif).
Plus de 40 millions de personnes se sont connectées au portail entre 2015 et 2020. Ce chiffre représente près de 20 % de la population totale et 30 % des utilisateurs d’Internet au Brésil.
Le portail e-Cidadania a pour objet d’associer un plus grand nombre de citoyens aux travaux du Sénat. En revanche, il aide également les sénateurs à communiquer plus efficacement avec les électeurs et à comprendre leurs points de vue.

Au début de la pandémie de COVID-19, la Chambre des députés a adapté son application Infoleg, qui permettait aussi bien aux parlementaires qu’au public d’être informés sur la session parlementaire en cours. De ce fait, les parlementaires se tournent davantage vers l’innovation et ils en comprennent et en acceptent mieux les risques.
Tant la Chambre des députés que le Sénat ont beaucoup investi dans leur infrastructure numérique et peuvent désormais fonctionner comme un parlement entièrement numérique.