Skip to main content
Actualités en bref

L’UIP se félicite des mesures prises par le Parlement ouzbek en faveur des droits de l’homme

Parliament of Uzbekistan

Parlement de l’Ouzbékistan © whl.travel 

L’UIP se félicite des mesures prises récemment par le Parlement de l’Ouzbékistan pour mettre en œuvre les normes internationales en matière de droits de l’homme dans le pays. À la suite d’une recommandation de l’UIP, des parlementaires ouzbeks ont participé à une visioconférence réunissant plusieurs organisations nationales et internationales dans le but de faire le point sur la mise en œuvre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1966 et entré en vigueur en 1976.

Lors de cette réunion virtuelle, les participants se sont penchés sur l’instauration d’une culture de l’état de droit, la réforme pénitentiaire, la société civile, l’indépendance du pouvoir judiciaire, l’élimination du travail des enfants, l’égalité des sexes et la lutte contre la corruption.

Le Parlement ouzbek œuvre toujours plus en faveur des droits de l’homme. En 2018, il a mis en place un mécanisme de contrôle parlementaire de la protection des droits de l’homme et de l’application des recommandations de l’ONU. Il a par ailleurs adopté un plan d’action sur la coopération avec les mécanismes des droits de l’homme de l’ONU et a publié son tout premier rapport parlementaire sur les droits de l’homme.

Depuis quelques années, M. Akmal Saidov, premier Vice-Président de la Chambre législative de l’Ouzbékistan, ainsi que d’autres parlementaires ouzbeks ont joué un rôle de premier plan dans les délégations auprès du Conseil des droits de l’homme et du Comité des droits de l’homme de l’ONU.

Par ailleurs, le Parlement ouzbek collabore étroitement avec la commission nationale des droits de l’homme. Il a contribué pour beaucoup à la création d’un mécanisme de prévention de la torture et aux efforts déployés pour mettre un terme au travail forcé, qui font partie des principaux problèmes du pays dans le domaine des droits de l’homme.

La réunion virtuelle a fait suite à l’adoption d’une nouvelle loi sur la citoyenneté en Ouzbékistan, qui permettra sans délai à près de la moitié des apatrides résidant dans le pays, soit quelque 49 000 personnes, d’obtenir la citoyenneté ouzbek.

La question de l’apatridie est au cœur des travaux de l’UIP depuis une dizaine d’années. En 2018, l’Organisation a publié, en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, un guide intitulé Lois sur la nationalité : les bonnes pratiques pour prévenir et réduire les cas d’apatridie, destiné à soutenir les responsables politiques et les législateurs dans leurs efforts pour prévenir et réduire l’apatridie.

À l’initiative de son Comité chargé de promouvoir le respect du droit international humanitaire, l’UIP a également pris une série d’engagements dans le cadre de la campagne du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme pour l’élimination de l’apatridie.